Accueil » Actualités » La responsabilité de la Gauche espagnole : s’unir !

La responsabilité de la Gauche espagnole : s’unir !

Comme hier au Portugal, les citoyens espagnols ont brisé ce week-end le cadre éprouvé du bipartisme. Les conservateurs sortants (et nous l’espérons, sortis), vont conformément aux traditions constitutionnelles tenter de former un Gouvernement minoritaire. S’ils n’y parviennent pas de prime abord, comme il est probable, ce sera au PSOE de tenter la chose.

Arithmétiquement, une majorité de gauche est sortie des urnes. Elle combine le PSOE, Podmemos (le Syriza espagnol) et Ciudadanos, nouveau parti centriste. Leurs plateformes politiques se concilient mal, en particulier sur la relation à l’Union européenne (Podemos conserve des positions de rupture très nettes) et sur l’indépendantisme catalan. Il est de leur responsabilité historique, dans un pays frappé par l’austérité, de s’accorder sur un programme économique et social de compromis et sur une gestion démocratique de la question catalane.

Observons également que ces élections, là encore, marquent une forte demande de renouvellement des cadres politiques. Les deux partis historiques réalisent le pire résultat de leur histoire conjointe et deux partis inconnus il y a deux ans ont un tiers des députés. Est-il absolument nécessaire que ce renouvellement soit porté en France par le Front National? Est-il normal que seul le retour politique de Bernard Tapie mette la situation des jeunes au centre du discours? Où sont les forces politiques républicaines qui porteraient ce discours?

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

Une tarentelle démocratique

La tarentelle est une danse traditionnelle d’Italie qui permet d’expulser le poison ...