Accueil » Actualités » Opinions » Cher Jean-Pierre Bobichon,

Cher Jean-Pierre Bobichon,

Le « non » irlandais qui vient s’ajouter aux « non » des Français et des Néerlandais souligne que nous sommes dans une situation d’autant plus grave que parmi les 27 états membres un certain nombre n e sont pas de chauds partisans d’une Europe forte et solidaire. Nous payons là le résultat des élargissements mal menés et beaucoup trop hâtifs. Il n’aurait fallu procéder à un élargissement modéré qu’avec des solliciteurs très motivés et lorsque l’UE se serait donné une organisation solide et démocratique. A agir dans la hâte on a laissé le champ libre aus partisans d’une simple zone de libre échange.

Vous avez évoqué l’opposition entre ratification populaire (référendum) et ratification parlementaire. La coexistence de ces deux modes de ratification me paraît néfaste et malsaine parce que :

  1. elle fait peu de cas de la représentativité parlementaire,
  2. elle laisse le champ libre à des manifestations de rancoeur qui n’ont rien à voir avec la construction de l’Europe,
  3. elle n’est pas démocratique dans la mesure où les citoyens se révèlent mal informés et peu motivés. 42% de votants n’est pas un score significatif. On est en droit d’exiger une représentation plus significative.

En résumé, il est grand temps d’ informer tous les citoyens en profondeur et de procéder de façon plus démocratique et plus compréhensible.
Nos mouvements qui militent pour une Europe plus solidaire où la justice sociale ne soit pas un épiphénomène doivent prendre part à ce travail d’éducation et il est grand temps qu’ils fédèrent leurs disparités et cessent de s’éparpiller.

Michel Perrin
Sauvons l’Europe Bretagne

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

Quel XXIème siècle européen ?

L’Europe est-elle sur le point de tourner la page du XXème siècle ...