Accueil » Actualités » Trop tôt, Jean-Claude Juncker, pour baisser les bras !
©Euractiv
©Euractiv

Trop tôt, Jean-Claude Juncker, pour baisser les bras !

Jean-Claude Juncker a le blues. Le Président de la Commission européenne a affiché son pessimisme quant à l’avenir européen dans un entretien à la radio publique allemande (Deutschlandfunk) diffusé ce dimanche 12 février dernier. Et il annonce qu’il ne briguera pas de deuxième mandat en 2019.

Jean-Claude Juncker n’explique pas les raisons pour lesquelles il ne souhaite pas rempiler pour un second mandat de cinq ans, mais son découragement est palpable. Le Président de la Commission européenne y dresse un portrait plutôt sombre de la situation dans l’Union.

Le Brexit semble avoir porté un sérieux coup à son optimisme : Au début de son mandat, à la tête de l’Institution qu’il avait qualifié de « Commission de la dernière chance », il affichait pour ambition de faire remonter la confiance des opinions publiques dans le projet européen. Il a donné son nom à un ambitieux plan d’investissements.

« Les Britanniques vont réussir à diviser les Vingt-Sept »

« Et à présent me voilà occupé, plusieurs heures par jour, déplore-t-il, à planifier la sortie d’un Etat membre, ce n’est pas un travail d’avenir ». Les conséquences du Brexit l’inquiètent particulièrement. « Les Britanniques vont réussir, sans trop de difficultés, à diviser les Vingt-Sept », confie Jean-Claude Juncker à la journaliste: « Ils savent déjà très bien comment s’y prendre ».

L’ancien Premier ministre luxembourgeois, âgé de 62 ans, s’inquiète plus généralement du manque de vision commune des Européens : « Certains pays aimeraient avoir plus d’Europe. D’autres trouvent que nous avons déjà trop d’Europe. Il y a ceux – dont je fais partie – qui voudraient une Europe plus sociale », dit-il encore.

Le Président de la Commission européenne est déprimé et tient à en faire part à l’opinion

En annonçant bien trop tôt son départ au plus tard à la fin de son mandat actuel (novembre 2019), JC Juncker prend le risque d’affaiblir sa propre position et fonction, à la veille même des échéances importantes de 2017 : Le Conseil européen de Rome le 27 mars prochain, qui marquera le 60e anniversaire des traités de Rome et qui devrait tracer des perspectives à propos de l’avenir de l’Union européenne, suivi des élections, en France, en Allemagne, au Pays Bas…

Plus gravement encore, pour l’Institution elle-même, chargée de « promouvoir l’intérêt général de l’Union » et de maintenir le cap du projet européen,  qui pourrait être ainsi déstabilisée, alors que désordres ou désarrois prévalent dans la plupart des États membres et que de nouveaux et graves défis extérieurs sont apparus.

Un tel risque de dérive de l’exécutif européen dans de telles circonstances doit être à tout prix évité.

Soit, le Président considère vraiment – dans ces difficiles et exceptionnelles circonstances et en application de l’article 246 du Traité sur Fonctionnement de l’Union Européenne – qu’il est nécessaire d’élire, par le Parlement européen, un nouveau Président ou une nouvelle Présidente de la Commission européenne pour en prendre, sans délai, la direction avec une énergie nouvelle. Une telle décision n’étant bien sûr envisageable que si un consensus préalable sur la personne du nouveau ou de la nouvelle Président (e) apparaissait possible.

Soit, le Président Juncker décide au contraire de poursuivre ses responsabilités et remobilise fermement son Collège pour toute la durée de la deuxième partie de son mandat.

Cette dernière alternative est la plus souhaitable malgré tout et peut-être la plus probable.

Il est en effet possible que le Président Juncker ait surtout voulu – avec le franc parler qui le caractérise – mettre les gouvernements des États membres devant leurs propres responsabilités, car la Commission européenne ne peut pas se substituer à eux pour défendre et actualiser, seule, le projet européen. Devant leurs ambiguïtés, leurs doutes, leurs indécisions, leurs divisions, leurs indifférences et même leurs hostilités – tous les efforts de l’exécutif européen pour faire avancer ce projet seront vains.

