Accueil » Actualités » Aide humanitaire européenne : réduction du budget, accroissement des besoins

Aide humanitaire européenne : réduction du budget, accroissement des besoins

L’Office humanitaire de la Communauté européenne (ECHO), soit la Direction générale de l’Union européenne en charge de l’aide humanitaire et de la protection civile, doit actuellement affronter une pénurie de financements alors que les besoins continuent d’augmenter. Certes, la multiplication des crises en 2013 semble avoir eu raison de son équilibre financier, lui faisant dépasser son budget annuel d’environ 300 millions d’euros… Budget calculé sur les crédits que les Etats-membres de l’UE s’étaient engagés à verser. En ces temps de crise et de restrictions budgétaires, est-il toutefois si pertinent d’amputer de moitié l’aide humanitaire européenne ?… Ou bien n’obtiendra-t-on pas les effets inverses du résultat escompté, soit faire face à une crise généralisée ?

Cette diminution drastique entraînera nécessairement des vagues de licenciements et l’abandon de nombreux projets menés par les ONG… Ce qui implique des « dommages collatéraux » humains (ECHO a aidé près de 120 millions de personnes rien qu’en 2013). De nombreux contrats ont été gelés et, de l’aveu même du Directeur général d’ECHO, Claus Sorensen : « Nous avons dû identifier l’urgent et… le super-urgent » suite à l’annonce de la réduction budgétaire. L’urgent pouvant signifier les actions de prévention menées sur le terrain, et non les interventions directes de gestion de crise, mais également certains financements clés, à l’instar de ceux à destination de la Syrie. Toutefois, la suspension de l’ « urgent » causera de façon certaine une dégradation dramatique de la situation sur place, qui deviendra à son tour… super-urgente. Amputer le budget humanitaire n’est donc pas une solution envisageable à long-terme, ses conséquences sur le terrain deviendraient rapidement ingérables. Rappelons qu’il y a à peine deux mois, la Commission européenne niait tout problème de trésorerie et démentait toute perspective de réduction du budget d’ECHO… De nombreux fonctionnaires européens travaillant dans cette direction générale déplorent vivement cette austérité et tentent d’alerter la Commission en lui demandant de faire machine arrière ou, pour le moins, de faire de nouvelles propositions à la fin du mois de Mai.

L’Union européenne est pourtant le premier bailleur de fonds au monde. Loin d’être connue pour son rôle dans la politique internationale, voire même considérée comme passive et non-impliquée dans les conflits (dernier exemple en date en Ukraine), elle bénéficie d’une certaine réputation grâce à l’aide d’urgence et les missions qu’elle déploie dans ce domaine. Ces interventions sont reconnues et appréciées, à la fois par les citoyens européens et à l’international. En dépit des lourdeurs administratives que l’UE se plaît à semer dans ses appels d’offres, ses propositions de financements et ses dossiers, les ONG s’entendent pour reconnaître le rôle indispensable qu’elle joue aujourd’hui dans l’amélioration du quotidien des peuples dans les pays en crise.

Le « Consensus européen sur l’aide humanitaire » adopté en 2007, qui constitue le texte de référence dans ce domaine, postule que « l’aide humanitaire est un impératif moral et l’expression fondamentale de la valeur universelle qu’est la solidarité entre les peuples » ; au-delà du côté européen, donc alambiqué, de cette phrase, elle postule de façon nette ce qu’est l’Europe et pourquoi elle a été créée. A l’heure inquiétante où les extrêmes rencontrent de plus en plus d’écho en Europe (une pensée pour les élections municipales en France…), il est de notre devoir de nous souvenir d’où nous venons… et de demander à nos représentants européens de prendre des mesures urgentes (prélever des fonds dans d’autres secteurs, faire un appel aux Etats-membres de l’UE) afin que cette amputation du budget humanitaire ne puisse se faire.

Sulena

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

20 juin : Journée annuelle des réfugiés

La guerre ou la persécution oblige 20 personnes chaque minute à tout ...