Accueil » Actualités » Europe : de la guerre à la paix

Europe : de la guerre à la paix

MAI 2015 : 70e anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale

MAI 2015 :  65e anniversaire de la déclaration de Robert Schuman

En ces temps troublés sur le continent européen, il est utile de rappeler que depuis le 9 mai 1950, il n’y a plus eu un conflit armé entre Etats membres de l’Union européenne. Ce faisant, il ne s’agit pas d’oublier des drames qui se sont déroulés lors de l’éclatement de l’ex-Yougoslavie hier, ou encore ce que subissent les populations d’Ukraine aujourd’hui.

Cinq ans – seulement cinq ans – après l’Armistice du 8 mai 1945, la déclaration de R. Schuman, fondatrice de ce qu’est l’Union européenne en 2015 repose sur un triptyque fondamental : Réconciliation, Solidarité, Paix.

Que ce beau mot de « Solidarité » puisse se concrétiser en réponse aux drames que constituent ces migrations de femmes, d’hommes, d’enfants du « reste du monde » en méditerranée et ailleurs. Que ce 9 mai soit l’occasion d’un signe, envers ces victimes des détresses, exprimé par un moment de silence lors des initiatives diverses et variées de la journée de l’Europe.

« L’Europe n’a pas été faite, nous avons eu la guerre » rappelle la déclaration de R. Schuman.

Et la guerre est aujourd’hui aux frontières de l’Union européenne. Les Etats de la Baltique, mais aussi la Pologne, la Roumanie et la Bulgarie tous membres de la famille européenne sont directement concernés.

Assassiner Boris Nemtsov à Moscou c’est assassiner l’opposition à la guerre en Ukraine, c’est mettre en cause la paix, plus largement, en Europe.

La réconciliation Franco/Allemande reste la base fondamentale de la construction européenne de ces 65 dernières années. Elle a été à la une de l’actualité pour bâtir un compromis, qui reste fragile, mais qui existe pour tenter de stopper l’invasion de l’Ukraine par la Russie. C’est le couple franco/allemand qui a favorisé la rencontre entre le Président ukrainien et le Président russe, c’est le couple de la paix qui suit au quotidien la mise en œuvre du compromis.

L’Union européenne est là aussi pour protéger ses populations. Dans cette situation de tension, rappelons l’article 222 du Traité européen « L’Union et ses Etats membres agissent conjointement dans un esprit de solidarité si un Etat membre est l’objet d’une attaque terroriste ou la victime d’une catastrophe naturelle ou d’origine humaine ». Bien que l’Union européenne n’ait pas de véritable politique de Défense depuis que le Parlement français a refusé la ratification, en 1954, du traité instituant une « Communauté européenne de défense – CED », en cas de besoin, « L’Union européenne mobilise tous les instruments, y compris les moyens militaires mis à sa disposition par les Etats membres… »

Pour passer de l’instabilité à la sécurité ou mieux encore de la guerre à la Paix qui n’est jamais garantie à vie, gardons en mémoire ce message de Robert Schuman, toujours d’actualité : « Les dures leçons de l’Histoire ont appris à l’homme de la frontière que je suis à se méfier des improvisations hâtives, des projets trop ambitieux, mais elles m’ont appris également que lorsqu’un jugement objectif, mûrement réfléchi, basé sur la volonté des faits et l’intérêt supérieur des hommes, nous conduisent à des initiatives nouvelles, voire révolutionnaires, il importe – même si elles heurtent les coutumes établies, les antagonismes séculaires et les routines anciennes – de nous y tenir fermement et de persévérer. »

Puissions nous garder ce fil conducteur dans nos mémoires pour la mise en œuvre de nos actions.