Un avertissement sérieux à la veille du grand rendez-vous du 27 mars prochain à Rome

La décision de JC Juncker va donner du grain à moudre aux eurosceptiques, de tous bords, aux anti-européens de toutes natures et aux pessimistes permanents.

Et nous alors les citoyennes et citoyens de l’Union européenne, JC Juncker, vous nous laisser nous débrouiller seuls ? Fuir ses responsabilités n’a jamais été la solution pour faire face aux turbulences.

La société civile organisée, pour qui l’Europe peut-être une des solutions en réponse aux enjeux de le période ne laissera pas se déliter un peu plus chaque jour, ce pourquoi elle mène le combat au quotidien depuis des années: Poursuivre la construction de l’Europe que nous voulons pour les européens, avec les européens, dans la diversité, l’unité et la solidarité.

C’est quand la tempête souffle au grand vent qu’il faut tenir le cap. Résolument, avec détermination et ténacité.

À propos Jean-Pierre Bobichon

Jean-Pierre est membre fondateur de Sauvons l’Europe
  • DFD

    Ce qui est étonnant, c’est qu’il s’étonne de cette fuite vers la sortie de l’Europe, c’est bien la preuve que les politiques ne comprennent rien à leurs populations tant ils sont éloignés de leurs vrais soucis, ils n’ont même pas idée de ce que c’est de vivre avec 500€, 600€ ou parfois encore moins par mois, avec un loyer à payer des enfants á élever .. ! Ou ce que c’est que d’avoir une épée de Damoclès pendue au-dessus de sa tête sans savoir quand l’entreprise va fermer, …Qu’il se demande quelle Europe il veut, il comprendra peut-être. Et qu’il fasse du ménage autour de lui, comme on le fait en France: combien encore va-t-on voir tomber de « Monsieur Propre » rattrappés par des révélations peu reluisantes. Elle travaille où Mme junker ?

  • Richard Condon

    Pourquoi Juncker veut-il s’en aller en 2019? Eh bien, ayant été l’architecte principal de la consolidation du Luxembourg comme paradis fiscal, au grand bénéfice du secteur financier, n’a-t-il pas envie de suivre le même chemin que son prédécesseur Barroso afin de s’assurer une retraite confortable? Sans doute des offres lui attendent.

  • Christine C.

    je suis profondément indignée par l’attitude de ce haut responsable de l’UE. Ce genre de déclaration est inacceptable quand on occupe une telle fonction, d’autant plus dans le contexte que nous connaissons. Pauvre Europe, pas besoin de détracteurs, il fait ce travail lui-même.

  • François Mennerat

    C’est vrai que tant ces propos de Juncker que ceux, répétés depuis sa désignation à la présidence factice du Conseil européen de Tusk sont révoltants.C’est au moins la preuve de leur irresponsabilité et du fait que le pouvoir n’appartient encore qu’aux États membres. Nous avons besoin à la tête de l’Union d’un vrai gouvernement démocratique responsable devant le peuple européen.
    Mais il ne faut pas oublier, dans le cas de Juncker, que cet homme est gravement malade, même si le sujet est, comme toujours dans ce cas de figure tabou. C’est lui qui, un an après sa prise de fonction a déclaré qu’il allait réduire son activité et se mettre en relatif retrait au profit du vice-président Frans Timmermans, socialiste néerlandais. La suite est restée plus confuse et plus personne n’en parle. Mais s’il est vraiment fatigué, qu’il se reprenne ou qu’il dise la vérité et qu’il se démette. Quand on détient ses responsabilités potentielles, on se conduit en homme responsable. Il avait laissé entendre qu’il allait « booster » l’Union, ce n’est pas le moment de lâcher.

  • Catherine Van der Ploeg

    Je m’étonne que vous souhaitiez le maintien à la tête de la Commission européenne d’un homme qui traîne autant de casseroles derrière lui, et qui, lorsqu’il dirigeait son pays, a joué contre ses partenaires européens, au profit de l’évasion fiscale des entreprises. L’Europe et les européistes sont décidément bien malades.

x

A lire aussi

Une Tête, Deux voix

Nous reproduisons ici la prise de position bilingue de nos amis des ...