Accueil » Tag archives : Syriza

Tag archives : Syriza

Brexit, Trump, Thatcher et… Podemos

La victoire surprise de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine génère un nombre important de réactions, sous formes de tweets ou de statuts sur Facebook. Au-delà des commentaires condescendants sur la prétendue bêtise des électeurs américains qui émanent de personnes qui confondent manifestement capacités cérébrales et dynamiques sociologiques, essayons de tirer un premier bilan, à chaud, de cette élection qui ...

Lire la suite...

Syriza, l’irruption des nouvelles générations

« Qui va payer la dette d’aujourd’hui et les investissements de demain ? » Avec les choix du peuple grec le dimanche 25 janvier d’un côté et ceux de la BCE de l’autre, la question d’un juste équilibre entre les générations sur la distribution des dettes et des actifs en Europe occupe désormais le centre du terrain économique et politique. En France, conscient ...

Lire la suite...

Europe : le virage Syriza

C’est entendu, tout le monde aime Syriza. Du moins en France. Même Marine Le Pen, que l’étiquette « d’extrême-gauche radicale » généralement attribuée au mouvement grec, n’effraye pas. Et ce n’est pas illogique que chacun s’y retrouve un peu, puisque Alexis Tsipras lui-même n’a pas attendu pour aller chercher à droite, chez les souverainistes, son allié de gouvernement. Faut-il s’offusquer de ce rapprochement, qui doit ...

Lire la suite...

La Grèce – La B.C.E. – l’Union Européenne Un nœud de contradictions !

La victoire électorale de Syriza est aussi la victoire de la démocratie. Le « peuple » s’est exprimé et appelle de ses vœux un changement ; il incombe aux élus d’en tenir compte. Cette victoire a été acquise sur la promesse de maintenir la Grèce au sein de l’UE et de l’Eurozone, le soutien pour cette politique étant – d’après les sondages – ...

Lire la suite...

Grèce et Espagne : soyons euro-progressistes !

Si la France se réforme, ce n’est pas pour satisfaire telle institution internationale ou telle autre européenne. C’est avant tout pour remettre en ordre de marche son appareil productif, ses compétitivités, et in fine son économie globale. Il ne s’agit nullement de la manifestation d’une quelconque soumission aux injonctions pouvant émaner de Washington ou de Bruxelles. Contrairement à ce que ...

Lire la suite...