Accueil » Actualités » Macron peut-il faire bouger l’Europe ?

Macron peut-il faire bouger l’Europe ?

Emmanuel Macron peut-il réussir à réformer l’Union européenne et la zone euro ? La question européenne a été centrale au cours de la campagne présidentielle. La perspective d’un Frexit, agitée par Marine Le Pen, lui a notamment coûté cher au second tour. Car malgré les difficultés récentes, la grande majorité des Français reste attachée à la construction européenne et à l’euro. Mais le statu quo n’est pas tenable. Et la réussite d’Emmanuel Macron dépendra de façon décisive de sa capacité à faire changer les politiques économiques et sociales en Europe. En effet, avec un déficit extérieur significatif, le redressement de l’économie française et le recul du chômage ne peuvent guère provenir d’une relance de la demande intérieure hexagonale : c’est en priorité celle du reste de la zone euro qui est susceptible de tirer l’activité en France.

Alors, Emmanuel Macron peut-il réussir là où François Hollande a échoué – sans même véritablement essayer d’ailleurs ? Pour cela, il lui faudrait parvenir à infléchir l’austérité budgétaire permanente et surtout en finir avec les politiques du marché du travail déflationnistes qui empêchent l’économie de la zone euro de se redresser, malgré la politique monétaire très expansionniste de la Banque centrale. Mission impossible ? Si Emmanuel Macron décidait de se lancer dans une telle remise en cause – ce qui n’est pas acquis pour l’instant – le succès serait moins improbable que beaucoup de Français ne le pensent aujourd’hui.

Cela dépend d’abord bien sûr de l’attitude de l’Allemagne, de celle de son gouvernement, mais aussi de son opinion publique. Raison pour laquelle le premier déplacement d’Emmanuel Macron après son entrée en fonction consiste à se rendre à Berlin. La défaite écrasante de Marine Le Pen au second tour a été une bonne surprise pour nos voisins, qui redoutaient sinon sa victoire du moins une élection serrée.

Cette large victoire rassure les Français comme le reste du monde : la France n’est pas encore sur le point d’abandonner tout ce qui a fait son histoire depuis les Lumières. Mais elle tend aussi à affaiblir un peu la position d’Emmanuel Macron dans l’immédiat. Après une élection à 55/45 la peur du Front national aurait probablement poussé le gouvernement allemand à accepter plus facilement des changements substantiels en Europe. Une élection à 66/34 relativise sans doute l’urgence d’une telle réforme aux yeux de nos voisins.

En témoigne le tir de barrage préventif dans la presse allemande contre d’éventuelles revendications à venir d’Emmanuel Macron. Ainsi le grand hebdomadaire Der Spiegel titrait à la une le 12 mai dernier « Cher Macron », en jouant sur le mot cher, avec en sous-titre : « Emmanuel Macron sauve l’Europe… et l’Allemagne doit payer ». Quant à la chancelière, elle a immédiatement fait savoir qu’elle ne pouvait rien faire pour réduire l’excédent extérieur allemand dû, selon elle, à des éléments qui ne dépendent pas de son action : l’excellence des entreprises allemandes combinée à la politique monétaire trop laxiste de la Banque centrale européenne.

Malgré ces réactions, les chances de succès d’une réforme de l’Europe sont plus grandes qu’on ne le croit habituellement en France. A condition qu’Emmanuel Macron se mobilise suffisamment en ce sens. Du fait de son poids démographique, économique et de sa position géographique au cœur de l’Europe élargie, l’Allemagne joue incontestablement un rôle dominant au sein de l’Union. Mais le rapport de force en sa faveur n’est pas aussi déséquilibré qu’on le pense, notamment en France. Et en tout cas, il l’est aujourd’hui beaucoup moins qu’il pût l’être en 2010.

Tout d’abord parce que les problèmes principaux qui se sont posés à l’Europe ces dernières années sont de nature géopolitique. En témoignent la situation en Ukraine, la menace islamiste au Maghreb et au Sahel ou encore les conséquences du chaos syro-irakien. Et sur ce terrain, l’Allemagne reste encore un nain alors que la France compte encore un peu à l’échelle internationale. Dans le contexte de l’élection de Donald Trump, la question de la construction d’une défense européenne devient une réelle urgence pour une Allemagne qui avait compté depuis soixante-dix ans sur le « parapluie américain » pour assurer sa protection.

