Accueil » Actualités » Cuisine pré-électorale

Cuisine pré-électorale

Prenez un kilo d’amalgames. Ajoutez une bonne livre d’anxiété. Saupoudrez d’idées reçues puis mélangez le tout – et tous les concepts avec – jusqu’à obtenir une pâte bien lisse, uniforme, et vous obtiendrez la nouvelle identité française, version Nicolas Sarkozy. Oui, « nouvelle », bien que ce dernier affirme au contraire que cette identité est celle d’origine et qu’elle a été dénaturée (on n’est plus à un paradoxe près, non ?).

Peuple de France ! Il est temps que les jeunes de 18 ans, sans formation, qualification ou emploi, fassent un service militaire obligatoire pour « apprendre le respect de la discipline » et « les vertus de se lever tôt le matin », en pensant au passage à remercier l’Etat qui leur donne « un autre avenir que celui de la délinquance et du RSA ». Si tu es tout juste majeur et au chômage, c’est non seulement de ta faute (et celle de tes parents laxistes) – tu n’avais qu’à faire des études – mais en plus, tu deviens presque par nature un « délinquant » profiteur. Le raccourci est absurde mais efficace.

Que les parents d’enfants délinquants se rassurent : les méfaits de leur progéniture ne seront plus qu’un souvenir désagréable ! Les mineurs « qui entraveront le bon fonctionnement de leur établissement » seront désormais confiés aux bons soins d’on ne sait qui (pourquoi, c’est important ?) dans des « internats à encadrement renforcé ». Si d’aventure les parents concernés refusent de confier leurs rejetons mineurs, ils verront leurs allocations suspendues. Car oui, c’est bien connu : les enfants et adolescents posant des soucis de comportement sont tous issus de familles assistées, et les enfermer aura le mérite de les rendre invisibles, donc de résoudre le problème.

On arrive alors au plus savoureux, au cœur fondant de cette recette un tantinet écœurante, servie en temps ordinaire par des cuisiniers plutôt Forcenés, voire Négationnistes (roulement de tambour) : l’identité française menacée. Menacée par ces minorités qui « nous imposent leur mode de vie » (quelle allusion subtile), menacée par une gauche « multiculturaliste » qui s’est laissée dominer par la « tyrannie des minorités ». Passons l’épisode burlesque du burkini qui a fait couler tant d’encre inutile ces derniers jours et tant rire ailleurs en Europe. Ces questions renvoient à l’illusion d’une identité culturelle homogène, « purifiée », qu’il faudrait préserver d’un étranger perçu comme une agression et non plus comme un signe d’ouverture, de diversification. Or, une identité est par définition hétérogène, constituée de tout ce qui s’est importé (oui, tout n’est pas Made in France) et traduit en elle. Vouloir purger cette identité fantasmée de ses « impuretés » revient tout simplement à nier notre histoire, nier la réalité… Et conduit à certaines réactions radicales en Europe de l’Est ou aux Etats-Unis, comme la construction de murs le long des frontières (la cerise sur le gâteau étant qu’on parvienne à faire payer l’ « étranger » lui-même pour cette construction, n’est-ce pas, Monsieur Trump ?).

Et n’oublions pas d’applaudir le succulent « Ce n’est pas aux Français de s’adapter au droit, c’est au droit de s’adapter à la menace que subissent les Français ! », en référence à l’expulsion des terroristes du territoire (mais si souvenez-vous : un problème est résolu quand on le déplace, s’il devient invisible). Nicolas Sarkozy sait de quoi il parle, lui à qui on a reproché durant son quinquennat d’annoncer sans cesse de nouvelles lois à chaque fois qu’un événement dramatique survenait. Il va même plus loin dans l’irresponsabilité en affirmant que le droit doit s’adapter à ce point : faut-il pousser sa logique jusqu’à changer la Constitution pour pouvoir cautionner des idées – ses idées – qui vont à l’encontre des valeurs sur lesquelles la République française se base jusqu’ici ? Une justice flexible, à la carte selon l’humeur, voilà de quoi arranger un candidat toujours mis en examen à l’heure actuelle.

Par contre, « il n’y a qu’une seule loi : la loi de la République » et tout le monde doit la respecter. On est un peu perdu là, non ? Attendez, il y en a d’autres : « Jamais on ne s’est autant incliné devant la rue », cette « rue » qu’il dénigre à cet instant alors qu’il la valorisait quelques instants plus tôt : « Ce ne sont pas eux [les élites/le gouvernement] qui ont peur de prendre les transports en commun », mais bien « la rue » qui a peur, cette rue qu’il fallait alors protéger. C’est fou ce qu’il est simple d’assaisonner les concepts à la sauce aigre-douce.

Passons la suppression du regroupement familial et de l’Aide Médicale d’Etat, accordées aux étrangers en situation irrégulière. C’est bon, les valeurs de la République sont assez piétinées, en est-on bien certain ?

A l’approche d’une élection présidentielle, nous sommes habitués à la multiplication des promesses, à la radicalisation des discours et à la délectation avec laquelle les candidats s’approprient une actualité anxiogène. Toutefois, une limite a été franchie le 25 août à Châteaurenard avec ce discours de Nicolas Sarkozy qui – bien qu’il s’en défende – revendique ouvertement des positions dont on peine à différencier en quoi elles se distinguent de celles de l’extrême droite. Espérons que cette recette – servie si souvent à travers les âges – sera toujours écœurante une fois la douceur en bouche passée, et que le « peuple de France » fera honneur à sa réputation de gourmet !

