Accueil » Actualités » Opinions » Utiliser le referendum pour sceller l’identité européenne

Utiliser le referendum pour sceller l’identité européenne

Pour bien participer à un groupe de travail, j’aurais besoin, au-delà des compétences techniques qui me manquent, de deux choses :

1/ Des éléments sérieux qui ne proviendraient pas d’avis en l’air sur des européens mythiques, mais les résultats solides d’une enquête européenne auprès des ressortissants de l’union pour savoir si oui ou non ils se sentent européens (=possédant un fonds de valeurs communes) en dépit d’un sentiment légitime d’appartenance nationale ou régionale.

2/ Une seconde chose que j’aimerais voir mise en place serait un référendum européen, renouvelé tous les cinq ans, et portant sur un certain nombre de points, qui redonnerait aux progrès dus à l’Europe une certaine clarté. En effet tout ce qui fonctionne correctement a tendance a devenir TRANSPARENT, c’est à dire qu’on ne le voit plus, et les esprits ne perçoivent plus que les défauts du système, qu’ils rejettent alors en bloc. Les questions posées pourraient être par exemple :

souhaitez vous poursuivre la construction de l’Europe ?

souhaitez vous l’arrêter là où elle est ?

souhaitez vous revenir en arrière ?

abandonner la libre circulation des biens et des personnes ?

abandonner les aides européennes ?

abandonner la collaboration scientifique etc.. etc..

Tout cela chiffré et argumenté (abandon de la libre circulation des personnes = rapatriement de tant de ressortissant français, fermeture de tant d’entreprises françaises etc.. Je dis cela au hasard, je ne suis pas technicienne)

Un tel référendum aurait le mérite de susciter des débats européens, et donc de renforcer notre identité européenne. Je pense que les français ont été comme rarement impliqués dans l’Europe lors de la campagne Oui/non au TCE.

Il me semble qu’un des très grands problèmes de l’identité européenne est que les gens de la génération d’avant guerre et d’après guerre ne vivent pas dans la même Europe que les jeunes générations. L’identité est affaire d’histoire autant que de territoire. Certains européens qui n’ont pas suivi la construction de l’Europe et oublié les raisons pour lesquelles elle a été construite n’en voient pas l’intérêt, mais seraient bien avisés de s’en souvenir. Et s’ils ne s’en souviennent pas, il faut le leur rappeler, même brutalement, comme cette chaîne d’information belge a rappelé aux citoyens tout ce qu’ils avaient à gagner dans une Belgique unie, et tout ce qu’ils avaient à perdre d’une sécession de certaines provinces.

Cette histoire de TCE prouve que la France est gouvernée par des vieux qui n’ont aucune idée des représentations de ceux qu’ils gouvernent, et/ou s’en moquent absolument. Le Je ne vous comprends pas de Chirac aux jeunes est la parole politique la plus profonde qu’il ait jamais prononcée.

Envoyé par Mme Anne OWENS

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

60ème anniversaire du Traité de Rome : la relance d’envies d’Europe ?

C’est à Rome, le 25 mars prochain, mais aussi dans les encore ...