Accueil » Actualités » Edito (page 33)

Edito

Quand la France disparaît du monde

Le dernier ouvrage de Nicolas Tenzer, Quand la France disparaît du monde, est paru chez Grasset en novembre 2008. Ce livre fait suite à la mission officielle de dix-huit mois qui l’a conduit à parcourir le monde et au rapport qu’il a adressé aux pouvoirs publics en mai 2008. Toutefois, cet essai n’est pas seulement la transformation d’un rapport de ...

Lire la suite...

Référendum?

Faut-il un référendum obligatoire en France pour admettre un nouvel Etat dans l’Union européenne ? Cette question a été posée aux lecteurs de ce blog ainsi qu’aux parlementaires.     Comme vous le savez, après plusieurs rebondissements, la solution retenue lors de la révision constitutionnelle du 21 juillet dernier est que les parlementaires pourront saisir le Président de la République, ...

Lire la suite...

Affaire de priorité

L’Europe vient de perdre l’une de ses âmes en la personne de Bronislaw Geremek. Le journal du soir de France 3 n’en a pas dit un mot hier. En revanche, je sais tout ou à peu près du défilé sur les Champs-Elysées. Sur une autre chaîne, j’ai croisé Jean-Louis Debré qui disait que « ça a changé, parce qu’autrefois le député ...

Lire la suite...

Oui ! Sauver l’Europe !

A ce jour, huit Etats n’ont pas ratifié le traité de Lisbonne et un l’a repoussé. En 2005, les esprits raisonnables avaient immédiatement, et avec raison, appelé à poursuivre les ratifications de la constitution européenne avec le résultat que l’on sait. L’histoire repasse le plat. Chefs d’Etat et de gouvernement assurent de la poursuite du processus des ratifications, mais nos ...

Lire la suite...

Y’a qu’à faut qu’on

Le sénateur Denis Badré est un honorable parlementaire. Vous l’apercevrez souvent dans les rangs du Mouvements européen, et évidemment il faut s’en réjouir. Il y a un peu plus de dix ans, le sénateur Badré titillait M. le ministre des affaires étrangères sur une histoire de drapeaux aux fenêtres : Question écrite n° 04022 de M. Denis Badré (Hauts-de-Seine – ...

Lire la suite...

Grève chez Dacia : l’Europe sociale à l’heure du conflit

La grève chez Dacia illustre les enjeux sociaux de l’intégration des nouveaux Etats membres à l’Union européenne. La rapidité du rattrapage économique avive les tensions économiques, et cela passe immanquablement par des conflits. Leur libre expression est, tout compte fait, un symptôme positif de démocratie sociale. C’est aux syndicats de Dacia de mener la grève, de conduire les négociations, et ...

Lire la suite...

Elections, piège à prénoms

Parce que la chimie amusante de la sociologie électorale va se nicher désormais partout. J’ai tenté de recenser les prénoms présents sur les huit listes candidates aux élections municipales de Rennes, en leur ajoutant ceux des candidats de Cesson-Sévigné, car il fallait bien équilibrer les tendances et demeurer sur un secteur géographique identique. Méthode et rigueur sont, chacun le sait, ...

Lire la suite...

J’ai au moins deux convictions…

Ce qui importe aux socialistes, dans le capitalisme total et mondialisé, c’est de parvenir à renouveler l’équation de la prospérité et de la solidarité. Autrefois, dans la France de la fin du 19ème siècle, on appelait cela le « solidarisme ». Il faudra la synthèse de la République et du socialisme pour consolider, pour humaniser le nouvel ordre individualiste et ...

Lire la suite...

Alors que la planète se réchauffe, la politique française roule encore au super.

Nous endurons les nouvelles traductions légales du social-nationalisme. Le social-nationalisme, c’est cette idée que notre modèle social est seulement victime du complot de l’étranger. On pensait ce sentiment cantonné aux radicalités, de gauche et de droite. Hélas, il faut relever que le mal touche plus de monde. Autrefois, on parlait d’une lepénisation des esprits. Quelle belle époque que celle de ...

Lire la suite...

Europe, qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ?

Le chef de l’Eglise romaine a tenu conversation sur l’Europe, à son arrivée en Autriche, le 7 septembre dernier. Selon les passages cités, on y verra un signataire de Sauvons l’Europe (plutôt à gauche), un professeur d’histoire (plutôt au centre), ou un souverain intransigeant (plutôt de droite). Démonstration : Benoît XVI aurait pu signer l’Appel de Sauvons l’Europe, la preuve ...

Lire la suite...