Accueil » Actualités » Erasmus Euromed : Notre engagement pour le printemps Arabe adopté par le Parlement européen

Erasmus Euromed : Notre engagement pour le printemps Arabe adopté par le Parlement européen

Pourquoi avons nous mobilisé le Parlement Européen en faveur d’un programme Erasmus/Léonardo à initier avant fin 2011 ? Cette Mobilisation de députés européens au long des couloirs de Strasbourg est bien loin de l’exaltation des combats révolutionnaires. De même, le succès que représente 389 signatures en faveur d’un Eramus/Leonardo Euromed n’équivaudra jamais la chute de Tripoli….Alors pourquoi avons nous déployé autant d’énergie à faire réussir WD15 ?

Nul ne s’attendait à la lame de liberté qui a déferlé sur les pays du Sud méditerranéen. La jeunesse de ces pays est déjà entrée dans l’Histoire par sa mobilisation et son courage. Elle doit y rester en gagnant la bataille de la démocratie et de la prospérité économique. Pour ce nouveau défi, un rôle fondamental sera joué par les étudiants et les jeunes professionnels.

Les étudiants, car ils exerceront demain des responsabilités dans les postes publics et privés à tous les échelons de la société ; les jeunes professionnels, car ils seront en première ligne de la lutte contre le chômage.

Dans ce domaine, les programmes de mobilité ‘Erasmus’ – pour les étudiants – et ‘Leonardo da Vinci’ – pour la formation professionnelle – constituent des réussites majeures de la construction européenne. Erasmus Mundus a déjà exploré les voies fécondes du partage des savoirs hors de l’Union.

Mais cela est aujourd’hui insuffisant, tout comme les quelques dizaines de bourses supplémentaires envisagées par la Commission européenne dans le cadre de la nouvelle politique de voisinage. Les carences sont encore plus fortes dans le domaine de la formation professionnelle.

Il est désormais indispensable de franchir une nouvelle étape et de partager à une autre échelle les compétences et les savoirs afin de favoriser – au Sud… comme au Nord ! – un débat démocratique sain et un développement économique commun.

Nous l’écrivions dès le mois de mars dernier dans notre tribune publiée dans libe.fr : « Les peuples qui viennent de gagner seuls leur liberté et leur dignité n’ont certainement pas fait la révolution chez eux pour venir vivre chez nous ! » Il était donc primordial de créer des conditions dignes et favorables à la promotion de la libre circulation des étudiants dans le respect de l’altérité et de la réciprocité. C’est désormais au programme de l’Union européenne.

 

Henri Lastenouse – Mounia Harkati –Arthur Colin

 

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

20 juin : Journée annuelle des réfugiés

La guerre ou la persécution oblige 20 personnes chaque minute à tout ...