De plus, le Brexit a beaucoup affaibli la position des conservateurs allemands, qui avaient pris l’habitude ces dernières années de s’appuyer sur leurs collègues britanniques pour bloquer les progrès en matière d’harmonisation sociale ou fiscale au sein de l’Union. Du côté des grands pays, ils n’ont désormais plus d’autre choix que de s’entendre avec les dirigeants français. Cela d’autant plus que le tournant eurosceptique pris par la plupart des pays d’Europe centrale et orientale prive en bonne partie l’Allemagne de son rôle de point d’équilibre entre l’est et l’ouest de l’Europe et l’oblige à se tourner davantage vers l’ouest si elle veut éviter que l’Union ne se disloque.

Bref, Emmanuel Macron dispose a priori d’un rapport de force non négligeable vis-à-vis des dirigeants allemands s’il se décidait à faire avancer un agenda de réformes de la zone euro tourné vers le soutien à l’activité et une solidarité accrue. Compte tenu de la sensibilité de leur opinion publique sur ces questions, nos voisins ne pourront cependant avancer sur ces sujets qu’une fois leurs élections législatives du 21 septembre prochain passées. C’est à l’automne que s’ouvrira réellement cette fenêtre d’opportunité.

Paradoxalement, ce qui risque d’affaiblir le plus Emmanuel Macron dans ce combat indispensable pour sauver l’Europe et l’euro, c’est sa politique intérieure française. Il considère en effet que pour convaincre les Allemands de changer l’Europe, il faut absolument commencer par faire ce qu’ils nous demandent : des « réformes » du type de celles menées en son temps par Gerhard Schröder, en libéralisant le marché du travail, en réduisant la protection sociale et en abaissant le coût du travail. Pourtant, c’est déjà ce que François Hollande a fait pendant cinq ans, avec pas moins de quatre réformes importantes du marché du travail, ainsi que le pacte de responsabilité. Et c’est pour cela qu’il a échoué tant sur le plan économique que sur le plan social et politique.

En poursuivant, voir en accélérant dans cette direction, Emmanuel Macron risque surtout de casser de nouveau la timide reprise économique engagée et de dresser les deux tiers des Français qui l’ont élu le 7 mai dernier les uns contre les autres, en ravivant les tensions sociales et politiques. Ce qui ne manquerait pas d’affaiblir sa position de négociation face au gouvernement d’outre-Rhin mais aussi face à l’opinion publique allemande.

Article publié sur Alternatives économiques le 5 mai 2017. Soutenez les!

À propos de l'Auteur

Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques

À propos Sauvons lEurope

Sauvons l’Europe, association pro-européenne et progressiste qui s’engage pour une Europe démocratique et solidaire
  • mareau

    Le copier-collé suivant :

    « …. Emmanuel Macron [….] considère en effet que pour convaincre les
    Allemands de changer l’Europe, il faut absolument commencer par faire ce
    qu’ils nous demandent : des « réformes » du type de celles menées en
    son temps par Gerhard Schröder, en libéralisant le marché du travail, en
    réduisant la protection sociale et en abaissant le coût du travail…. »

    est totalement irréaliste !

    1/ il ne s’agit pas de convaincre les allemands mais de tenir nos propres engagements sur le taux d’endettement à moins de 3% du PIB. Penser aussi à nos enfants.

    2/ la réforme du travail ne réduit pas la protection des travailleurs mais l’augmente ! L’ancien code n’est plus adapté à une réelle protection. C’est quoi une protection adaptée pour les travailleurs ? Mais d’abord qui sont les travailleurs ?
    Est-ce les 1 200 000 artisans qui font 60 heures par semaine et n’ont aucun droit au chômage ? Gardons une vue d’ensemble.

    Une réelle protection n’est pas univoque ! Elle est « fonction de ». Vous pouvez inventer un CDI pour tout le monde mais alors quid des entreprises qui ferment pour faute de commande ? Protéger les travailleurs, implique inévitablement de dynamiser les entreprises ! Sans entreprises pas d’emploi !