Jean-Pierre Bobichon – Ancien fonctionnaire européen –

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • Henri Tanson

    Après la guerre, la paix.
    Est-ce grâce à la construction européenne que les troupes allemandes ont été vaincues…?
    Quand je pense qu’Hitler la voulait, cette grande Europe, unie, solidaire…
    Les USA qui ont développé les forces militaires de l’OTAN en Europe n’auraient donc pas eu de rôle dans cette paix? Équilibre de la terreur plutôt, quand on regarde le développement délirant des arsenaux nucléaires de part et d’autres du mur…
    Cette pauvre construction européenne n’a été que spectatrice.
    Arrêtez de nous bassiner avec ces coïncidences: ce n’est bien sûr pas l’UE qui a calmé les ardeurs militaires des peuples.
    Et quand vous dites qu’il n’y a plus de guerre entre les peuples européens, comment qualifiez-vous cette concurrence économique débridée, malhonnête? Guerre économique ! Bien plus destructrice que ces guerres militaires, bien plus sournoise aussi.
    Grâce aux règles de l’UE qui imposent la mise en concurrence des 28 entre eux et avec le reste du Monde, sans aucunes règles, aucuns contrôles, aucunes protections, nous sommes en guerre… En plus, nous ne pouvons plus contrôler les mouvements de capitaux et de biens à l’intérieur du périmètre de l’UE et avec les pays tiers: guerre économique, loi du plus fort.
    L’UE nous protège? Euh…
    Quand je pense que nous avons une défense nucléaire opérationnelle; à quoi cela nous servirait-il que l’UE nous protège?…
    Faut arrêter avec ces slogans de propagande: non, l’UE ne nous protège pas, l’UE nous expose et nous rend chaque jour plus vulnérable; un peu la technique de la mafia…

  • feeL3

    D’accord sur le fond avec Henri Tanson.
    J’ajoute que Hitler a été financé par les grandes Firmes Américaines pour relancer l’économie allemande et au délà, remettre sur pied une armée.Les infos à ce sujet ne manquent pas sur la toile pour qui veut comprendre et ouvrir les yeux.Le Nazisme comme entreprise de démolition de la « vieille Europe » au profit du NOM.Contrairement au dire: « ils » ont gagné la 2eme guerre(les forces matérialistes intégristes pour le pouvoir d’une minorité).La guerre continue partout dans le monde(même sur les plans écologiques et climatiques) sous divers formes aussi et divers plans.La liste des morts s’allonge mais sous des couvertures plus banales.Les maladies ont des remèdes, mais quand les entretenir est plus rentable que de les soigner…Même le cancer a trouvé des réponses: Seulement pas lucratif pour les lobbies pharmaceutiques.Ceci est un exemple, beaucoup d’autres existes.Comme sur le problème énergétique.
    Le Chaos organisé et géré par le NOM est une stratégie pour imposer leur Solution Finale.La dernier loi liberticide en France en est un exemple aussi.Les Politiques Français ne sont pas les amis des peuples mais de grands Hypocrites à la solde de puissances non élues par les nations inféodées.Par « sournois » il faut comprendre aussi que ces tyrans générent un climat de peur et de terreur qu’ils prétendent venir de « l’extérieurs »mais dont ils sont les orcherstrateurs.La presse (entreprise aux mains des Banquiers)n’est pas libre mais cet organe de propagande entretient un climat de mystification et anxiogènique pour museler le Nombre.La précarisation fait partie aussi de cette méthode, alors que la Monde a les moyens techniques de régler l’essentiel des problèmes.Le malheur du Nombre fait le bonheur de la Bête.Problème/Réaction/Solution.

  • gerard vernier

    « M.Henri s’obstine; M.Henri est buté ». En songeant à cette célèbre contre-offensive – adaptée en l’occurrence – de Pierre Dac à l’intention d’un certain Henriot, je ne pouvais m’empêcher, au fil de la lecture de l’article de Jean-Pierre Bobichon, de deviner – à vrai dire sans grande difficulté – quelle serait la première réaction à cet article. Car « M.Henri » est surtout très prévisible avec ses certitudes dignes d’un tract europhobe des années 50. En adoptant, à l’instar d’un complice dissimulé sous le nom d’un pape, l’attitude du hamster faisant tourner indéfiniment la roue dans la bulle où il est enfermé, on finit par ne plus être très inventif…

