Accueil » Actualités » L’assassinat de Presseurop

L’assassinat de Presseurop

Presseurop va disparaître dans quelques jours.

Comment parvient-on à un fiasco pareil? Il y a quelques années, la Commission européenne a souhaité financer une revue de presse européenne, pour faire progresser l’information des citoyens sur les pays voisins et l’a attribué à un consortium incluant Courrier International. C’est unanimement considéré comme un succès, en termes de qualité et d’audience.

Mais cet été, quand la Commission publie l’appel d’offre pour le renouveau du service, c’est le drame: elle souhaite y rajouter tout un pan de contenu propre, pour créer un véritable média européen en ligne. Les critiques fusent, et sur deux points: d’une part les organes de presse sont très inquiets de voir un concurrent potentiel subventionné alors que leur contexte économique est difficile. Mais surtout ils réagissent aux termes de l’appel à projet qui dictent en partie la ligne éditoriale ce qui soulève des questions sur l’indépendance véritable dont va jouir ce site. Dans ses sujets: il devra couvrir l’actualité communautaire et notamment les politiques européennes. Dans ses angles: le traitement devra être « équilibré ». « Equilibré »? Qu’est ce que ça veut dire ? Jusqu’à quel point cela permet-il ou non à la rédaction de définir sa propre ligne? Quelle liberté pour être critique vis à vis des projets de la Commission ou de ses prises de position, dont le caractère apolitique est une fiction toujours vivante ? Qui va juger de cet équilibre? La Commission, qui paye la subvention de fonctionnement mois à mois ?

Embarrassée, la Commission a retiré son appel d’offre. Et point final. Le renouvellement de l’initiative Presseurop dans son format actuel qui faisait consensus – et que recommandait l’expert missionné pour évaluer l’exécution du service – n’a pas lieu et cette expérience prend fin le 22 décembre.

Ainsi meurt une des rares sources d’information sur l’Europe, à la veille des élections européennes.

Ceci est dramatique et va à l’encontre de tout ce qui est nécessaire pour voir émerger une démocratie européenne: le choix des citoyens ne peut s’exprimer que si les candidats se situent dans un même espace médiatique, à l’échelle européenne. Pour cela, plus encore que des médias européens il faut une prise en compte des sujets européens par les médias nationaux et une redistribution des informations nationales, ce que fait – faisait – Presseurop. C’est le sens de notre initiative « Plus d’Europe à la télé !  » prise ici dans un combat à reculons.

 

 

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

Union européenne des territoires : les élus locaux se mobilisent pour redonner son sens au projet européen

Face au développement des mouvements populistes et europhobes au sein de l’Union ...