Accueil » Actualités » Votons pour ne pas laisser l’Europe aux populistes et aux banquiers

Votons pour ne pas laisser l’Europe aux populistes et aux banquiers

Dimanche 25 mai, la démocratie européenne connaîtra un moment historique car pour la première fois les citoyens décideront par leur vote de la personne qui incarnera « Bruxelles » pendant 5 ans.

Jusqu’aujourd’hui le président de la Commission était nommé par les chefs d’Etat européens dans des négociations de couloir, la Commission reflétant ainsi l’équilibre politique du moment entre les pays membres de l’Union européenne.

La crise a montré à quel point l’Europe était entrée dans nos vies, à quel point comptent les choix politiques de ceux qui la dirigent que seul le suffrage universel peut désormais légitimer.

Chaque grande famille politique européenne s’est dotée d’un candidat : Jean-Claude Juncker pour les conservateurs, Guy Verhofstadt pour les centristes et les libéraux, Martin Schulz pour les socialistes, José Bové et Ska Keller pour les Verts et Alexis Tsipras pour la gauche de la gauche.

Jeudi 15 mai, ils ont confronté leurs projets dans un premier débat, moment crucial de la démocratie européenne, que la télévision publique française a relégué sur sa chaîne parlementaire.

En France, dans un silence gêné, on nous promet une large progression des populistes, portés par la foule nombreuse de ceux qui voudraient hurler leur frustration dans un scrutin défouloir.

Alors que tous les sondages indiquent que l’écart entre la droite et la gauche sera très faible et que chaque bulletin comptera, les citoyens français enverraient au Parlement européen un bloc de députés stérile, inutile, votant non – c’est leur programme ! – à toute initiative d’où qu’elle vienne ?

Les citoyens doivent s’emparer de cette élection historique ! Et d’abord ceux qui partagent les valeurs de progrès, pour désigner des candidats qui mettront un frein à la seule politique d’austérité aveugle des conservateurs du président sortant José-Manuel Barroso.

Que ferait Jean-Claude Juncker en qualité de président de la Commission européenne qu’il n’a fait pendant 10 ans comme président de l’Eurogroupe ? Poser la question, c’est y répondre.

Pour une Europe démocratique, ambitieuse, écologique, solidaire, ouverte et de liberté : le 25 mai, votons pour une majorité europrogressiste !

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

Union européenne des territoires : les élus locaux signataires

NOM  PRENOM PARTI COLLECTIVITE ADOMO Caroline PS Champigny-sur-Marne ANTOINE-FABRY Margaud GEN Metz ...