    • Henri Tanson

      Gérard Vernier, ancien fonctionnaire à la Commission européenne et ancien enseignant à l’Université de Paris X…
      M. Vernier, on a dit pas d’attaques personnelles, que des idées, des idées…
      Vous n’auriez pas plus d’imagination, d’arguments?
      Pas vous…
      Sauf le respect que je vous dois, dû à votre âge, je n’attends aucune impartialité de la part d’un fonctionnaire européen; on ne mord pas la main qui vous a nourri, bien nourri.
      Je suis toujours étonné, et votre attaque le confirme, les « européistes » n’ont pas d’arguments à faire valoir quand ils sont mis en difficulté, ils préfèrent faire diversion en agressant leurs détracteurs ou en alignant les mensonges.
      Pourtant, si cette construction européenne est si vertueuse, les arguments ne doivent pas manquer pour le prouver. D’ailleurs, si c’était le cas, 100% des Français seraient heureux d’en faire partie! Dont moi !
      J’ai peur que ce ne soit pas le cas.
      Je rêve qu’un jour, après une période de vrais débats laissant de côté toute idéologie, les Français soient amenés à se prononcer par leur vote, pour une fois, sur leur volonté « d’Europe ».
      Mais je sais que tous les Monsieurs Vernier feront en sorte que cela ne soit jamais possible…

  • feeL3

    Pour info:THRIVES (le site et les vidéos ; existe en français)
    L’initiateur est à la base issu de l’olligarchie, appartenant a une famille très riche et ayant fait ses cursus dans de très grandes écoles.Pourtant cela ne l’empêche pas de dire ce qu’il en pense étant donné qu’il est resté intègre aux valeurs humaine et a l’espoir et la générosité d’envisager un monde meilleur.

  • JP Duquesne

    “Et quand vous dites qu’il n’y a plus de guerre entre les peuples européens, comment qualifiez-vous cette concurrence économique débridée, malhonnête? Guerre économique ! Bien plus destructrice que ces guerres militaires, bien plus sournoise aussi.“

    70 ans de construction européenne sans guerre entre les pays de l’UE.
    Durant les 75 ans qui précèdent, 3 guerres majeures attisées par toutes formes de nationalisme.
    1870: 300 000 morts
    14-18: 18 600 000 morts (civils et militaires)
    39-45: plus de 35 000 000 morts en Europe. plus de 50 000 000 dans le monde.

    Ah que la guerre était jolie!… et pas sournoise non plus !
    On en redemanderait presque !!

    • Henri Tanson

      Personne ne nie les morts des guerres que vous rappelez.
      JPD Vous voulez déformer mes propos?
      Vous n’expliquez pas pourquoi il n’y a pas eu de troisième guerre mondiale: est-ce grâce à l’UE?
      Créer des liens économiques entre les pays les empêcherait de se faire la guerre? N’est-ce pas merveilleux ! Le monde des affaires est vertueux! Bon sang, mais pourquoi n’y avons-nous pas pensé plus tôt!
      L’UE est vendue selon cette idée que c’est grâce à elle que la paix est là: c’est mignon.
      Et du coup, si l’on vous démontre que la paix est plutôt due à d’autres facteurs moins « Disney », la raison d’être de la Construction européenne disparaît?…
      Faut trouver d’autres bons arguments!
      Qu’avez-vous à dire de cet équilibre de la terreur entre les deux super-puissances nucléaires?
      Qu’avez-vous à dire de l’opposition de l’Otan et du Pacte de Varsovie? Vous n’en parlez pas, c’est peut-être négligeable…
      Il ne suffit pas de dire « La construction européenne c’est la Paix » pour que cela soit vrai.
      Grâce à l’UE, il fait beau.
      Grâce à l’UE, ma voisine est sympa.
      Grâce à l’UE, les hommes sont allés sur la Lune…
      Et grâce à l’UE, on peut lire tous les jours des histoires de Bisounours dans les médias…
      Tiens, un autre argument: pourquoi tous ces pays qui sont désormais dans l’UE et qui n’en faisaient pas partie avant Maastricht, par exemple, ne se sont pas fait la guerre pendant toutes ces années? C’est sûrement parce qu’ils avaient prévu d’entrer dans l’UE et qu’ils se retenaient de se battre..
      Vraiment, je m’amuse bien !

