Accueil » Actualités » Dimanche, ayons de la mémoire !

Dimanche, ayons de la mémoire !

Ce mercredi 19 avril à Autun, Sauvons l’Europe participait au meeting de soutien d’Emmanuel Macron à l’invitation de Remy Ribeyrotte, maire d’Autun et président de la Communauté de commune et de son adjoint au numérique Vincent Chauvet.

Etaient également présents François Patriat, sénateur et ancien président de la région Bourgogne, le journaliste Jean-François Kahn et Nathalie Griesbeck, députée européenne.

A cette occasion nous publions la Tribune du maire d’Autun sur son soutien à Emmanuel Macron.

Le choix dimanche, c’est déjà d’éviter l’ornière dramatique d’une sortie de route. A l’extrême-gauche avec les héritiers du Parti Communiste. A l’extrême-droite avec ceux qui, toujours, face aux difficultés, nous proposent le repli, le rejet, la haine de l’autre, et le ressentiment. Bref la France de Vichy, du renoncement et de l’expiation…

D’abord éviter l’ornière. Ensuite faciliter l’activité et arrêter de conforter les rentes quelles qu’elles soient.

Concrètement, et je pense ici à la question centrale de la fiscalité locale que seul Emmanuel Macron prend en considération. Redonner leur chance aux territoires et donc aux habitants des villes ou des territoires ruraux comme les nôtres, en facilitant l’initiative, en partageant la responsabilité, bref en creusant le sillon de la décentralisation et donc de la responsabilité partagée.

L’heure doit enfin venir de faire confiance aux acteurs, aux partenaires. Il est temps de passer d’une société où on attend tout de l’Etat, comme on attend tout d’une tutelle, à une société où l’Etat devient l’Etat partenaire. Un partenaire qui peut, avec d’autres, libérer l’initiative, libérer les énergies et faire avancer ceux qui portent les projets. J’ai toujours en mémoire cette phrase de François Mitterrand : « La France a eu besoin d’un pouvoir fort et centralisé pour se faire, elle a, aujourd’hui besoin d’un pouvoir décentralisé pour ne pas se défaire« .

C’est l’un des enjeux majeurs de ce scrutin. Veut-on d’un pays qui se replie sur lui-même et que l’extérieur abandonne ou veut-on un pays qui fait rayonner sa richesse créatrice et sa culture en Europe, en construisant un projet avec les autres Etats ? Un pays où l’Etat est partenaire des acteurs de terrain comme il sera partenaire des autres pays européens pour faire redémarrer une construction européenne utile à tous ?

Cet enjeu majeur, dimanche prochain, il faut y répondre, il faut choisir. D’un côté, l’extrême-gauche, l’extrême-droite, ou la droite extrême portée par un candidat disqualifié par ses propres turpitudes et son sens si commun qu’il ressemble à un corset.

De l’autre, le sursaut, porté par Emmanuel Macron et une nouvelle génération, avec une nouvelle conception de l’Etat et de la démocratie européenne, nationale et locale. Bref, un vote utile pour notre pays en ce début du XXIème siècle.

Bien sûr, c’est un vote exigeant, parce que c’est un vote positif. Un vote pour, pour l’avenir. Il est bien plus facile de voter sur un coup de tête, par revanche ou par rancune. Mais le seul vote utile, c’est celui de la rupture créatrice, c’est celui du progrès, c’est celui de la confrontation aux enjeux d’aujourd’hui et à ce qu’ils exigent de nous d’efforts, de travail et de remise en question.

Je terminerai par une citation de Winston Churchill, par ces temps gaulliens où le sursaut national doit être à l’ordre du jour : « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ». Winston Churchill reprenait d’ailleurs une formule du Maréchal Foch : « Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir ».

Alors, dimanche prochain, ayons de la mémoire et votons pour Emmanuel Macron.

 

Remy Ribeyrotte, maire d’Autun

À propos Sauvons lEurope

Sauvons l’Europe, association pro-européenne et progressiste qui s’engage pour une Europe démocratique et solidaire
  • jlcatalan

    Macron, hélas!
    Non Arthur bouche d’or, le vote Macron n’est pas un vote positif, c’est le choix du moins pire.
    Non Arthur bouche d’or, Macron tripote la fiscalité locale, mais c’est beaucoup plus démagogique que correspondant à une réalité. Les taxes locales méritent mieux que ce coup d’urne.

    Winston Churchill a certainement prononcé cette phrase, paraphrasant K Marx qui parlait d’histoire….

    Arthur bouche d’or vous manifestez la passion des convertis.

    • Fort peu de passion. Par ailleurs, erreur sur la signature de l’article qui est bien de M. Ribeyrotte, maire d’Autun comme indiqué dans le corps du texte

    • mareau

      Dans le concept de relativité il y en effet, l’approche par le verre à moitié vide. Moi je le préfère à moitié plein ! Cela ne change rien dans l’absolu mais cela montre une dynamique qui colle aux temps modernes.

  • PB

    Dimanche, ayons de la mémoire en effet..! Le front populaire avait une idée certaine du progrès au profit du plus grand nombre, n’en déplaise à Arthur.

    • mareau

      Oui il y a eu de bonnes chose dans le passé mais ce qui compte c’est l’avenir avec des donnes totalement différentes !

  • mareau

    Un peu de math ! soit 4 solutions binaires pour ; A = 1/2 ; B = 1/2 (c’est gauche et droite)

    Le Pen dit : A – B = 0 et en effet, c’est nul

    Mélanchon dit A (ancien clivage car on se tire des balles dans le pied)

    Fillon dit : B (ancien clivage car on se tire des balles dans le pied)

    Macron dit A + B = 1 → c’est l’unité (c’est nouveau !)

    Mais il existe une cinquième solution de type analogique : C’est l’ensemble du spectre des réels compris entre 0 et 1 ! C’est ce qui est largement majoritaire et pas seulement dans la dualité politique. C’est une règle fondamentale en physique.

    Donc une partie de A + une partie de B cela s’appelle l’union. En général cela rend plus fort. Mais qui a compris cela ?

  • Pierre BOULAS

    SAUVONS NOUS DE CETTE EUROPE

    • Gerard Vernier

      En effet, vous avez raison: il nous faut moins d’Etats membres et une intégration plus poussée.

  • FORTIER Bernard

    Macron est l’homme neuf qui veut sauver l’ancien monde du désastre
    électoral.

    Macron va dératiser l’usine, c’est déjà ça, mais l’usine continuera de produire
    du poison.

    En laissant le pouvoir à ceux qui ont créé les problèmes actuels,

    comment pouvez-vous espérer trouver les solutions nécessaires ?

    Après Hollande le menteur, voici Macron l’illusionniste.

    Mélenchon lui intègre dans ses propositions les urgences sociales et
    environnementales,

    ces impasses qui ne seront pas résolues sans un renouveau démocratique et
    solidaire.

    Il faut sortir des sentiers battus, la France Insoumise porte ce
    programme innovant et courageux « L’avenir autrement », qui prend la
    bonne direction.

x

A lire aussi

30 juin : Brexit, Trump : du désarroi au ressaisissement de l’Union européenne

Nous avons le plaisir de vous inviter à la prochaine réunion de ...