Accueil » Actualités » Aide humanitaire européenne : réduction du budget, accroissement des besoins

Aide humanitaire européenne : réduction du budget, accroissement des besoins

L’Office humanitaire de la Communauté européenne (ECHO), soit la Direction générale de l’Union européenne en charge de l’aide humanitaire et de la protection civile, doit actuellement affronter une pénurie de financements alors que les besoins continuent d’augmenter. Certes, la multiplication des crises en 2013 semble avoir eu raison de son équilibre financier, lui faisant dépasser son budget annuel d’environ 300 millions d’euros… Budget calculé sur les crédits que les Etats-membres de l’UE s’étaient engagés à verser. En ces temps de crise et de restrictions budgétaires, est-il toutefois si pertinent d’amputer de moitié l’aide humanitaire européenne ?… Ou bien n’obtiendra-t-on pas les effets inverses du résultat escompté, soit faire face à une crise généralisée ?

Cette diminution drastique entraînera nécessairement des vagues de licenciements et l’abandon de nombreux projets menés par les ONG… Ce qui implique des « dommages collatéraux » humains (ECHO a aidé près de 120 millions de personnes rien qu’en 2013). De nombreux contrats ont été gelés et, de l’aveu même du Directeur général d’ECHO, Claus Sorensen : « Nous avons dû identifier l’urgent et… le super-urgent » suite à l’annonce de la réduction budgétaire. L’urgent pouvant signifier les actions de prévention menées sur le terrain, et non les interventions directes de gestion de crise, mais également certains financements clés, à l’instar de ceux à destination de la Syrie. Toutefois, la suspension de l’ « urgent » causera de façon certaine une dégradation dramatique de la situation sur place, qui deviendra à son tour… super-urgente. Amputer le budget humanitaire n’est donc pas une solution envisageable à long-terme, ses conséquences sur le terrain deviendraient rapidement ingérables. Rappelons qu’il y a à peine deux mois, la Commission européenne niait tout problème de trésorerie et démentait toute perspective de réduction du budget d’ECHO… De nombreux fonctionnaires européens travaillant dans cette direction générale déplorent vivement cette austérité et tentent d’alerter la Commission en lui demandant de faire machine arrière ou, pour le moins, de faire de nouvelles propositions à la fin du mois de Mai.

L’Union européenne est pourtant le premier bailleur de fonds au monde. Loin d’être connue pour son rôle dans la politique internationale, voire même considérée comme passive et non-impliquée dans les conflits (dernier exemple en date en Ukraine), elle bénéficie d’une certaine réputation grâce à l’aide d’urgence et les missions qu’elle déploie dans ce domaine. Ces interventions sont reconnues et appréciées, à la fois par les citoyens européens et à l’international. En dépit des lourdeurs administratives que l’UE se plaît à semer dans ses appels d’offres, ses propositions de financements et ses dossiers, les ONG s’entendent pour reconnaître le rôle indispensable qu’elle joue aujourd’hui dans l’amélioration du quotidien des peuples dans les pays en crise.

Le « Consensus européen sur l’aide humanitaire » adopté en 2007, qui constitue le texte de référence dans ce domaine, postule que « l’aide humanitaire est un impératif moral et l’expression fondamentale de la valeur universelle qu’est la solidarité entre les peuples » ; au-delà du côté européen, donc alambiqué, de cette phrase, elle postule de façon nette ce qu’est l’Europe et pourquoi elle a été créée. A l’heure inquiétante où les extrêmes rencontrent de plus en plus d’écho en Europe (une pensée pour les élections municipales en France…), il est de notre devoir de nous souvenir d’où nous venons… et de demander à nos représentants européens de prendre des mesures urgentes (prélever des fonds dans d’autres secteurs, faire un appel aux Etats-membres de l’UE) afin que cette amputation du budget humanitaire ne puisse se faire.