  • Mischler

    Oui nous sommes bien dans le continent Européen,qui en douterait,oui nous Européens avons besoin de la défendre surtout contre nos propres préjugés,nous sommes à 28,et c’est tant mieux,nous devons défendre « NOTRE EUROPE » envers et contre tous extrémismes,et avec de la ténacité,mais nous Français sommes des « rebelles »,et nos valeurs collectives s’en ressentent,nos individualismes forcenés nous empêchent d’avancer,nous avons perdus l’occasion d’avancer démocratiquement de 2002 à 2012,en profitant de l’instauration de la nouvelle monnaie,rattrapons le temps perdu,que nos dirigeants nous parlent d’Europe sur les chaînes Nationales,Arte ne peut pas tout expliquer,et qu’à une petite catégorie de téléspectateurs,ainsi que les chaines privées du groupe canal,qui elles sont attaquées par les anti européens,battons nous pour les jeunes générations qui vont nous succéder,celles et ceux qui profitent des nouvelles éducations,quelles soient éducatives,économiques,sociologiques,et intransigeante à l’égard d’hommes politiques dits Nationaux,dont l’égo est non seulement surdimenssionné et qui influencent les extrémismes pour s’arroger le pouvoir.
    Etant fils de Malgré nous,(janvier 44-sept.1945)et frère d’un appelé ayant passé 28 mois en Algérie pendant cette guerre de 1954 à 1957,je revendiques le droit à la paix….. Européenne des droits de l’ humain. G. Mischler

  • bertrand g

    L’Europe continue à être attaquée par les nationalistes et mouvements extrémistes.

    Les partis politiques qui rejettent toutes les responsabiltés sur elle sont aussi ceux dont les leaders d’hier sont régulièrement condamnés pour leurs propos antisémites et racistes.

    Rappeler que l’Europe nous a permis de sauvegarder la paix leur est insupportable. Peut-être est-ce la paix qui leur est insupportable!
    Alors comparer les guerres et les luttes économiques devient l’argument favori.

    Le nombre de morts rappelé par JP Duquesne n’est évidemment qu’un « détail ».
    En France le discours officiel du front national a délaissé les phrases anti-juives pour une position islamophobe mais les pro-nazis sont toujours parmi leurs militants.
    Où ménerait une telle haine de l’autre sans l’Europe: à des partis nationalistes vat’en guerre qui organiseraient de nouveaux génocides sur leurs territoires et ceux de leurs voisins.
    La première étape est de dénigrer l’Europe et d’amener les votes des esprits simples à la rejeter.

    • Henri Tanson

      Bertrand g.
      Vous aussi, vous ne pouvez pas concevoir que l’on puisse avoir un regard critique sur cette construction anti-démocratique, sans être extrémiste ou xénophobe, antisémite, raciste ou autre… Vous parlez du FN…. Amusant: vous tombez vous-aussi dans le panneau… Le FN existe pour diaboliser toute critique rationnelle. Tous les partis politiques français, depuis des décennies, proposent à chaque élection de changer l’Europe: je me demande bien pourquoi si tout va bien (à vous en croire)…
      Avec un énorme effort d’imagination, vous entrevoirez peut-être que l’on puisse avoir un regard critique sur l’UE sans rentrer dans vos jugements catégoriques… Je critique l’article 63 du TFUE sur la libre circulation des capitaux et des biens; je critique l’article 106 qui impose de mettre en concurrence les services publics avec le privé, je critique l’article 123 qui impose aux États d’emprunter à des banques privées, je critique l’article 42 du TUE qui impose l’unanimité des 28 pour changer une ligne des traités, je veux que l’on débatte de l’article 50 de ce même traité qui permet la sortie unilatérale par un Etat de cette construction: je suis extrémiste? C’est prévu dans les traités… Est-ce extrémiste de ne pas faire partie de l’UE? Les Anglais sont extrémistes qui proposeraient un référendum? C’est extrémiste de ne pas prendre en compte le résultat d’un référendum….
      Je ne sais pas pourquoi je vous réponds: vos propos sont bien vides d’arguments mais vous êtes caractéristique de beaucoup d’aveugles pro-UE qui n’ont de vision que ce que la propagande européenne leur propose.
      L’UE est bien faite pour vous: elle s’adresse à des rêveurs en flattant leur sensiblerie; malheureusement, c’est une machine de guerre, de mieux en mieux rodée qui approche de son rythme de croisière. Pour peu que le petit caillou de la Grèce ne bloque pas cette mécanique de précision.
      Pourquoi critiquer le fonctionnement de cette UE alors qu’en fait, c’est une réussite totale pour ceux qui l’ont créée: la finance, les multinationales, l’oligarchie euro-atlantiste… Tous les gens qui sont derrière ces structures se félicitent de vos propos et vous encouragent à continuer. Évitez de trop réfléchir et faites jouer la corde sensible… :))))

