Accueil » Actualités » Journée européenne d’action syndicale: 29/02

Journée européenne d’action syndicale: 29/02

 

La Confédération européenne des syndicats a décidé d’organiser, en collaboration avec ses organisations affiliées, une journée d’action européenne, le 29 février à la veille du Conseil européen des 1er et 2 mars prochains.

 

Le syndicat européen entend envoyer un message fort aux décideurs européens : trop c’est trop ! Des alternatives à l’austérité existent. Il faut mettre l’emploi et la justice sociale au cœur des priorités.

 

La réponse à la crise, qui remporte l’unanimité politique en Europe aujourd’hui, est celle de l’austérité et de la discipline budgétaire. Couper dans les salaires, dans la protection sociale, attaquer les mécanismes de négociation, hyper flexibiliser les contrats de travail, voilà ce que les idéologues néo-libéraux proposent comme seul horizon !

 

Le 30 janvier 2012, un Sommet vient de finaliser un nouveau traité international qui fait un pas de plus vers l’austérité et prévoit des sanctions en cas de déficits. Ce traité, qui devrait être adopté par le Conseil européen des 1er et 2 mars, grave dans le marbre la discipline budgétaire et risque d’enfoncer l’Europe dans la récession.

 

C’est pourquoi les syndicats européens se mobiliseront le 29 février partout en Europe pour affirmer que d’autres solutions existent à la seule discipline budgétaire. C’est un plan de relance pour l’emploi et croissance durable qu’il nous faut.

 

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • Jacques ERNEST

    Cette journée d’action européenne, à l’initiative de la Confédération Européenne des Syndicats mérite un total soutien. Je suppose (j’espère !?) qu’elle est en particulier activement soutenue par le monde syndical français, CGT en tête.
    Raison pour moi de regretter une fois de plus le rejet du projet de Constitution en 2005, projet qui était soutenu par la Confédération européenne (malgré tous ses défauts) et qui introduisait notamment la possibilité du ‘référendum d’initiative populaire’, à l’échelle européenne.

    • larry

      la CGT française boudant les instances de la confédération européenne des syndicats, je ne vois pas bien comment elle pourrait soutenir cet élan utile vers + d’Europe…

      • Agir et résister

        je voudrais rassurer Jacques Ernest en même temps que toi : j’ai sous les yeux un tract CGT reçu ce jour à la porte de Pole Emploi qui dit : « nous vous appelons à vous mobiliser nombreux le 29 février prochain comme partout en Europe pour dire NON à l’austérité ».
        On peut regretter, et je fais parti des citoyens ayant fait campagne pour le oui au référendum, le résultat du référendum sur la constitution, je regrette encore plus le tournant des dirigeants européens, pas que les politiques : l’Europe faite en 1957 pour améliorer la vie des citoyens devient l’Europe qui impose antidémocratiquement la rigueur aux peuples, car enfin, les changements politiques en espagne, en Grèce, en Italie se sont-ils fait par la voix des peuples ? Neni, c’est le couple de la honte, sarko merkel, soutenu par les Fmi Standar & Poors et cie qui imposent leur dictature à ces pays. Cela refroidit mon ardeur européenne …

        • Christian Rubat du Mérac

          Il ne faut pas baisser les bras, cela serait encore pire pour notre « petite » France, sans le poids de l’UE dans le monde.

          Bien sûr je suis également d’accord que ce poids serait supérieur si on avait voté oui en 2005.

          Le Non nous a fait perdre un temps précieux que l’on n’est pas sûr de rattrapper (la Chine ne nous attend pas pour imposer son modèle social au monde), mais le pire serait de se replier sur l’exagone comme le souhaite la moitié des candidats.

          Il faut que les autres candisats fassent aussi campagne sur la question de l’intégration européeenne, dans un sens positif.

x

A lire aussi

Pologne, un pas a été franchi

Hier, pour la première fois, la situation de la Pologne en termes ...