Accueil » Actualités » Le Parlement européen relance la taxe de Tobin. Le Front de gauche est contre.

Le Parlement européen relance la taxe de Tobin. Le Front de gauche est contre.

Le 20 octobre, le Parlement européen, dans une résolution intitulée « Crise financière, économique et sociale : recommandations concernant les mesures et initiatives à prendre », a appelé la Commission à lui proposer « dans les meilleurs délais » une taxe sur les transactions financières (taxe de Tobin), destinée à « financer les bien publics mondiaux et diminuer les déficits publics. »

Pour la première fois, le Parlement précise que l’Union européenne doit mettre en place cette Taxe de Tobin sans attendre le reste du monde : « à défaut [d’être mondiale ], elle devrait être introduite dans un premier temps au niveau de l’Union européenne ».

Les Verts félicitent le Parlement pour cette initiative législative qui contribuera, si les gouvernements nationaux ne s’y opposent pas, à la sortie de la crise du modèle libéral-productiviste.

On n’en est que plus surpris de constater que le Front de Gauche a voté contre la résolution, reprenant l’attitude des eurodéputés trotskistes qui, il y a une dizaine années, avaient réussi a faire rejeter la taxe de Tobin. Leur crainte était à l’époque que cette taxe aurait permis « un fonctionnement des marchés financiers globalisés débarrassés de leur excès » !

Quelle est, cette fois le prétexte du Front de Gauche ? Selon l’eurodéputé PCF Jacky Hénin, « Ce n’est ni plus ni moins que la fin de la retraite par répartition et le soutien à la politique de Sarkozy que nous proposent les socialistes et les verts en votant ce rapport ! »

Nous apprécions le sens proverbial de la facétie de M. Hénin, mais la mobilisation pour la retraite, face au mur qu’oppose Sarkozy, appelle un peu de sérieux, de discipline collective et de solidarité entre forces progressistes… Nous l’invitons à revenir de Bruxelles en France pour constater que les écologistes sont de tous les meetings unitaires, de toutes les manifestations.

Où M. Hénin va-t-il pêcher sa plaisanterie ? Dans le §73 du rapport, selon lequel « le financement des pensions ne peut être entièrement laissé au secteur public, mais doit reposer sur des systèmes à trois piliers, comprenant des régimes de retraite publics, professionnels et privés ». Bref, le système à 3 piliers dont le modèle est en France, depuis des dizaines d’années, la Fonction publique. Les fonctionnaires militant du Front de Gauche pourront expliquer à M. Hénin que leur retraite n’est pas financée « entièrement » par le Trésor Public, mais aussi par un fonds professionnel, la Préfon, et des fonds individuels, l’Assurance-Vie (gérée par leur mutuelle favorite et bien sûr militante).

Certes il serait inacceptable que, des différents types de cagnottes où cotisent les salariés, les retraites publiques décroissent en faveur de l’assurance-vie, par exemple. Et nul doute que ce soit justement l’intention de Sarkozy.

C’est précisément ce que condamne le rapport que le Front de gauche a pourtant rejeté ! Le meme § 77 demande que la pondération entre « les 3 piliers » évolue dans le sens de la « solidarité intergénérationnelle », c’est-à-dire les systèmes à la répartition, qui ne peuvent être que les systèmes publics. La crise financière est passée par là, provoquant l’effondrement des « fonds de pensions » par capitalisation.

Allons, un petit effort, camarades du Front de Gauche, pour lire jusqu’au bout les textes sur lesquels vous êtes appelés à vous prononcer !

Alain Lipietz et Djamila Sonzogni

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

CCRen12

De la présidence Maltaise à la présidence Estonienne

Depuis le 1er juillet la présidence semestrielle de l’Union européenne est assurée ...