      • bertrand g

        M. TANSON,
        Je n’ai effectivement pas d’autres arguments que les manuels d’histoire en ce qui concerne mes propos sur les victimes des guerres, contredits, je le reconnais, par des auteurs d’ecrits négationnistes qui ont été poursuivis et condamnés pour ceux-ci.
        Votre phrase propos : »Guerre économique! Bien plus destructrice que ces guerres militaires… » sont tellement mensongers qu’ils ne nécessitent pas de commentaires.

        Ce n’est pas votre regard critique qui m’indispose et je peux partager certains de vos points de vue sur l’aspect économique de l’UE.
        Je ne tomberai cependant pas « dans le panneau », selon votre expression qui consiste à rejeter l’ensemble de la construction européenne et à justifier ce refus avec des arguments tel celui cité ci-dessus.
        J’apprécie aussi vos petites phrases: »le FN existe pour diaboliser toute critique rationnelle… », « la finance, les multinationales, l’oligarchie euro-atlantiste ». Le vocabulaire me rappelle fortement leurs leaders. Ils’agit là d’une remarque et non d’un jugement.
        Quant à un jugement catégorique, je ne crois pas en avoir eu et ma réaction consistait uniquement à ne pas laisser passer une telle contre-vérité sur la comparaison du nombre de victimes des conflits armés et d’une « guerre » économique (et c’est moi qui n’argumente pas…) .

        Je vous salue

    • Henri Tanson

      À Bertrand g.
      Cher Monsieur qui prenait la peine de répondre à mes propos, je regrette que vous me compreniez de travers: aurais–je à un seul moment mis en doute ou minimisé le nombre de morts des guerres citées? Non.
      Si je parle de victimes de cette nouvelle guerre qui a changé de genre, guerre économique, je ne compare pas; je pense simplement qu’elle fera plus de victimes encore (!) et que nous n’en sommes qu’à un début. La particularité de cette guerre, c’est qu’elle est invisible. Vous souvenez-vous des derniers mots de Mitterrand dans ses mémoires recueillies par Georges-Marc Benamou? Lui, avait compris ce qui nous attendait; il faut dire qu’il y avait participé…
      Quand je parle du FN c’est pour rappeler que ce genre de parti est un pion utile dans l’échiquier politique: en France comme à l’étranger, ces partis extrémistes ont un rôle précis qui est celui de servir de repoussoir à des idées qui dérangent le système. Un bon parti bien repoussant, gorgé de haine, de racisme, d’extrémisme et qui proposerait de sortir (sans jamais l’écrire) de l’UE permet de diaboliser l’idée simple que l’on peut sortir de ces traités, tranquillement, puisque c’est permis par l’article 50… Comment, vous voulez sortir de l’UE? Vous êtes fascistes, racistes etc., etc. C’est amusant que vous compariez mes propos avec ceux de leurs leaders… Lesquels? Vous comprenez un peu de travers, non?
      Vous ai-je accusé de jugements catégoriques? Je ne pense pas…
      En résumé, c’est plus de l’incompréhension que la réalité de mes commentaires qui explique votre réaction. Et qui vous pousse à utiliser des propos déplacés: négationnistes, mensongers, m’indispose, petites phrases, et le sous-entendu sur les propos des leaders que j’aurais repris?… Je pense pourtant que nous avons le même avis sur le fond.
      Modérez-vous !

  • Bruno Crépin

    La position d’Henri Tanson est étonnante.
    Oui, l’union Européenne manque de démocratie
    Oui, les lobbies financier attaque cette démocratie.
    Oui, la paix c’est d’abord la démocratie.
    Bien…
    Défendons une vraie démocratie pour l’Europe.
    Pourquoi vouloir démolir le peu de démocratie exitante ?
    Pour qui travaillez-vous ?

