Accueil » Actualités » Débat européen à la télévision ? Amendement déposé !

Débat européen à la télévision ? Amendement déposé !

Il y a deux ans, un collectif d’associations et de responsables politiques remettait à France Télévisions la pétition Plus d’Europe à la télé. Dans la foulée, nous avions proposé à Sylvie Guillaume, vice-présidente du Parlement européen, d’interroger la Commission sur ses relations aux grands médias. Jean-Claude Juncker avait répondu que les commissaires étaient désormais fortement incités à défendre leur action dans les médias.

Nous avons depuis continué ce combat. Entendons-nous bien. L’enjeu n’est pas une présence plus importante des sujets européens dans les grands médias, qui reçoivent aujourd’hui par la force de la crise une certaine attention. L’enjeu est que ce débat se conduise moins dans des espaces nationaux clos et devienne un véritable espace européen de débat. Ce point est essentiel dans l’émergence d’une véritable démocratie européenne. Depuis les dernières élections de 2014, le Président de la Commission est issu des urnes et son action politique repose sur une coalition parlementaire. Mais un véritable mandat démocratique ne peut être issu que d’une confrontation des grandes options politique entre les différentes familles de pensée en Europe.

Contrairement à ce qui est parfois imaginé, il n’est point besoin de réinventer la roue. Nous avons construit nos démocraties nationales petit à petit, en nous appuyant sur un certain nombre de dispositifs techniques. Ces dispositifs existent aujourd’hui et sont d’un usage courant ; il n’est besoin que de les appliquer quasi tels quels à la sphère européenne.

L’un de ces éléments est le contrôle de l’équilibre des temps de parole dans les grands médias entre les différents partis politiques. Nous l’avons confié au Conseil supérieur de l’audiovisuel, qui opère un décompte qu’il transmet notamment aux Présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat. Le CSA a adapté ce dispositif aux élections locales pour respecter l’équilibre politique particulier de ces élections.

Nous remercions le sénateur EELV André Gattolin d’avoir bien voulu déposer un amendement à la loi dite Egalité et citoyenneté, qui doit venir en discussion cette semaine. Son objet est simple : il s’agit pour le CSA d’opérer un décompte des temps de parole particulier aux questions européennes, comme il le fait pour les élections locales, et d’en transmettre le résultat au Président du Parlement européen.

Cet amendement est d’allure modeste et technique. Mais pris ensemble avec d’autres mesures simples, nous espérons qu’il puisse faire évoluer le débat européen vers un véritable affrontement entre lignes politiques européennes.

Parmi ces derniers, citons par exemple les points suivants :

  • Une table ronde des acteurs débouchant sur une approche commune sur les conditions d’existence d’un débat politique européen dans les médias.
  • Le rôle des opérateurs de service public, le cas échéant en précisant les articles 14 et 16 du cahier des charges de France Télévisions.
  • Les obligations des autres chaines, à travers leurs autorisations d’émission (par exemple une précision de l’article 7 de la Convention d’autorisation de TF1).

Soutenez-nous, signez la pétition !

 

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

La coupe d’Europe du Président

A peine la fierté et l’émotion de la victoire passée se dessine ...