Accueil » Actualités » Opinions » Bientôt des euros danois dans nos poches ?

Bientôt des euros danois dans nos poches ?

Après la réélection d’Anders Fogh Rasmussen au poste de premier ministre du Danemark, les Danois s’apprêtent à se prononcer sur les clauses d’opt-out de leur pays à un certain nombre de politiques européennes et très probablement, sur l’adoption de l’euro. Ils avaient rejeté la monnaie unique en 2000 par référendum.
Le Premier ministre danois, M. Rasmussen, a déclaré aux journalistes, le jeudi 22 novembre à Copenhague, que le moment était venu. Le gouvernement estime que, au cours de ce mandat parlementaire, «les électeurs doivent avoir la possibilité de se prononcer au sujet des dérogations danoises relatives à l’Union européenne». Le Premier ministre récemment réélu a ajouté : «Nous avons toujours dit que les exemptions danoises étaient des obstacles pour le pays».

Le Danemark, qui avait initialement rejeté le traité de Maastricht en 1992, l’avait finalement adopté en 1993, après avoir négocié une clause d’opt-out sur un certain nombre de politiques européennes, notamment la justice, les affaires intérieures, la coopération en matière de défense et l’Union monétaire européenne. Lors d’un scrutin séparé en 2000, les Danois avaient rejeté l’adoption de l’euro.

M. Rasmussen, dont la coalition comprend son propre parti libéral (Venstre), les Conservateurs, le Parti du peuple danois d’extrême droite, ainsi qu’un parti des Îles Féroé, a remporté les élections du 13 novembre dernier, avec une faible majorité de 90 sièges sur les 179 du Parlement danois. Il est cependant «confiant» et estime «pouvoir convaincre les Danois de voter en faveur du Traité de Lisbonne».

Selon la Constitution danoise, un référendum doit avoir lieu si une révision des textes de loi transfère la souveraineté du Danemark à l’Union européene. M. Rasmussen espère une ratification rapide et a déclaré que son gouvernement commanditerait des expertises sur les effets économiques des opt-outs. Ces exemptions impliquent également que le Danemark n’a pas son mot à dire dans les domaines politiques concernés.

D’après les analystes, l’adoption de l’euro par le Danemark n’aurait aucune répercussion économique. La couronne danoise est très étroitement liée à l’euro, ce qui signifie qu’en pratique les taux d’intérêt sont fixés par la Banque centrale européenne.

Seuls deux partis du Parlement de Copenhague, représentant ensemble près de 17 % des députés, sont ouvertement opposés à toute intégration européenne supplémentaire. Le référendum devrait être serré.

Article issu du site EurActiv.

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

Stand up for Europe crée the Activist

Stand up for Europe, réseau européen de militants proeuropéens, propose aujourd’hui un ...