  • Henri Tanson

    Monsieur Crépin,
    Je suis heureux d’apprendre qu’il y a un peu de démocratie dans cette UE ! Je ne sais pas où mais je veux bien vous croire…
    Pourtant, la Commission, regroupements de fonctionnaires non-élus qui cumule le pouvoir législatif ET le pouvoir exécutif est tout sauf démocratique… Ne me dites pas que c’est le Parlement européen qui édicte les lois: il n’a même pas la possibilité d’en proposer une seule !…
    Vive la démocratie; mais je constate simplement que tous les pays de cette UE passent leur temps à la critiquer, ce qui laisserait entendre qu’ils voudraient la modifier?
    Mais ce n’est pas possible: c’est bien le principe… Chaque pays a des intérêts différents: si chacun peut adapter les traités « à sa sauce » il n’y a plus d’UE. Donc, il fait empêcher les peuples de changer une virgule des traités (c’est expressément prévu dans les textes, unanimité exigée…): je ne trouve pas cela démocratique, du tout !!!! Qui est ce chef d’Etat allemand qui a reconnu qu’il avait eu une position dictatoriale en imposant cette UE à son peuple? Helmut….
    Qui est donc cet escroc international qui affirme qu’il n’y a pas de solution démocratique en dehors de l’UE?… Jean-Claude…
    L’UE ne peut pas être démocratique puisqu’elle s’impose définitivement aux États… Enfin, si on oublie l’article 50 du TUE…
    Je veux bien un peu plus de démocratie mais si cette UE avait la moindre vertu, elle aurait été basée, dès l’origine, sur cette démocratie ? Mais elle n’a fait que prendre la suite de la CECA, du traité de Rome etc., qui n’étaient que des traités économiques: qu’y aurait bien pu y faire la démocratie là au milieu…?
    Bruno Crépin, arrêtez donc de rêver et constatez. Vous n’avez pas d’autres arguments à me proposer que de demander plus de démocratie?
    Quelle est donc votre solution? Je suis preneur et prêt à changer de position…

    • Bruno Crépin

      La démocratie n’as jamais été donnée aux peuples, ce sont toujours les peuples qui ont construit leur démocratie, et jamais dans le renoncement. Alors, bêtement, opiniâtrement, je continuerai à réclamer plus de démocratie.
      Qu’auriez-vous fait en 1789 ? Auriez-vous refusé de siéger sous prétexte que cette assemblée n’était pas démocratique ? Auriez-vous réclamé les souveraineté des « états » et « duchés » de France ?

      • Henri Tanson

        Monsieur Crépin, je me bats pour la démocratie, avec mes convictions.
        Je me bats pour faire comprendre aux rêveurs que cette voie empruntée n’est pas la bonne: l’UE ne peut pas être démocratique, par essence. C’est faire fausse route que d’y croire; c’est perdre son temps.
        Il y a mieux à faire: ça passe par un vrai débat de fond sur cette Union, sur ce qu’elle nous apporte de positif et de négatif et d’envisager, peut-être, d’en sortir, si nous nous rendons compte que nous n’y trouverons jamais notre compte. Rien que ça, un vrai débat national, ce serait la preuve qu’il y a encore un peu de démocratie chez nous; mais j’ai des doutes. Pourquoi ceux qui veulent en débattre sont interdits de médias? Mais vous ne le savez peut-être pas, vous qui voulez y croire, malgré les évidences. (Un parti politique en France se bat pour que l’on en parle, pour que l’on puisse faire organiser des débats dans les médias; depuis huit ans, avec déjà 7.700 adhérents uniquement grâce au bouche à oreille et à internet, et vous ne le connaissez pas!… Et ce ne sont sûrement pas des extrémistes mais des gens comme vous et moi, qui n’ont jamais fait de politique pour la plupart. Inconnu des médias et pourtant, il a près de deux fois plus d’adhérents que EELV…)
        Combien d’années écoulées et on est encore à se dire que l’UE n’est pas assez démocratique… Elle aurait dû l’être dès le début et ça n’a jamais été le cas. Pourquoi?
        Il faut en prendre conscience et en tirer les conséquences.
        J’ai fait ce chemin et je voudrais que d’autres suivent le chemin qui est le mien. Mais je ne force personne et je respecte ceux qui veulent continuer à y croire, malgré toutes leurs contradictions.
        J’ai des proches qui veulent toujours y croire et je les aime quand même !!!! Mais je ne manque jamais une occasion d’éveiller le doute chez eux.