À propos Solen

Solen est notre chargée de plaidoyer. Ses dadas sont le codéveloppement et les libertés.
  • Touzalin

    Bonjour,
    J’ai beaucoup apprécié l’article de ce jour de M. Solen. Pertinent sur le fond, agréable à lire par la forme. Merci.
    Jérôme Touzalin

  • anthony

    Merci de donner un éclairage aussi consistant sur les délires d’un candidat inconsistant et pathétique. Cela étant, toute l’Europe est atteinte de ce même prurit haineux, et il va falloir se retrousser les manches pour enrayer cette atroce épidémie. La tâche citoyenne pour relever l’exigence éthique de notre continent privilégié est gigantesque et urgente. Et sera aussi une étape et une contribution nécessaires au sauvetage « écologique » de toute la planête : si on guéri pas le mal à sa racine, en aidant partout où il le faut, tous ceux qui sont exclus, là où ils tentent de survivre, nous les verrons effectivement, pour les plus désespérés d’entre eux, venir quémander leur droit à vivre dans la dignité, et susciter de nouveau partout de nouveaux « réflexes identitaires ».

    • anthony

      lire : « si on ne guérit pas le mal ». Et supprimer un des « nouveau » dans la dernière phrase.
      Comment se fait-il qu’on ne puisse pas corriger le texte que l’on vient d’écrire avant de le laisser publier, si l’on a un repentir ?

      • Danielle Dinis Foucaut

        Relire avant de cliquer !!

        • Si vous vous créez un compte Disqs, il est possible de corriger les commentaires

  • OpenYourEyesOpenYourMind

    moi je suis dérangé par cet article qui vient en sommes parler de Sarkozy, soit-disant pour le critiquer mais qui relait en gros sa pensée sans apporter de réflexion construite ou ne serait-ce que des contres-arguments.
    Pour l’exemple:

    – « Passons l’épisode burlesque du burkini qui a fait couler tant d’encre inutile ces derniers jours et tant rire ailleurs en Europe. » => en Allemagne, en Italie et en Croatie c’est également un sujet que les gens abordent, discutent, et si les politiques se risquent moins à des positions radicales comme les maires de certaines villes balnéaires de France, la population se demande comment elle doit réagir face à ce « phénomène nouveau ».

    – « Car oui, c’est bien connu : les enfants et adolescents posant des soucis de comportement sont tous issus de familles assistées, et les enfermer aura le mérite de les rendre invisibles, donc de résoudre le problème. » => certes non la pauvreté n’est pas la cause de la délinquance, heureusement d’ailleurs, mais puisque vous êtes si bien informé, donnez nous des chiffres… au moins vous serez plus crédibles que le(s) politique(s) que vous critiquez. Quant à régler le problème, je n’ai pas de solution idéales non plus, mais laissez les jeunes livrés à eux-même n’en est certainement pas une. Là encore, puisque vous semble être un spécialiste, faites nous donc des propositions, citez des exemples d’institions ou de système ayant résolu ce problème.

    Si vous êtes journaliste, faites honneur à votre profession. Si vous ne faites que des billets d’humeur, retenez vous SVP.

    • Nous ne sommes pas journalistes. Nous sommes un mouvement citoyen et donc nous faisons des billets d’humeur

      • jlcatalan

        vous êtes un mouvement, peut être citoyen (bien que ce qualificatif connoté soit fortement édulcoré par excès d’emploi), et vous êtes réputés Sauver l’Europe. Au moins à parler d’Europe.
        Dans ce billet « d’humeur » je vois bien la position politique, je ne vois ni ne lis l’Europe.

        Attention! Sauvons l’Europe!
        Ce ne sont que les balbutiements de la campagne présidentielle, et vous enfourchez déjà la vieille mule socialiste sans vous préoccuper d’Europe.

    • Gérard Vernier

      Je ne sais qui devrait le plus « se retenir », de l’auteure de l’article ou de « OpenYourEyesOpenourMind » qui, à l’instar d’autres courageux commentateurs, avance masqué sous un pseudonyme… et qui, pour reprendre une remarque tout à fait fondée de Danielle Dinis Foucaut en réponse à Anthony, devrait vérifier son orthographe avant de cliquer…

      Quant au fond, je pense que l’intérêt de l’article réside précisément dans l’ « humeur/humour » qui l’irrigue. Dans mon humble perception, ce réquisitoire ne constitue qu’un point de départ pour des réflexions plus poussées au sujet des graves dérives d’une partie de la droite française, qui semble encline à retrouver ce statut stigmatisé dans les années 50 de « droite la plus bête du monde ». Il ne suffit pas de « vibrionner » du côté de Neuilly pour acquérir la stature d’un homme d’Etat.

  • françois bohy

    C’est bien de faire cette comparaison avec le goût.
    On a tout de suite le ressenti du contenu nauséabond qui traine dans ces discours de Sarko (et consorts ……) en pensant à ce plat d’apparence sympathique (bien grillé par ex) qui a une attaque en bouche suave et qui se révèle être chargé d’ingrédients ayant passé, depuis longtemps, leur date de péremption.
    L’amertume se révèle après coup et elle est très tenace. Une seule solution :
    la poubelle!
    est on refait tout le plat!

x

A lire aussi

Une Tête, Deux voix

Nous reproduisons ici la prise de position bilingue de nos amis des ...