Accueil » Actualités » Réfugiés, l’été meurtrier

Réfugiés, l’été meurtrier

Le climat d’indécision de ces derniers jours, issue logique de l’impréparation totale de l’Europe à la crise humanitaire se déroulant à ses portes, rend nécessaire un rappel de ce qu’étaient les termes du débat il y a moins de deux semaines.

 

Le feuilleton dramatique que constitue les populations réfugiées en Europe ne trouve pas de mots assez forts pour exprimer nos indignations et engager des forces rassemblées pour agir afin de tenter de mettre un terme à ces voyages du désespoir.

Difficile d’écrire un article sur ces situations qui évoluent bien tristement tous les jours.

Le jeudi 6 août, la Commission européenne a appelé les dirigeants européens à cesser de « se lamenter » devant le nouveau naufrage meurtrier qui s’est produit au large de la Libye et « à passer l’action pour éviter de nouveaux drames ».

La Commission européenne considère « qu’il faut du courage collectif pour passer des déclarations aux actions concrètes, sinon les mots sonneront dans le vide. »

« Les Ministres ont obligation d’agir » a déclaré JC Juncker le Président de la Commission européenne.

Dans un courrier au Président du Conseil européen – Donald Tusk -, Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre de Belgique et Parlementaire européen considèrent qu’il est « urgent » pour l’Union européenne de répondre à la crise de l’immigration et aux pressions croissantes qui s’exercent aux frontières extérieures de l’Europe. « Si nous avions besoin d’un rappel de l’inadéquation du système d’asile et d’immigration européenne, les morts de Calais et de la méditerranée en témoignent.» souligne Guy Verhofstadt. Depuis, les rafiots de la noyade ont continué de naviguer et même les camions de la mort comme en Autriche.

Le Parlementaire européen propose de mettre en place des solutions paneuropéenne, dans lesquelles chaque Etat membre se partagerait la part des réalités migratoires et « s’attaquer aux causes du problème » en exigeant des réformes dans les pays d’origine des migrants et en fournissant des aides contrôlées au développement plus efficace et durable.

Situations catastrophiques :

Le 5 août, plus de 360 migrants ont été, heureusement, secourus au large de côtes libyennes par les gardes-côtes italiens. Malgré cette nouvelle action de secours, il est estimé à environ 200 nouveaux disparus.

Ce jeudi 6 août encore, de nouvelles actions de sauvetage ont permis de mettre à l’abri plus de 1130 migrants en grande détresse de quatre rafiots différents. Dans ce cadre, Médecins sans frontières a réussi à secourir plus de 600 êtres humains, complètement paniqués, massés sur un vulgaire bateau de pêche menaçant de couler à tout moment.

Et la liste des détresses se poursuit : 340 000 personnes ont traversé les frontières de l’Union européenne depuis les sept premiers mois de l’année. 2000, au moins, de ces victimes de passeurs criminels, sont décédées. Les conditions ultra précaires continuent de faire grossir ce chiffre terrible de femmes, hommes, enfants – quasiment chaque jour.

Sur une seule journée, des garde-côtes italiens ont coordonné le sauvetage de 4400 réfugiés en mer Méditerranée…La Serbie, la Macédoine, via la Grèce sont aux avant-postes de déplacements de populations, voyageurs sans espérance…Et ce n’est pas le mur de barbelés à la frontières entre la Hongrie et la Serbie qui règlera les problèmes de fond. Ce faisant, le gouvernement hongrois transgresse les droits et valeurs de l’Union européenne, dont il est membre. Un rappel clair, voire plus, à l’ordre et aux droits conformément aux Traités sont nécessaire.

Une plus grande solidarité doit se déployer concrètement au sein de l’Union européenne. Le « règlement de Dublin » doit être remplacé par un système d’asile européen centralisé, évitant ainsi que les demandeurs d’asile introduisent leur demande auprès du premier pays européen d’accueil où ils arrivent, pouvant ensuite être envoyés vers ce premier Etat membre d’accueil s’ils tentent de s’installer ailleurs dans l’Union européenne.

Cette procédure entraîne une forte pression sur l’Italie, la Grèce ou encore la Hongrie, par exemple.