    La meilleure protection des travailleurs c’est :

    1/ remettre de la justice en donnant le droit au chômage aux artisans (ce sont de sacrés travailleurs mais toujours oubliés) et en remettant tout le monde à égalité dans le droit à la retraite.

    2/ booster la création d’entreprises. comment ?

    2-1 attirer les investissement étrangers* en posant des conditions fiscales équivalentes à celles des concurrents européens.
    2-2 comprendre qu’il faut distinguer les investissements des dépenses courantes. A ce sujet FI et FN font l’amalgame.
    2-3 diriger les investissements vers les filières modernes donc écologiques.

    2-4 donner aux dirigeants qui prennent les risques, des moyens d’embaucher sans qu’ils soient coincés par des règles écrites à une période où on gardait son emploi à vie.
    2-5 donner aux travailleurs (à tous sans exception) un droit à l’adaptation ! C’est quoi ? C’est de la formation et surtout des droits et des devoirs personnalisés.

    Pour juger de tout cela il faut juste voir que ce plan ne réduira pas le chômage, il l’annulera carrément !

    Si vous aviez quelques expériences de l’entreprise internationale, vous sauriez qu’à toutes choses égales, investisseur et dirigeant choisiront la France parmi d’autres, pour un tas de raisons dont la situation au sein de l’Europe, les infrastructures, le climat, les qualités reconnues de ses ingénieurs et techniciens.

    Donc le « à toutes choses égales » va vider les centres de pôle emploi. Avec un tantinet de logique, on comprend alors que les salaires vont augmenter mécaniquement avec l’inversion de l’offre/demande.

    Le chômage ne sera plus une hantise mais au contraire, une période de formation et de transition pour toujours mieux s’adapter.

    Alors arrêtons de défendre le vieux monde et allons courageusement vers l’avenir.

    C’est ce que MACRON prévoit . Sa seule ennemie : la psychorigidité de certains syndicats qui défendent des valeurs largement obsolètes.

    Encore une fois, la clé pour la sécurité des travailleurs c’est avoir une vue d’ensemble des l’offre et de la demande, des droits et des devoirs, bref une vue sage i.e, duale.

    * FI cite une étude de l’INSEE qui dit que majoritairement les investisseurs français pensent que le changement du code du travail ne fera pas plus d’emploi !
    Il y a là deux points essentiels oubliés (comme d’habitude avec les vues simplistes).

    1/ 80% du potentiel d’investissement (c’est la clé du succès) est étranger.
    2/ l’actualisation du code du travail ne peut en effet à lui seul créer de l’emploi. Il est juste un élément d’un bouquet de mesures qui elles, dans leur ensemble, feront exploser l’emploi.

  • jlcatalan

    Macron est europhile par conviction et par nécessité.
    Votre article tient cette part de vérité, la France sans l’Europe va continuer à patauger, et l’Europe ne fera rien sans l’Allemagne.
    Macron doit par conséquent mettre en œuvre les recettes allemandes, rappelées par A Merkel le lundi de sa victoire, c’est à dire les « critères de Maastricht » dont immédiatement les 3% maxi de déficit budgétaire et une tendance nette vers 0.

    Macron pourra-t-il ensuite « faire bouger l’Europe »?
    Dans quelles directions? L’unité de l’€uroland? La défense? autre?
    Certainement, et le Brexit + Trump sont des vecteurs plus.
    A quel prix? Dans quelles conditions?
    Pouvez-vous l’esquisser?

  • Danielle Foucaut Dinis

    Attention à ce que la crainte de LePen ne devienne la crainte de Mélenchon la prochaine fois (ou de Mèlenchon sans Mélenchon, son mouvement est loin d’être mort!). Ne sousestimez pas la colère de ceux qui en ont marre et qui ne vont pas rester sur e c… à attendre qu’on leur enlève un par un les droits acquis par des années de lutte.

x

A lire aussi

Haut-Commissariat pour les réfugiés, Conseil européen et populations déplacées

Le Conseil européen s’est réuni les 22 et 23 juin à Bruxelles. ...