Accueil » Actualités » Opinions » L’Europe est victime d’une absence de volonté politique

L’Europe est victime d’une absence de volonté politique

L’Europe, hier si souvent invoquée, honorée, exaltée, est aujourd’hui menacée et attaquée dans son essence même. Elle paraît désormais délaissée et exposée aux critiques de tous ceux qui la pourfendent et l’invectivent depuis longtemps.

De l’europessimisme et de l’euroscepticisme, certains voudraient nous conduire à faire le constat du décès du projet européen et à prononcer l’oraison funèbre d’un projet-mort-né, sans doute trop beau et trop grand, pour qu’il puisse s’édifier là, sous nos yeux, en ces temps de crises, d’incertitudes et en l’absence de repères clairs et précis sur l’avenir de nos civilisations et de l’Humanité.

L’Europe est donc attaquée. Elle se défend, comme elle le peut, hélas souvent mal. Elle réagit parfois à contretemps, masquant ses contradictions tout en laissant apparaître ses approches et ses visions qui diffèrent d’un Etat à l’autre.Ses détracteurs en déduisent que l’Europe est incapable de résoudre les problèmes auxquels elle est confrontée, oubliant une fois de plus que c’est précisément, comme il a déjà été dit en maintes occasions, non pas de trop d’Europe dont nous souffrons mais d’une insuffisance d’Europe.L’Europe souffre et subit.

L’absence de foi et de convictions européennes profondes chez nombre des dirigeants des différents Etats qui la composent ne lui a pas permis de disposer, en effet, d’institutions suffisamment efficaces et d’outils lui permettant de faire face et d’avoir la réactivité nécessaire.

C’est d’une absence de volonté politique de ses principaux dirigeants dont l’Europe est aujourd’hui victime.Face aux attaques des marchés et des spéculateurs, l’Europe doit aujourd’hui prouver qu’elle est en mesure de dresser une digue solide, une digue politique contre laquelle les flots et les vagues de la spéculation internationale viendront se briser avant de refluer.

Au-delà de l’image ainsi esquissée, il faut insister dans le sens de ce que nous répétons ici inlassablement, à savoir que l’Union européenne doit se ressaisir et créer les conditions d’un nouveau départ vers un horizon plus serein : créer les structures adaptées à l’émergence d’une Europe puissance, c’est-à-dire, dotée des instruments de la souveraineté.

Nous n’y parviendrons que si les gouvernants d’Europe, après avoir pris conscience des enjeux et de leurs responsabilités devant l’Histoire, prennent les initiatives qui s’imposent pour assurer le succès de l’entreprise commune.

Ce succès passe nécessairement, nous le savons tous, par la définition d’objectifs clairement identifiés, par une discipline commune, une harmonisation des politiques économiques, fiscales, budgétaires et monétaires sans lesquelles il est illusoire de prétendre assurer le succès d’une monnaie unique face aux assauts répétés des spéculateurs et des marchés financiers.

Assurer la stabilité de la zone euro, revenir à des critères précis, acceptés et respectés par tous sous peine de sanctions et de pénalités, paraît être le minimum dans un premier temps, à défaut d’une gouvernance économique qui s’imposera de toute façon à court ou moyen terme.

En tout état de cause, les événements actuels confirment, pour ceux qui auraient pu en douter, que nos avertissements lancés il y a des années déjà, étaient justifiés quand nous indiquions qu’avant d’élargir il fallait approfondir.

A l’évidence, l’Europe a été trop souvent « pensée » en termes de conquêtes de nouvelles parts de marchés et de la recherche à court terme de profits et pas suffisamment avec l’idée de conforter une civilisation en fortifiant chez les peuples qui la composent le sentiment d’appartenir à une même communauté de destin appelée Europe.

Gérard-David Desrameaux

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

Quelle histoire de l’Europe sociale ?

Dans le cadre du sixième volet des pages « En débat » ...