Sulena

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • Nicolas V

    Greystone en Ukraine est une ONG ?
    Academi en Grèce est une ONG ?
    L’UE n’a pas agi en Ukraine ?
    Mme Ashton n’y est pas allée ?
    Des Francais représentant tantôt notre gouvernement, tantôt l’UE n’y sont pas allés
    Ils n’ont pas soutenu le coup d’état
    Notre gouv n’a pas reçu des représentants d’un gouv non élu et nazi
    Si, l’UE agit.
    Les peuples européens affamés n’ont pas un cent d’aide de l’UE parce que leurs états en st membres.
    Le moins il y aura de fonds officiels, le mieux ce sera.

  • GONTIER Georges

    Juste une référence : ROBESPIERRE ou est – tu ?

  • Nicolas V

    En réponse : je vois, depuis qq temps, fleurir des : » on les pendra tous à la Lanterne  » (sic) et autres joyeusetés. J’attribuais cela au Printemps, la révolte bourgeonne.
    Or, ce matin, je relève ds un article de Charles Consigny (le Point) « ces petits marquis, à qui, en d’autres temps, on a coupé la tête ».
    Le dégoût et la colère, le mépris en sont arrivés à ce point ?
    Il est vrai que le spectacle des clowns qui s’étripent pr un job de 30000€/mois à la Commission (plus le reste) n’est pas très appétant.

  • Cette situation est en effet problématique ! Mais l’est tout autant celle concernant la pauvreté au sein de l’Union européenne, et notamment la pauvreté des enfants ! Cf à cet égard le rapport de l’Unicef sur la pauvreté des enfants en Europe : http://www.regards-citoyens.com/2014/04/une-etude-de-l-unicef-sur-la-pauvrete-des-enfants-en-europe.html
    L’aide humanitaire ne concerne pas seulement les pays du Tiers monde ! Or souvenez-vous le sort qui a été réservé au fonds de solidarité dédié aux personnes en situation de pauvreté en Europe ? Comme si le FSE suffisait à lui seul à couvrir tous les besoins inhérents à son mandat …
    Charité bien ordonnée commençant par l’UE, oeuvrons d’abord à éradiquer la pauvreté en Europe en vertu des principes et règles qui régissent l’action humanitaire ! Ce qui ne empêche pas de plaider aussi, mais ensuite, pour des efforts supplémentaires en Europe en faveur de l’aide humanitaire ailleurs dans le monde, en sachant que les Etats aussi financent cette aide conformément à leurs engagements lors de la conférence de Paris !
    A suivre !

  • Nicolas V

    Intéressant , Bravo â la France !!!
    Et l’Allemagne à prendre en modèle , c le modèle d’Hollande, non ? Lol!
    Je ne vois pas la Grèce ds ce classement, pouvez- vous ns le renvoyer avec tte la liste ?
    Qd des enfants tombent de faim à l’école depuis que la troïka (dt l’UE) « s’occupe d’eux « , ça m’interpelle
    Et l’Espagne, Portugal, Italie, Irlande
    Bon, faut pas trop s’inquiéter pr les évanouissements à l’école , les écoles non chauffées , carreaux cassés , en hiver, c mieux, ça permet de faire le tri.
    Et puis bq d’écoles ferment.
    Vs ne voulez pas instruire les pauvres, j’espère !
    C pas très UE, ça !
    On privatise, point barre .
    On fait mieux que le modèle US qui a écoles et facs publiques, nous, ds notre UE.
    Merci d’avoir la gentillesse de ns renvoyer la liste.

  • Nicolas V

    En réponse à ma propre demande de liste complète , ce n’est pas si simple.
    Votre renvoi « pauvreté des enfants pays économiquement avancés  »
    On ne retrouve pas ts les pays de cette UE c Portugal, par ex
    D’autres tableaux scindent par le revenu moyen /habitant avec 2 fourchettes etc…
    On perd 1 partie de la liste
    Je n’ai pas encore lu les 40 pages.
    Allez sur Unicef Innocenti pauvrete etc…
    À bientôt

