Accueil » Actualités » Invitation – « Identité(s) nationale(s) versus identité européenne : la Pologne »

Invitation – « Identité(s) nationale(s) versus identité européenne : la Pologne »

 

Cher(e) ami(e),

J’ai le plaisir de vous inviter à la prochaine réunion de Sauvons l’Europe. Elle aura comme thème « Identité(s) nationale(s) versus identité européenne : la Pologne ».

A l’heure de la crise de la zone euro et du réveil de certains nationalismes, nous entamons, en partenariat avec la Maison de l’Europe de Paris et sous la coordination de Kinga Grege, un cycle de tables-rondes autour de la question de l’identité européenne et du désir de « vivre ensemble ». L’occasion ainsi de s’interroger sur les différents contextes nationaux au sein desquels s’est forgée cette identité. Est-elle commune, multiple ou aussi plurielle que les 27 États de l’Union ?

Et en Pologne, qu’en est-il ? Le sentiment de « citoyens européens de seconde catégorie », comme le déplorait Norman Davies, persiste-t-il ? La Pologne d’aujourd’hui croit-elle toujours dans un avenir européen ou persiste-t-elle avant tout dans l’atlantisme ? Et qu’en est-il des actions de sa présidence à la veille du bilan ?

Avec la participation de François BAFOIL, directeur de recherche au CNRS, Piotr BLONSKI, attaché de presse au service politique de l’Ambassade de Pologne, Lech MAJEWSKI, plasticien et cinéaste et de Karol OKRASA, chef-cuisinier.

Cette rencontre sera modérée par Szymon LUCYK, journaliste, correspondant de l’Agence de Presse Polonaise (PAP) à Paris et proposée en partenariat avec l’Institut Polonais de Paris.

A l’issue du débat, un cocktail et une dégustation de mets polonais de fêtes seront offerts par l’Ambassade de Pologne. Le buffet sera préparé par les chefs-cuisiniers M. Karol Okrasa et M. Miroslaw Nowak, en coopération avec les Ateliers Culinaires Polonais à Paris « Made in Poland ».

Jeudi 15 décembre 2011

18h30 – 20h00
table-ronde

20h00 – 21h30
animation culinaire et dégustation

Maison de l’Europe de Paris

35-37 rue des Francs-Bourgeois 75004 Paris

Amitiés europrogressistes,

 

Fabien CHEVALIER

Président

 

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • Bellenger Pierre

    La tentation est forte d’abandonner l’idée d’Europe parce qu nous nous sommes trompés dans le choix du système économique qui l’accompagne. La Pensée-Unique explose. Il faut trouver autre chose. Nous sommes donc contraints de dénoncer Maastricht et consorts et d’inventer un autre système. Je vous propose deux réflexions qui pourraient dervir de guide, de phare, pour éclairer et guider notre route dans ce changement :

    Le premier serait une Charte d’organisation de notre vie en société qui soit éthique. La primauté du pouvoir revient au Politique, puisque que nous avons admis que la Démocratie était un progrès de civilisation. Ce sont nos élus qui doivent assumer leur responsabilité de la Gouvernance du pays. Ils n’ont pas à se démettre et à s’en remettre à d’autres, comme nous l’avons fait, en donnant le pouvoir total à la Finance par l’article 56 du traité de Maasticht, confirmé par les articles 63-66 du traité de Lisbonne. Je crois que Jacques Delors l’a fait car il pensait que la vie économique se résumait à une circulation de monnaie. Jacques Delors se refuse à répondre aux question que lui pose un ancien disciple au sein du Groupe de réflexion Vie Nouvelle qu’il animait dans les années 1950. Il nous avait concocté un sketch qui disait bien sa conception de l’économie. Nous sommes donc acculés à dénoncer ce traité de Maastricht, et reconquérir la Primauté du Politique. C’est le phare le plus important.

    Le second phare est plutôt une justification philosophique, mais elle a une grande importance. Notre statut d’homo sapiens nous obligé à dépasser la loi de la sélection naturelle, loi sous laquelle la vie est apparue sur la terre. La démocratie que nous avons inventé en 1789 est déjà un dépassement de cette loi. Avoir marié la Démocratie avec la Pensée-Unique, expression parfaite de la loi de la sélection naturelle, est un non-sens, une absurdité. Les deux sont incompatibles. Malgré tous vos bons conseils, ça ne marchera pas à terme. Alors les amendements.à imaginer doivent tenir compte de cette vision, de cette reconstruction

    • Jean-Claude Lengrand

      Tout-à-fait d’accord. L’idée noble d’une Europe de paix, de fraternité, de cohésion a été dévoyée vers une Europe de la concurrence, du « chacun pour soi ». L’affaiblissement du rôle des Etats ne s’est pas fait au profit d’une politique commune issue de la démocratie. Elle a été exploitée, voire provoquée, pour permettre aux plus puissants d’écraser les plus faibles et aux plus riches de l’être encore plus. Les replis identitaires ou communautaires contre auxquels on essaie de remédier ont pour origine les conséquences de cette conception dévoyée de l’Europe.

x

A lire aussi

La République en marche doit enfin parler de politique

Où va La République en marche (LRM), le mouvement d’Emmanuel Macron ? ...