Accueil » Actualités » Adhésion populaire à l’Europe: l’exemple de l’Ukraine

Adhésion populaire à l’Europe: l’exemple de l’Ukraine

Alors que l’Union Européenne suscite en son sein toujours plus de méfiance voire de rejet, les partis politiques qui lui sont favorables viennent de remporter une victoire éclatante en Ukraine.

Si la compréhension globale des résultats des élections nécessite l’analyse de nombreux éléments, ce paradoxe trouve une explication simple : l’Europe, lorsqu’elle promeut les valeurs de la démocratie et offre une perspective d’amélioration des conditions de vie, emporte l’adhésion populaire.

Quel démocrate européen ne serait satisfait de voir dans son pays des scores pour l’extrême droite et les populistes aussi bas que ceux que ces derniers enregistrent en Ukraine ?

Le Kremlin et ses relais en Europe décrivaient le mouvement Maïdan comme infesté voire dirigé par les fascistes et les néo-Nazis. Ceux qui se sont rendus alors sur la Place de l’Indépendance à Kiev disaient bien ce que les résultats électoraux indiquent aujourd’hui : cette description était de la propagande, destinée à affaiblir ceux qui étaient en train d’initier une révolution démocratique dans une ancienne république soviétique et qui représentaient de ce fait un danger pour le Kremlin car un potentiel exemple pour les démocrates russes.

Pour Poutine, il est nécessaire, pour des raisons idéologiques comme de politique intérieure, de mettre en échec Maïdan comme il était nécessaire pour lui de mettre en échec les tentatives de la Géorgie de s’émanciper de son influence. L’annexion de la Crimée et la guerre à l’est de l’Ukraine qu’il alimente font partie de cette stratégie.

Si les Ukrainiens ont pu répondre comme ils l’ont fait ce dimanche lors des élections, c’est non seulement parce qu’il y a chez eux une volonté de stabilité et d’indépendance, mais également parce qu’il y a eu, venant des Etats-Unis mais également de l’Union Européenne, un soutien et l’offre de perspectives d’amélioration des conditions de vie.

Maïdan était née de l’étincelle qu’avait été le refus par le président Yanoukovitch de signer l’accord d’association avec l’UE. Sur Maïdan, les activistes de la société civile, dont certains ont été élus à la Rada ce dimanche, parlaient d’Europe comme on n’en parle plus au cœur de l’Union, c’est-à-dire avec passion et espoir.

L’Europe a satisfait à ces espoirs, certes trop faiblement mais de manière continue, notamment sous l’impulsion de la France et des pays anciennement communistes, en assumant une certaine confrontation avec la Russie.

En particulier, l’Union Européenne a poursuivi la démarche initiée dans le cadre du « partenariat oriental » pour obtenir la signature de ce fameux accord d’association, ce qui a contribué à offrir aux Ukrainiens une perspective d’amélioration des conditions de vie, de lutte contre la corruption et d’avancées démocratiques. De même, elle a adopté des sanctions économiques destinées à freiner les ardeurs guerrières russes, ce qui a contribué à apporter une protection, relative, aux Ukrainiens. La suspension de la vente du Mistral à la Russie par la France a été en ce sens un signal politique d’importance. Enfin, elle a tenu une position de médiation entre Ukrainiens et Russes, afin de favoriser une sortie de crise non-guerrière.

Il est entendu que l’Union aurait pu et aurait dû agir plus vigoureusement, plus tôt, et qu’elle devrait le faire de manière plus déterminée aujourd’hui. Ce qui est en jeu en effet, c’est non seulement l’avenir de l’Ukraine, le devenir des crises iranienne et syrienne et la lutte contre Daech, mais aussi l’avenir de l’Europe.

Malgré cela, par son action en Ukraine, l’UE s’offre une perspective pour, de nouveau, susciter une adhésion populaire qui lui fait cruellement défaut aujourd’hui mais dont elle bénéficie en Ukraine.

Ainsi, à la place de politiques d’austérité qui entraînent tensions sociales et recul des droits, l’Union remettrait au cœur de sa stratégie économique l’amélioration des conditions de vie de tous les individus.

De même, face aux pays tentés de détruire la démocratie libérale, à l’instar de la Hongrie de Orban, elle opposerait des sanctions institutionnelles, comme les traités le lui permettent, et conditionnerait l’accès aux budgets européens au respect des valeurs fondamentales de l’Union, comme la non-discrimination. Il est symptomatique que ce soient les Etats-Unis qui aient, les premiers, agi contre le gouvernement Orban, en refusant des visas d’entrée à des hauts dirigeants hongrois impliqués dans des affaires de corruption.

Enfin, l’Union offrirait une perspective collective pour tous les Européens, qui passe notamment par la construction d’une identité européenne partagée, autour de ses valeurs fondamentales proclamées.

Il n’y a aucune fatalité à la montée du populisme et du racisme en Europe et au rejet de l’Union, qui peuvent être endigués. Pour cela, il est urgent que l’UE, pour sa politique interne, s’inspire de sa politique ukrainienne.

 

benjamin Abtan

 

 

 

Benjamin Abtan, Président du Mouvement Antiraciste Européen EGAM

 

Texte publié dans le Huffington Post du 28 octobre 2014

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • Bellenger Pierre

    Quelle mascarade ! Nous sommes incapables de construire notre Europe et nous fanfaronnons avec l’Ukraine. Commençons par réinstruire nos citoyens pour arrêter la marche triomphale de l’extrème droite chez nous.

    • Sauvons l’Europe

      Les deux ne sont pas incompatibles, et c’est d’ailleurs le sens de la conclusion de l’article.