        • Bruno Crépin

          Monsieur Tanson.
          Le débat, très bien. Bien sûr, débattons. Exigeons le débat.
          Le doute, bien sûr, rien n’est jamais acquis, et méfions-nous des certitudes.
          Dans ce cas, je ne comprends pas comment vous pouvez poser cette axiome : « l’UE ne peut pas être démocratique, par essence ».
          En affirmant cela vous fermez vous-même le débat, et vous renforcez l’attitude des forces qui s’accapare les leviers européens de façon non démocratique en affirmant en retour : « pas d’alternative ». Une affirmation n’attend rien, alors qu’une question attend toujours des réponses ; elle force, elle oblige. Il n’y a pas de bonne réponse, il n’y a que de bonnes questions. J’attends donc que vous formuliez des questions pour savoir si je peux y adhérer.

          • Henri Tanson

            Cher Monsieur, vous préférez les questions?
            – que penser d’une organisation qui donne à 28 fonctionnaires nommés le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif? Pensez-vous que l’on peut qualifier cela de dictature ou de démocratie? Bien sûr il y a un parlement avec des élus européens… Mais quel est vraiment leur rôle? En plus, il se plaignent de n’avoir plus rien à traiter en ce moment…
            – comment peut-on respecter la démocratie de 28 peuples en leur imposant des traités forgés dans le marbre sachant que ces 28 peuples ont des intérêts aussi différents. Est-ce nier que chaque peuple puisse évoluer différemment, qu’ils puissent changer de dirigeants et de politique? Si un État veut modifier un simple article des traités, il doit obtenir l’unanimité des 28.
            – est-ce démocratique de ne jamais accepter de débat sur le fond de cette construction et de ne jamais accepter que l’on puisse évoquer l’existance de l’article 50 du TUE qui permet à un État de ne plus dépendre des traités?
            – est-ce démocratique de ne jamais plus demander aux peuples leur avis sur cette construction, par référendum par exemple?
            – peut-on imaginer que les traités puissent être « mis à la sauce » de chaque État et que l’UE subsiste?
            – peut-il y avoir démocratie quand il n’y a pas réellement de peuple européen?
            – pourquoi voulez-vous que ceux qui sont satisfaits de l’uniformisation du grand marché européen, avec des règles économiques proches, une monnaie commune, figée, et plus aucun pouvoir politique acceptent que cela puisse changer et que les politiques, donc les peuples, puissent enfin avoir leur mot à dire? Je vous rappelle que l’essence même de cette construction européenne est fondée sur l’économie, les profits, les intérêts internationaux, et cela, depuis le tout début de son origine (la CECA).
            – pensez-vous que la Commission européenne ait le moindre pouvoir contre les lobbies des grandes entreprises internationales, les banques? Quand on voit toutes les tractations pour désigner tel ou tel commissaire, celui qui sera le plus dans le dogme, le plus soumis aux directives de « La Finance »… Si elle avait le moindre pouvoir, ça se verrait depuis longtemps? Et que feraient ces quelques 60.000 personnes recensées à Bruxelles qui sont censées faire du lobbying?
            – que penser de la façon dont le fameux traité transatlantique de libre échange est négocié en catimini, (sans informer les dirigeants des 28 Etats concernés), entre la Commission et les responsables américains? Même si l’UE essaye de nous faire croire, depuis très peu de temps, que tout est transparent puisqu’elle met en ligne certains documents très généraux qui parlent de sujets tranquilles en oubliant les plus sensibles? Pourquoi les documents fuités chez les Américains sont très nettement différents et moins « politiquement corrects » que les communications aseptisées de l’UE?
            – que penser de ce que dit l’UE au sujet de la liberté laissée aux États de s’opposer à la généralisation de certains OGM, si on apprend que ne seront pas retenues les réticences sur leur dangerosité sur la santé ou l’environnement… Se moquerait-on du monde? Le danger des OGM est bien sûr relatif à notre santé et à notre environnement…
            – etc., etc.
            C.est un peu pour ces questions que je doute que l’UE soit, et puisse être démocratique:

  • gerard vernier

    Cher Monsieur Tanson,

    On aura beau argumenter, on ne fera jamais boire un âne qui n’a pas soif. A ce propos, je m’empresse d’ajouter que, dans mon esprit, l’évocation de l’âne n’a rien de péjoratif – bien au contraire, j’ai personnellement beaucoup d’empathie pour cet animal supérieurement intelligent.