Enfin !! le couple franco/allemand, moteur de l’Union européenne s’est concerté le 24 août dernier.

L’Allemagne s’attend à un record de 800 000 demandes d’asile. C’est « le plus grand défi de l’Allemagne depuis la réunification au pays » a déclaré Sigmar Gabriel le vice-Chancelier allemand, qui s’est montré virulent à l’encontre du manque de réaction des États membres de l’Union européenne et de poursuivre… « l’Europe est d’une certaine façon dans un sommeil profond… » considérant comme une « énorme honte »… « que la majorité des États membres puisse dire « cela ne nous concerne pas » Nous avons beaucoup à apprendre et d’enseignements à tirer du positionnement engagé de la Chancelière allemande mais aussi de la société civile allemande et même plus largement des citoyennes et citoyens.

Rejoignant Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne, qui exhortait les États membres de l’Union européenne à ne pas céder aux populismes, aux facilités et aux solutions sans issue, Guy Verhofstadt, demande instamment aux dirigeants de l’Union européenne à ne pas se réfugier dans le nationalisme, ne pas tomber dans la désignation de coupables, ni d’ériger des murs barricades, car « nous, Européens, savons mieux que quiconque qu’ériger des murs ne constitue pas une solution », mais accentue les rejets.

Matteo Renzi, le Président du Conseil italien, s’est exprimé vigoureusement: « Si vous pensez que l’Europe n’est qu’une affaire de budgets, ce n’est pas l’Europe que nous avions imaginé en 1957 lors de l’élaboration du Traité de Rome.  »

Enfin, ça bouge !!! mais à suivre…

La visite, ce 31 août, à Calais du Premier ministre français entouré de deux Commissaires européens : Le numéro 2 de la Commission européenne : Frans Timmermans et le Commissaire aux migrations et aux affaires intérieures : Dimitris Avramopoulos a été l’occasion d’annonces positives…si elles sont réellement mises en œuvre !!

Le temps presse à Calais pour construire un campement humanitaire susceptible d’accueillir 1500 migrants, le temps presse pour que ce soient versés jusqu’à 5 millions d’euro supplémentaires à la France par la Commission européenne pour faire face à la situation des réfugiés à Calais.

Poursuivons l’action et la pression pour que le Conseil des ministres de l’Intérieur qui doit se réunir le 14 septembre prochain, complète efficacement et sans délais, les dispositifs déjà engagés partout en Europe où les situations l’exigent.

Faisons en sorte que le prochain Conseil européen ordinaire ou extraordinaire se saisisse de ces situations européennes qui bafouent les droits et devoirs de solidarité de l’Union européenne en général et entre États membres en particulier.

 

Jean-Pierre Bobichon
Membre fondateur de l’IPSE

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • GONTIER Georges

    N’avez – vous pas l’impression qu’il ne s’agit pas d’impréparation , mais d’une volonté délibérée de laisser les choses comme elles sont , que l’Europe est dans le déni de ses responsabilités et quelle a un mépris total des peuples

