Accueil » Actualités » L’Europe dans la primaire: les deux ténors

L’Europe dans la primaire: les deux ténors

Sauvons l’Europe faisant le tour des candidats aux primaires socialistes pour présenter leur appréhension des questions européennes, après Pierre Moscovici et Arnaud Montebourg, voici les deux ténors de la primaire Martine Aubry et François Hollande qui ont dévoilé quelques éléments sur l’Europe. Essayons nous donc un instant à la lecture des entrailles de lapins (ou de souriceaux pour l’instant).

François Hollande, dans sa déclaration de candidature du 31 mars, a eu des mots rares pour l’Europe:

Mettre la France en avant, c’est porter un message fort en Europe, celui de la suprématie de la démocratie sur les marchés.

Le pays de Dassault, Bouygues et Lagardère va donc apprendre des choses à l’Europe. Plus sérieusement, il s’est expliqué plus récemment sur la politique qu’il convient de mener en Europe. L’accent est clairement mis sur la constitution d’une solidarité européenne en matière budgétaire

Je veux une politique qui fasse renouer l’Europe avec la croissance et la solidarité.

Pour cela je fais trois propositions :

-les émissions de dette publique en euros de tous les Etats membres doivent être regroupées au sein d’une Agence européenne, comme l’a proposé Jean-Claude Juncker. Les émissions déjà effectuées par le mécanisme européen de stabilité financière constituent un premier pas, une étape supplémentaire et décisive doit être franchie.

-le budget européen doit être mis au service du développement durable, que ce soit dans l’éducation, la formation, la recherche ou les transports. C’est comme cela que l’Europe se dotera d’une stratégie de croissance de long terme.

-l’Union européenne doit avoir une ressource fiscale propre. Le Parlement européen s’est prononcé le 11 mars dernier pour l’introduction d’une taxe sur les transactions financières au niveau européen, ce qui permettra de financer les investissements dont l’Europe a besoin et fera contribuer au redressement de l’économie européenne les institutions financières, qui sont à l’origine de la crise. Les Etats membres doivent maintenant suivre le Parlement européen. Le SPD et le parti socialiste ont montré la voie en proposant ensemble que les Parlements allemands et français votent l’adoption de cette taxe.

 

Martine Aubry pour sa part, a consacré les termes suivants à l’Europe dans son discours de candidature:

Et aussi pour l’Europe ! Vous le savez bien, l’Europe est pour moi un combat de toujours. Mais je veux une nouvelle Europe, une Europe qui produit et qui protège, une Europe qui fait respecter de nouvelles règles dans le commerce international, une Europe forte et en même temps solidaire.

En le lisant, elle a précisé que l’Europe était « dans ses gènes », renforçant le poids de la déclaration.

Il es délicat de faire le départ entre les opinions exprimées auparavant par la première secrétaire et celles qui seront portées par la candidate. Il y’a cependant une continuité dans ce premier morceau de texte. Nous sommes dans la ligne de la participation du parti socialiste à la construction des textes programmatiques du PSE, ainsi que des textes communs PS-SPD sur la gouvernance économique et sociale en Europe

Conclusion, et ce ne sera pas une surprise extraordinaire, les deux enfants de Jacques Delors ont un discours similaire sur l’Europe. S’ils peuvent s’opposer à d’autres candidats sur ce thème, il y’a peu de chances que ce sujet les départage.

 

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • Rubat du Mérac

    Très bien, mais pour que l’Europe protège les citoyens, il faut savoir contre quoi. Je pense que le principale risque est la perte de substance au profit de la chine, du fait des dumpings social et environnemental.

    Aussi jr propose que l’UE mette des droits de douanes « sociaux et environnementaux sur les produits importés de chine et des autres pays émergents.

    Pour ne pas être accusée de vol et par solidarité entre les peuples, cette taxe serait rétrocédée aux pays exportateurs, à la condition qu’ils les réinvestissent dans le progrès social et dans le développement durable.

    J’aimerais savoir ce qu’enpenseraient les deux ex candidats.

    Christian Rubat du Mérac

  • Percq

    Il me semble que dans ce commentaire il y a une omission importante c’est toute la démarche préalable menée par Martine Aubry de réflexion et de coordination avec le PSE notamment la rencontre de mars 2011 commentée en ces termes par le JJD:

    « À Athènes, ce week-end, Aubry et ses pairs ont adopté un contre-plan au pacte élaboré par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy. Le plan alternatif « pour l’emploi et le progrès social » prévoit une taxe sur les transactions financières de 0,05%, une « agence de stabilité qui émettrait des euros obligations ». Dans ce sommet du PS européen, Martine Aubry est au milieu des siens, heureuse. Le mirage de la troisième voie blairiste est oublié, les socialistes européens sont à gauche, partout ou presque… »

x

A lire aussi

60ème anniversaire du Traité de Rome : la relance d’envies d’Europe ?

C’est à Rome, le 25 mars prochain, mais aussi dans les encore ...