  • Nicolas V

    Finalement, « le rôle qu’elle (l’UE) joue ds le quotidien des peuples en crise … » est une phrase totalement juste.
    Le rôle de l’UE ds la paupérisation des peuples qui ont eu le malheur d’avoir des gouvernants de l’Etat acceptant sa sujétion est manifesté.
    A tous les peuples d’Europe de se lever et contre cette « chose » et contre leurs gouvernants.
    Nous, le peuple, nous ne sommes pas une machine à fric.
    Nous, le peuple, ns n’avons rien à voir avec l’empire Bilderberg, Goldman Sachs, Le Siècle et autres avatars.
    Nous, le peuple, nous ne finançons pas des milices de mercenaires contre les peuples.
    Nous, le peuple, nous n’envoyons pas des corps de gendarmes européens « disparus ds la nature  » dans les pays de cette UE dt les gouvernants ont peur de leur peuple.
    Nous, le peuple, nous ne fomentons pas de coups d’état.
    Nous, le peuple, nous vous mettons en garde : il est plus que possible (restons modestes) que vos milices de mercenaires et vos gendarmes repartent une main devant, une main derrière.
    In fine, la référence à Robespierre …

  • Bellenger Pierre

    L’Europe monétariste se disloque. Quel bonheur. Après, il sera possible de construire une Europe humaniste .Mais que ferons-nous de tous ces hommes d el’europe du fric ?

  • Nicolas V

    Mon commentaire a sauté. Je reprends.
    « A la Lanterne « , je joke.
    Pour les milices mercenaires, la Lanterne ou la fuite.
    Pour les gendarmes européens, on verra.
    Savez- vous que les milices nazies ukrainiennes et d’autres agents sur place ont été entraînés en Pologne ?
    Alors, si gendarmes polonais , je ne sais pas.
    Hollande se bat contre les jeunes djihadistes Francais . Good . Il le fait à l’Institut du Monde Arabe devant le drapeau saoudien. Lol! Il nous méprise tant et nous le lui rendons bien qu’il ne sauvegarde même pas les apparences .
    Y-a-t’il eu des français ds les camps d’entraînements contre la Syrie, montés et financés par » la France » ?
    « La Frańce » parmi ses livraisons d’armes, a t’elle armé des djihadistes français ?
    Voilà de bonnes questions
    C de notoriété publique, on peut ressortir ttes les sources.
    Il faut sortir de l’€.
    Je crains que la Finance ne ns entraîne ds une 3ème guerre mondiale (un de Goldman Sachs disait « il ns faut une 3ème guerre mondiale « ).
    Hollande a essayé avec la Syrie, raté.
    Ne le laissons pas y parvenir av l’Ukraine.
    Il a les sondages et il met son veto, ils ne st pas publiés.
    Il faut faire faire et trouver un support courageux qui publie.
    Pour le moment, ns sommes en position défensive .
    L’attaque viendra.
    Espoir.

  • vernier gerard

    Invoquant, pour ma défense, mon légendaire manque de subtilité, je ne m’attarderai pas sur les méandres du flot de commentaires développés successivement par un internaute dont la signature peut laisser penser qu’il se revendique de la dynastie des Romanov.

    Revenons donc à l’essentiel: la très intéressante chronique consacrée ce mardi à l’aide humanitaire de l’Union européenne. Elle tire la sonnette d’alarme sur le problème crucial d’un manque de moyens au service d’une ambition chère à tous les tiers-mondistes, qui, contrairement à une image caricaturale, ne sont pas tous nécessairement des demi-mondains.

    Elle peut en outre être lue comme le pendant d’une autre chronique, celle que Patrice Obert a consacrée dans ces colonnes (SLE, 24 mars 2014) aux considérations sociales et à l’Europe de la solidarité dans la mesure où l’auteur soulignait à juste titre que « la solidarité devra non seulement être déclinée au sein-même de l’Europe, mais elle devra être la clé des relations entre les peuples dans un nouveau partenariat indispensable à notre survie collective ».

    Dans son article d’hier, Sulena mentionne à juste titre que l’Union européenne est le premier bailleur de fonds au monde. L’aide d’urgence en constitue incontestablement l’une des missions les plus emblématiques, tout comme le « 100 mètres » passe pour une des épreuves-reines des JO. Il est permis cependant d’ajouter que cette médaille d’or englobe également – que l’on comptabilise ou non dans cette évaluation les aides bilatérales apportées par les Etats membres – la course de fond (sans mauvais jeu de mots) que représente depuis l’origine (1958) la politique plus large de « coopération au développement » menée au profit d’un ensemble de pays de la planète qui avoisine aujourd’hui près de 150 partenaires, dont plus de la moitié située en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique. Une chronique ultérieure sera consacrée à cette politique dans la perspective de « 2015, Année européenne du développement », ainsi proclamée par le Parlement européen et le Conseil sur proposition de la Commission.