  • Senid Sonisaj

    En tête de ce papier, la photo de famille qui résume l’embrouille: les immigrants seraient des réfugiés de guerre, pas ou presque pas des jeunes hommes bien portants qui illustreront bientôt le propos de Karl Marx: «l’immigration est l’armée de réserve du Capital»… Mais que dis-je; «ne tombons pas dans la désignation de coupables», admoneste Jean-Claude Juncker! «N’érigeons pas non plus des murs barricades», en plus celui qui coupe la Palestine en deux et sur lequel Juncker ferme les yeux (i).
    +
    Non, il faut «passer l’action pour éviter de nouveaux drames», enjoint la Commission européenne. On s’attendrait, si on était naïf, à une injonction des plus sévères, émise à l’intention de l’OTAN, qui fit détruire la Libye et la Syrie afin de réaliser le programme de domination du proche Orient (ii). Pas du tout; «s’attaquer aux causes du problème», c’est préparer l’atterrissage en douceur des INVITÉS des PATRONATS européens qui n’ont pas caché leur satisfaction. Comme disent les fils-à-papa de la Commission, «il faut du courage collectif pour passer des déclarations aux actions concrètes»: se serrer la ceinture quand l’immigration fait baisser les salaires après qu’on ait revu les politiques familiales en fonction de la dite «l’armée de réserve» (iii).
    +
    Ah non! «Ne cédons pas aux populismes»! Ne nous laissons pas intimider par ces idéologies qui appellent aux consultations populaires quand le populo substitué s’inquiète de l’arrivée de populations de substitution! Car c’est faire une erreur grossière et démagogue, de croire que les «droits de l’Union européenne» sont, entre autres, celui des Peuples, de disposer d’eux-mêmes:
    – celui des Libyens, de garder Kadhafi à la tête de la Jamaria quand ils étaient révoltés par la destruction de leur pays par l’aviation de l’OTAN,
    – celui des Syriens, de garder Bachar el Assad à la tête de leur pays quand l’OTAN (iv) arme, finance et instruit les islamistes, en Turquie, en Syrie et en Irak,
    – celui des peuples européens, de s’opposer aux substitutions de population, qui profitent, à court terme, au Patronat; à long terme, au Système qui a tout à perdre, s’il laisse perdurer une population HOMOGÈNE, de plus en plus SOLIDAIRE quand la spoliation BANCAIRE s’accélère.
    +
    (i) où était Juncker, d’ailleurs, quand le gouvernement d’extrême-droite israélien expulsait les immigrés goyim? Il y avait pourtant de quoi s’émouvoir et «imposer des sanctions»: ségrégation RACIALE et RELIGIEUSE…
    +
    (ii) Israël Shahak (militant antisioniste israélien) et Oded Yinon (fonctionnaire du Ministère des Affaires étrangères israélien), ‘’Le Plan sioniste pour le Moyen-Orient’’, 1982, réédité par Kontre Kulture
    +
    (iii) on nous dit «qu’on n’a besoin de l’immigration parce la natalité est trop basse» mais c’est l’inverse: on fait baisser la natalité, parce que les enfants européens coûtent trop cher au Patronat, en même temps qu’on importe les enfants des autres; c’est la «délocalisation de la reproduction»
    +
    (iv) en juin 2013, la presse anglo-américaine publia une note interne de l’OTAN, qui faisait état de la popularité, en Syrie, de Bachar el Assad: 70%, que les démocrates sélectifs, de tous bords, comparerons, avec affroi, à la popularité de Flanby

  • Jean Marie Lacambre

    C’est dans les moments de crise que se révèlent les institutions et les valeurs qu’elles défendent, dans leur vérité toutes crues.
    Il y a urgence à tourner le dos à l’Europe libérale porteuses de replis nationalistes et xénophobes et construire l’Europe sociale et solidaire que la majorité des peuples européens souhaitent et pas qu’en Grèce, en Espagne ou chez les travaillistes britanniques.

    • Madère

      L’Europe libérale porteuse de replis nationalistes et xénophobes…? Je croyais que libéralisme voulait dire :
      1) frontières ouvertes et circulation sans entrave, des personnes, des biens et des capitaux,
      2) moins de social et de solidarité !
      Mais vous avez peut-être votre petite définition personnelle du libéralisme (?)

  • Catalan

    Les incantations vides de tout sens sur l’Europe libérale ou celle du grand capital, montrent leur inanité.

    Les migrants ( ou les réfugiés) sont là !
    L’accueil inconsidéré de l’Allemagne, Merkel en tête, a été connu à la vitesse d’Internet et a suscité la migration géante vers l’Allemagne, nouvel Eldorado.

    Ces faits montrent et démontrent à quel point  » accueillez-les tous » et autres fariboles atteignent vite leurs limites.
    Merkel aurait gagné à proposer une ligne européenne au lieu de céder à la démagogie.

    Je vais répéter le constat que tout le monde peut faire
    1. On n’arrêtera pas ce flot de réfugiés et de migrants
    2. Il faut bien sûr privilégier les solutions à long terme et s’intéresser aux causes.
    3. Les deux paragraphes 1&2 étant acquis, que fait l’Europe? Pour qui? Dans quelles conditions?
    4. Ces actions doivent être menees au plus près des pays d’émigration, pour les Syriens au Liban, en Jordanie et en Turquie.

