Accueil » Actualités » Sauvons l’Europe à Ventotene (Italie) avec Altiero Spinelli

Sauvons l’Europe à Ventotene (Italie) avec Altiero Spinelli

 

Sauvons l’Europe était invité ce samedi 3 Septembre au séminaire Fédéraliste de Ventotene pour présenter l’ICE www.quivapayer.eu. Le cadre était un débat sur l’Initiative Citoyenne Européenne (ICE) avec notamment le député Européen Gerald HÄFNER, (Vert/RFA)- principal promoteur du projet d’ICE depuis plus de dix ans- et la JEF (Jeunesses Européenne Fédéraliste) qui fut parmi les principaux support du projet en Europe. Une occasion pour notre blog de revenir sur le destin d’Altiero Spinelli, l’un des père fondateurs de l’Europe.

Spinelli naît à Rome en 1907. Il rejoint le Parti communiste italien très jeune et devient journaliste contestataire avec l’arrivée au pouvoir de Mussolini. Arrêté en 1927, il passe 10 ans en prison suivis de 6 ans d’isolement. A partir de juin 1939 il est «transféré sur l’île de Ventotene avec 800 autres dissidents hostiles au régime fasciste. Paradoxalement, c’est durant cette période qu’il est exclu du Parti Communiste Italien en 1937.

En juin 1941, Spinelli et Ernesto Rossi rédigent un « Manifeste pour une Europe libre et unie », aujourd’hui connu sous le nom de « Manifeste de Ventotene ». Pour garder le secret et faute de papier, il est écrit sur du papier à cigarettes et caché dans le faux fond d’une boîte en fer. Ce document est issue des nombreuses discussions entre les dissidents de Ventotene qui jouissent d’une liberté surveillée d’aller et venir en journée (l’île fait 3 Km sur 800m).

 

Le Manifeste met en cause l’État national et le considère comme étant la cause de la Deuxième guerre mondiale. Il indique que la priorité stratégique pour les progressistes doit être la lutte pour la fédération européenne plutôt que la transformation de l’État national. A l’origine de la réflexion des auteurs on trouve deux grandes préoccupations qui correspondent à deux interrogations fondamentales de la pensée européenne moderne depuis l’Humanisme : comment rendre vraiment possible le progrès social pour tous et comment assurer une paix véritable entre les nations. Le génie des deux auteurs ayant été d’établir enfin un lien intellectuel clair, évident et lisible entre ces deux grandes problématiques et d’en proposer un remède opérationnel : le fédéralisme.

Le Manifeste circulera clandestinement dans la Résistance italienne et sera plus tard été publié dans plusieurs langues.

En 1944, Spinelli fait partie des délégués de différents mouvements nationaux de résistance qui se réunissent chez le pasteur Willem Visser ‘t Hooft à Genève pour rédiger puis adopter la Déclaration des résistances européennes.

 

Spinelli participe aux efforts en vue de lancer la construction européenne dans l’après-guerre. Il participe notamment à la création de l’Union des fédéralistes européens puis au Congrès de La Haye.

En 1970, Spinelli devient membre de la Commission européenne en charge de la politique industrielle et de la recherche. Il occupera cette fonction jusqu’en 1976. Il est ensuite élu «apparenté communiste» du premier Parlement européen désigné au suffrage universel en 1979 et réélu en 1984.

Lors de Crise de l’Europe au début des années 80, Altiero Spinelli est le premier à imaginer une relance à partir du Parlement Européen. Il fut l’un des promoteurs d’un projet de traité sur l’Union européenne adopté par le Parlement européen en 1984. Ce projet de relance de la construction européenne par des mesures politiques dans une dynamique fédéraliste a fortement influencé la Commission européenne, présidée par Jacques Delors lors de la naissance de l’Acte Unique en 1986. Il meurt la même année.

 

Remerciements au Taurillon (www.taurillon.org/Le-Manifeste-de-Ventotene-Altiero-Spinelli-Ernesto-Rossi) et à Wikipedia.

 

 

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • Bellenger Pierre

    Combien de Communistes et de Gaullistes sincères ont été blousés par la Pensée-Unique. Ce système économique n’est pas viable parce qu’il met la Finance comme seul instance de commandement. Je vous rappelle la phrase de Clémenceau pour l’armée. Elle s’applique aussi à la Finance. La Finance est chose trop sérieuse pour être laissé à la seule gouverne des financiers.

x

A lire aussi

60ème anniversaire du Traité de Rome : la relance d’envies d’Europe ?

C’est à Rome, le 25 mars prochain, mais aussi dans les encore ...