    Certes, en ce cas aussi, on pourrait légitimement considérer que l’effort financier mériterait d’être accru, au regard, notamment, des « Objectifs pour le Millénaire » définis en 2000 par les Nations-Unies.
    Mais, au-delà du quantitatif et en regard des considérations évoquées par Sulena, deux aspects qualitatifs méritent d’être déjà soulignés à ce stade, avec pour fil conducteur le souci de cohérence des politiques:

    – d’une part, les liens que, dès après la création d’ECHO, la Commission a entendu promouvoir entre l’aide d’urgence (court terme), la réhabilitation des structures(moyen terme) et le développement proprement dit (long terme)… une problématique qui continue encore aujourd’hui de mobiliser les efforts tout en prenant en
    compte l’évolution des contextes (notamment les situations de conflits dans les pays en développement);

    – d’autre part, la recherche du « consensus » au sein de l’UE. Sulena a mentionné celui entériné en 2007 en matière d’aide humanitaire sous forme de déclaration commune du Conseil, des Etats membres, du Parlement européen et de la Commission. On ajoutera que, deux ans auparavant, une formule identique avait été inaugurée par les mêmes parties prenantes en ce qui concerne la définition d’un cadre de principes communs pour la mise en oeuvre de la politique de coopération au développement. A croire que le consensus fait consensus…

    Il reste à espérer qu’ECHO – dont l’acronyme évoque une « caisse de résonance » – rencontrera effectivement une meilleure compréhension auprès des autorités qui, précisément, ont la clé financière… de la caisse.

  • Nicolas V

    « Les autorités » ???
    J’ai oublié le a majuscule.
    Vous avez tant de respect pour New York City Bank.
    « Les Autorités » quelle tristesse …
    Nous, le peuple , nous savons nous prendre en charge.
    Nous n’en appelons à aucune Autorité.
    Nous, le peuple, j’ai oublié la majuscule, nous n’affamons pas les enfants.
    Nous, le Peuple, ne reconnaissons que Notre Autorité.

  • Nicolas V

    Appel à la Liberté …
    Nous , le Peuple , nous battrons pour notre Liberté.
    Nous, le peuple, nous battrons contre New York City Bank.
    Nous, Le Peuple, sommes amour pour nos enfants.
    Nous, Le peuple, nettoierons les fours sans Decap Four.
    On a le droit d’être irréel qq part.
    La dérision.

  • Nicolas V

    Si nous voulons parler de l’Afrique, vaste sujet.
    Que va faire Hollande au Mali et en Centre Afrique ? A votre avis ?
    Les régimes africains st corrompus
    Bon, pour partie, c ‘est notre héritage
    Maintenant , question de survie :
    Qu’est-ce qui est pire ?
    – la corruption
    Ou
    – le clientélisme
    Il faut choisir
    Alors ?
    Je dirais que le clientélisme est pire
    Cad que des catégories sociales ou ethniques n’auront pas accès aux soins par exemple, et que l’UE va regarder ailleurs, puisque ns avons affaire aux corrupteurs.
    Et que ça s’appelle un génocide
    Alors pas de leçon de bien-pensance, pas de l’UE, surtout pas.
    Pas de l’éphémère en place en France, surtout pas lui.
    Tant que vous n’aurez pas compris où se situe le respect humain …
    C’est simple, limpide, tout être vivant a le droit de vivre.
    De vivre décemment
    De ne pas avoir de job a 1€/heure
    Et pourquoi pas 1€/jour ?
    Pensez â vos enfants, à vos petits-enfants, c’est ça l’avenir que cette UE leur mitonne.
    Ça vous plait ?
    Réveillez-vous.
    Bougez .
    Levez-vous.
    Dites NON

x

A lire aussi

Invitation – 60 ans du Traité de Rome : Marche pour l’Europe

Nous avons le plaisir de vous inviter à la prochaine manifestation de ...