Accueil » Actualités » Écologistes : une primaire européenne inaperçue

Écologistes : une primaire européenne inaperçue

Les Verts européens viennent donc de désigner leurs têtes de listes pour les prochaines élections européennes à l’issue d’un processus démocratique ambitieux et inédit : une primaire européenne ouverte à tous les citoyens. Félicitons Ska Keller, présidente des jeunes verts, et José Bové, qu’on ne présente plus, pour leur désignation!

Et penchons-nous sur ce redoutable bide.

En effet, la primaire des Verts, ouverte à tous les citoyens d’Europe âgés de plus de 16 ans n’a attiré qu’un peu moins de 25 000 votants. On mesure l’ampleur du problème en comparant aux 10 000 membres que compte le parti Vert français, ou au 60 000 du parti allemand. Manifestement, le taux de participation des encartés verts n’a pas dépassé le quart, sans parler du grand public. Comment expliquer un tel échec?

Parmi de nombreuses causes, on pourrait simplement en mettre deux en exergue :

Une primaire sans enjeu

Les gens se déplacent rarement pour un scrutin dont ils ne perçoivent pas l’importance, même quand le vote peut se faire en trois minutes en robe de chambre depuis le domicile. Or cette primaire était dénuée d’enjeu.

Une partie de l’équipe de Sauvons l’Europe a participé à l’aventure militante d’un projet de primaire pour le parti socialiste européen (qui a inspiré la décision du PSE de conduire un processus de nomination ouvert et transparent). Cette ambition reposait sur l’idée que le candidat du PSE avait vocation à devenir Président de la Commission en cas de victoire électorale des progressiste. La tête de liste verte n’a pas pas cette vocation compte tenu du poids parlementaire de leur groupe, et donc cette primaire n’avait pas pour objet de choisir un futur leader, mais simplement une personne chargée d’incarner des idées au niveau européen. Manifestement cela n’a pas suffi à déplacer les foules.

Une primaire invisible

Les militants verts n’ont pas voté. Mais savaient-ils seulement qu’ils le pouvaient ?

On s’interroge sur la notoriété des candidats, à l’exception de José Bové. C’est un faux débat : qui – dans le grand public – connaissait au début des primaires socialistes Arnaud Montebourg et Manuel Valls, que cette primaire a au contraire révélés?

La primaire verte n’a pas eu accès aux grands médias. Elle a été cordialement ignorée par la presse, simplement accolée aux péripéties de constitution de la liste verte dans le sud-ouest quand José Bové a été mis en ballottage. Les grands élus verts présents sur les plateaux télés ne l’ont pas évoquée. Quelques débats ont été organisés dans des salles de patronage (un par pays), dans lesquels les candidats ont dit et répété leur accord sur le fond. Les présents auront eu la confirmation qu’ils n’avaient pas à opérer un choix politique, mais un casting.

Tout ceci confirme la position de longue date de Sauvons l’Europe : Il faut saluer l’initiative précieuse des Verts et les remercier de l’avoir menée. Mais aucune démocratie européenne ne peut vivre sans deux ingrédients principaux: le désaccord qui fonde le choix démocratique et la médiatisation qui le présente aux électeurs. C’est pourquoi nous appelons à nouveau à signer la pétition plus d’Europe à la télé pour propulser ce sujet sous les yeux des citoyens!

 

Arthur Colin

 

 

Arthur Colin

 

 

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

Johnny, l’éternel déraciné fiscal

Johnny Hallyday a marqué son époque et chacun de nous peut fredonner ...