  • phil

    L’UnionEuropéenne un déni de Démocratie en faveur des cartels des finances et la crise organisée comme prétexte à la remise en question des droits sociaux, la privatisation des intérêt nationaux, en un mots :un casse organisé par une caste qui a remplacé l’ancienne féodalité.Il n’y a pas pire prison que celle dont vous ne pouvez voir les barreaux.De mère d’origine Ukrainienne, pour moi l’Ukraine est victime de la démagogie Libérale (qui connait les recettes de la publicité mensongère). Le passé nous à montré combien l’UE méprise les opinions des peuples et ne prend en compte que celles qui vont dans le sens de leur ambition.Basé sur le matérialisme monothéiste cela signifie que les dirigeants ne souffrent d’aucune mauvaise conscience par rapport à leur politique d' »après eux le déluge », qu’importe l’état du monde qu’ils laissent puisque l’important c’est qu’ils en profitent dans le luxe, la luxure, la corruption.Que l’humanité disparaissent fera leur affaire car ils penseront ne pas laisser de trace de leur méfaits.Avec les politiques, les technocrates et gourou en tout genre nous avons des propositions de solution à des problèmes que nous n’aurions pas sans eux.Belle fumisterie!Le Monde courre au chaos à cause de leur incompétence et leur corruption.Merde à eux !Chassons les Grands Marchands et leurs Prostituées!

    • Sauvons l’Europe

      Sans doute. Plus sérieusement, l’Union européenne se distingue peu des Etats nationaux de ce point de vue. Quant au parallèle sur l’Ukraine, l’état des revenus et des systèmes sociaux des pays qui ont rejoint l’UE à l’est et de ceux qui ne l’ont pas rejoint… L’Ukraine et la Pologne étaient comparables en 90, elles ne le sont absolument plus.

      • André Landesman

        La comparaison entre Pologne et Ukraine est tout à fait pertinente!
        Une petite remarque: pour le moment il s’agit d’une association entre UE et Ukraine. Il ne faut pas néanmoins confondre association et adhésion. Je crains que beaucoup d’ukrainiens ne fassent cette confusion, du reste entretenue par les russes! Ceci dit je ne suis pas favorable à une adhésion de l’Ukraine à l’UE dans un avenir prévisible.

  • Même si nous Européens devons d’abord balayer devant notre porte et commencer par réformer notre fonctionnement , il est bon que des expressions et et des initiatives se fassent connaître pour faite bouger nos représentants .
    Je suis d’accord avec l’ensemble des commentaires mais l’élan montré par le vote des Ukrainiens doit nous servir d’exemple.
    Sari

  • Nerré jean pierre

    Je partage globalement les propos du premier article plein d’espoir, mais également de continuer à travailler pour l’Europe.
    Je suis contre les orientations politiques et économiques libérales menées actuellement. Ceci dit je suis pour l’Europe. En tant que démocrate je respecte les votes mêmes s’ils sont contraires à mes attentes. Alors arrêtons de confondre le contenu et le contenant (qui doit être aussi amélioré) afin d’éviter de rejoindre les non européens. Continuons à défendre le camp des euro-progressistes.
    jpierre

  • André Landesman

    La comparaison entre Pologne et Ukraine est vraiment intéressante et vaut la peine d’y réfléchir! Ceci dit il faut distinguer entre association et adhésion, la confusion entre les deux étant du reste instrumentée par les russes. Et la maturité politique des ukrainiens leur permet elle vraiment de toujours saisir la nuance ? Personnellement je suis favorable à cette association mais pas à une quelconque adhésion de l’Ukraine dans un avenir prévisible.

  • henri SARZIER

    Comment expliquer un tel rejet de l’UE ?Je pense que l’une des raisons principales serait l’information inexistante de la part de nos responsables
    je constate cela très souvent dans des conversations avec des amis , la réponse est la même lors de discussions à « battons rompus » que je provoque dans n’importe quelles circonstances.
    je devine au minimum 2 réponses et j’aimerai qu’elles soient colportées et retenues :
    1°) Combien de fois ai-je proposer que des messages réguliers puissent être diffusés par le biais de la radio et de la télévision ? Il faut pour cela investir pour créer une chaîne de télévision spécifique et radio spécialisée.
    J’entends parler et je vois des messages concernant : RFE :
    « RADIO FRANCE EUROPE » où en sommes-nous ? Je crois savoir qu’en France cela pourrait se réaliser dans le cadre de RADIO FRANCE. Que se passe-t-il depuis plusieurs mois que l’information nous a été transmise ? Quant à la télévision , il pourrait être envisagé me semble – t- il de revoir en totalité les programmes d’EURONEWS pour en faire une chaîne de l’ UNION EUROPEENNE.
    2°) Il faut entreprendre une formation et un suivi pour les volontaires parmi les signataires du Manifeste du GROUPE SPINELLI . Je suis persuadé que , nous, la société civile , pouvons porter la bonne parole .A condition que la COMMISSION EUROPEENNE EN COLLABORATION LE GROUPE SPINELLI en ait la volonté politique.
    Si cela était crée , je serais le premier participant .
    NB : j’ai changé d’adresse email , mon ancienne adresse était la suivante : henry@sarzier.eu (utilisée pour le groupe SPINELLI.

  • Mon adresse e mail : henri.sarzier@sfr.fr remplace mon ancienne adresse : henry@sarzier.eu ( cette dernière est périmée pour des raisons d’incompatible
    Avec la. « Société 1and 1 » que je ne recommande à personne ) Merci de bien vouloir prendre en compte cette information.

  • Veuillez rectifier mon erreur dans le commentaire précédent :
    Lire raisons d’incompatibilité et non raisons d’incompatible . Merci.

x

A lire aussi

Vers un revenu agricole garanti ?

Sauvons l’Europe travaille depuis longtemps sur le revenu universel, devenu au cours ...