    Les bons sentiments ne font pas une politique, et ils contribuent au malheur des peuples.

    • Catastran

      on a de la chance de vous avoir avec nous, Catalan, votre pensée est riche et nous aide à comprendre tout ce qui se passe, vous êtes comme timonier qui nous guide à travers le brouillard.

  • Yannis Chryssoverghis

    Une solution européenne est nécessaire est tout de suite. Et l’Histoire nous montre qu’il y a des bonnes et des mauvaises solutions.
    Au IVème siècle l’Empire Romain occidental a intenté freiner la grande migration des peuples par des mésures militaires. Ses armées, pourtant mieux organisés que celles des envahiseurs, n’ont pas résité longtemps. La raison de la défaite était plutôt d’ordre économique. L’ économie de l’Empire Romain occidental n’a pa pu tenir la nnecéssitée de mobilisation permanente, et l’Empire a cessé d’exister.
    L’Empire Romain oriental au contraire a opté pour l’intégration des nouveaux arrivés (par lachristianisation bien sûr) ce qui lui a permit survivre et même connaître des périodes d’essor sans pareil.
    La cacophonie du conseil de Ministres d’ hier montre bien à quel point l’affaire des réfugies peut devenir déstabilisatrice pour l’Europe.
    Eh bien c’est à nous à imposer aux digéants eupéens le chemin correcte.
    L’Histoire nous montre lequel.

    • Yannick La Criz

      Puisque vous êtes sous l’emprise de la veulerie, comme l’Empire romain sombra dans celle de ses classes moyennes (constante sociologique) et puisque vous partez ainsi, battu d’avance, je vous propose, pour être cohérent et juste envers ceux de vos compatriotes qui ont plus de dignité que vous, de mettre votre logement à disposition de quelques uns de ces nouveaux travailleurs immigrés, à l’un desquel vous voudrez bien, aussi, donner votre emploi (?)

  • leravidemilo

    De même que l’épouvantable drame humanitaire qui, même s’il s’amplifie, dure depuis des mois et même plus dans la plus totale passivité de l’U.E, l’été aura était effectivement meurtrier pour l' » »Union » » européenne, dès les premiers jours de juillet,lorsque les eurocrates se sont, une fois de plus assis sur le vote sans appel d’un peuple; ce n’était pas la première fois, mais c’est sans doute celle de trop, montrant à nombre de ceux qui ne l’avaient pas encore saisi, en quoi cette Union est strictement incompatible avec la démocratie, avec la souveraineté et la dignité des peuples qui s’y entassent et risquent de chavirer à tout moment. La dite crise migratoire (largement causée par les interventions militaires des « coalitions » néo cons et de l’otan), à pris le relais sur un agenda chargé, et fort prometteur, et ne sera pas meurtrière que pour les seuls migrants. Pas plus d’impréparation ici qu’ailleurs, rien que l’incapacité, l’incurie, la faillite permanente de ce que vous appelez l’europe et qui n’est que l’U.E. (rassurez vous). La concurrence libre et non faussée entre les individus, les peuples, les entreprises, les poules et les renards va pouvoir se déployer pleinement entre les états (c’est déjà bien parti) et on peut faire confiance en L’U.E pour faillir dans ce domaine comme dans tout ce qu’elle fait ou touche. Mm Merkel a déjà déclaré publiquement, fin aout ,qu’elle ne souhaitait pas sortir tout de suite « les instruments de torture » à l’encontre des états qui ne suivraient pas ses ordres et consignes (par ailleurs fort contradictoires!). Quant à la « crise » humanitaire , vous l’avez rêvé « aux portes de l’europe », elle est déjà dedans. Après l’été meurtrier, l’automne s’annonce a gusto! L’U.E passera t elle l’hiver? Sans doute, mais les suivants? Toute «  »crise » » ou problème à venir, outre ses propres enjeux et ses propres drames, servira de révélateur à l’incurie de ceux qui nous appellent à sauver ce qu’ils appellent, encore pour quelque temps, l » » »europe » » ».

x

A lire aussi

CCRen12

De la présidence Maltaise à la présidence Estonienne

Depuis le 1er juillet la présidence semestrielle de l’Union européenne est assurée ...