    Permettez-moi par ailleurs de vous retourner la critique concernant ce qui serait un défaut d’argumentation de ma part. Même si j’accepte volontiers l’idée que je dois parfois, sans doute, encore développer davantage – mais sans lasser le lecteur – les raisonnements à la base de mes propos dans les chroniques ou les commentaires que SLE veut bien publier, je vous demande de faire le même examen critique: trop souvent, vous énumérez (par ex.les articles des traités) mais ne les commentez pas vraiment. Faisons un effort de part et d’autre: le lecteur y gagnera…

    De surcroît, je vous remercie de me tendre la perche par votre allusion à mon « ancienneté ». Celle-ci me donne en effet l’occasion de rendre hommage à trois « architectes » de la construction européenne qui ont marqué ce long parcours:

    – d’abord, Pierre-Henri Teitgen, un « père fondateur » qui fut un grand Résistant et dont le charisme a rayonné sur ses étudiants en droit européen, un groupe auquel j’ai eu l’honneur d’appartenir juste avant que mai 68 ne réveille une université quelque peu somnolente

    – ensuite, Edgard Pisani, ancien ministre du général de Gaulle et sous l’impulsion duquel un grand nombre de collègues et moi-même avons vécu de grandes heures – sans les compter, tellement ce fut passionnant – dans les avancées de la coopération européenne au développement en faveur des partenaires du Sud de la Méditerranée

    – enfin, Jacques Delors, qui s’est révélé, pour la Commission, un président d’une exceptionnelle envergure, une qualité qu’on n’a pas nécessairement retrouvée chez ses successeurs, à l’intention desquels on pourrait parodier Gavroche:
    « Je suis tombé par terre,
    C’est la faute à Santer,
    Le nez dans le ruisseau,
    La faute à Barroso ».
    Je reconnais que cette parodie est un peu ingrate à l’égard de la main « qui m’a nourri » (pour reprendre votre expression).

    Votre esprit critique ne rejoindra sans doute pas ma sympathie pour le trio Teitgen-Pisani-Delors, trois véritables « bâtisseurs de cathédrales » dans la jungle des égoïsmes nationaux. Mais, au moins, puissiez-vous comprendre ce qui a contribué à accréditer chez votre obsolescent interlocuteur le sentiment qu’il s’est « toujours fait une certaine idée de l’Europe »…

    Amicalement !

    • Henri Tanson

      Cher Monsieur, j’apprécie l’élégance de vos propos.
      Ils me donnent l’occasion d’une citation, qui vaut mieux qu’un long discours:
      « L’Enfer est pavé de bonnes intentions ».
      Je rajouterai même, à la suite de vos propos, que ce même Enfer est peuplé de gens de bonne volonté.
      Je ne critique pas les hommes et leurs intentions mais je me désole quand ils se débattent dans l’erreur.
      Se battre pour la Paix, c’est admirable. Je me bats pour la paix, comme sûrement tous les Français, les Européens. Rien d’exceptionnel à cela.
      Se battre pour la solidarité, c’est admirable. Comme de se battre pour la prospérité, etc… (En fait, tout ce que l’UE devait représenter dans la réalité alors que ce n’est que le rêve qu’elle nous vend…)
      Malheureusement, le faire à travers cette organisation européenne vicieuse dès son origine (la CECA), c’est une erreur dont l’on devrait s’apercevoir très vite pour peu que l’on garde un esprit critique et ouvert aux critiques.
      Bien à vous.

x

A lire aussi

Pologne, un pas a été franchi

Hier, pour la première fois, la situation de la Pologne en termes ...