Accueil » Actualités » Nos Entretiens » Jean-Louis Bianco: On est en train de reconstruire à partir de l’Europe concrète

Jean-Louis Bianco: On est en train de reconstruire à partir de l’Europe concrète



Que pensez-vous des propos récents méprisant de Nicolas Sarkozy à l’égard du Parlement et de la Commission européenne ?
Je trouve que c’est dramatique parce que la France est en train d’être mise à l’index en Europe – enfin la France, la France de Nicolas Sarkozy. Et comme l’a dit Ségolène tout à l’heure, la honte ce n’est pas que la France soit attaquée, la honte c’est que la France fait des choses inadmissibles par rapport simplement au respect, par rapport aux droits humains, par rapport au droit français et par rapport au droit européen. C’est quand même extraordinaire de dire que parce qu’il peut y avoir ici ou là des problèmes d’occupation illégale des terrains, il faudrait renvoyer l’ensemble Roms en Roumanie ou en Bulgarie. Les réactions du pape, de l’ONU, de l’Europe montrent bien que Nicolas Sarkozy s’est mis dans un très mauvais cas. Il faut encore attendre 2012 pour qu’on puisse donner une autre image de la France.
Est-ce que vous pensez que l’Europe reste encore aujourd’hui un sujet de clivage au sein du Parti socialiste ?
Je crois que c’est en partie un sujet de clivage, mais que ça bougé. D’abord, il y a eu une vraie souffrance, je crois, chez les militants et les électeurs PS, de la déchirure du Parti entre le oui et le non et chacun a essayé de faire attention, a essayé de prendre des précautions pour qu’on ne revienne pas à un clivage aussi violent et surtout avec un vote militant à 60 % qui ensuite été contredit par un vote citoyen. Donc il y a un vrai souci de ménager.
Et puis je crois que les gens réfléchissent. Moi, j’ai évolué. Je ne regrette pas d’avoir voté pour le oui, mais par exemple je pense que la question institutionnelle n’est pas mûre aujourd’hui, que ce n’est pas le moment de parler institutions. Donc je pense, et sur ce que je vais dire là je pense qu’on le verra dans la convention internationale, il y a une convergence au sein du PS, il faut partir d’une Europe concrète comme dirait Ségolène, une Europe par la preuve. On peut faire des choses formidables en termes d’énergie, en termes de développement durable, en termes d’approvisionnement énergétique, en termes de développement des formations d’alternance. Donc je pense qu’il faut prendre des sujets concrets et construire l’Europe, l’Europe des citoyens, l’Europe des peuples sur des sujets concrets. Après,il sera temps de réfléchir à une nouvelle architecture. mon idée, c’est qu’il faudra bien repartir du franco-allemand, ce que Sarkozy sabote en permanence.
C’est vrai quand même qu’on a des différences, des clivages entre ceux qui sont – alors personne n’est pour le protectionnisme, mais le texte adopté par la majorité prévoit quand même des systèmes d’écluses, en disant qu’il peut y avoir un droit, une taxe au niveau des frontières européennes, pour aider les pays sous-développés à progresser vers les normes sociales et environnementales. Moi je soutiens cette position, il y en a certains qui sont moins allants là-dessus. Mais je crois que là on est en train de reconstruire, je le répète, à partir des projets, à partir de l’Europe concrète, et il faut qu’ensuite en un travail – mais ce sera à mon avis pour après 2012, avec, j’espère, la prochaine présidente.


À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • George Brunt

    Les socialistes ont l’opportunite de favoriser cette « Europe des citoyens » demandee par Jean Louis Bianco en faisant du prochain President de la Commission, un president elu par le peuple europeen. Pour cela, pas besoin de reforme institutionnelle.

    Le PSE a deja opte en 2009 pour avoir un candidat clair pour le poste de president avant l’election. Une campagne est actuellement en cours pour que ce candidat soit democratiquement elu par des primaires ouvertes (a l’americaine) ou internes.

    La designation d’un candidat par des elections democratiques lui donnerait une grande legitimite democratique en cas de succes aux elections europeennes.

    N’hesitez pas a joindre la campagne sur Facebook. Cette campagne a deja recu pres de 2000 soutiens, plusieurs parlementaires europeens et en France Pierre Moscovici s’est notamment prononce en sa faveur.

    En 2014, les socialistes peuvent changer l’Europe et contribuer a la rendre plus democratique:
    http://www.facebook.com/group.php?gid=139773746044558

  • Pingback: « Il faut prendre des sujets concrets et construire l’Europe, l’Europe des citoyens, l’Europe des peuples »()

x

A lire aussi

Andrzej Adamczyk : Pologne, situation tendue mais population toujours très européenne

Après la procédure de sauvegarde de l’État de droit engagée par la ...