Accueil » Actualités » Conseil européen : une étape positive à confirmer

Conseil européen : une étape positive à confirmer

L’UNSA estime que le compromis trouvé par les chefs d’Etat ou de gouvernement de l’Union européenne lors du Conseil européen des 28 et 29 juin dernier traduit un changement de méthode et d’orientation dans la conduite de l’Union européenne. Désormais l’hégémonie du duo franco-allemand a cédé la place à un fonctionnement plus collectif qui intègre les institutions communautaires. L’approfondissement de la zone euro ainsi que la solidarité, la croissance, l’investissement et l’emploi reviennent sur le devant de la scène au même titre que l’assainissement budgétaire.

 

La décision d’un « Pacte pour la croissance et l’emploi » de 120 milliards d’euros avec le recours aux obligations liées à des projets (project bonds) et la recapitalisation de la Banque européenne d’investissements (BEI), l’accord sur le brevet européen, la décision de mettre en œuvre une taxe sur les transactions financières en recourant à une coopération renforcée, la lutte contre le chômage et la volonté de s’attaquer de manière efficace aux conséquences de la crise vont dans la bonne direction. Il en est de même de l’insistance affichée afin que le prochain cadre financier pluriannuel renforce la croissance et l’emploi, du retour en force de la stratégie « Europe 2020 » pour une croissance intelligente, durable et inclusive, de la présentation du rapport « Vers une véritable Union économique et monétaire » pour un cadre financier intégré, un cadre budgétaire intégré, un cadre de politique économique intégré et un renforcement de la légitimé démocratique. Enfin, la Déclaration du sommet de la zone euro affirmant qu’il est impératif de briser le cercle vicieux entre les banques et les Etats en ouvrant la voie à une Union bancaire et à un soutien rapide par le biais du FESF (fonds européen de stabilité financière) puis du MES (mécanisme européen de stabilité) à l’Espagne et à l’Italie, est positive.

 

En revanche, subsiste à coté de cet ensemble intéressant tout un volet inspiré par l’austérité. Ainsi, des craintes existent concernant les nouveaux instruments de la gouvernance économique orientés vers l’assainissement budgétaire et la compétitivité par les coûts, de l’approbation des recommandations par pays destinées à orienter les politiques et les budgets des Etats membres, du volet national du Pacte pour la croissance et l’emploi, des prochaines étapes en matière de « réglementation intelligente ».

 

Pour l’UNSA, ce Conseil européen marque une étape positive qui reste à confirmer car la politique d’austérité est toujours présente. En outre, des intentions importantes pour la construction européenne doivent déboucher d’ici la fin de l’année. L’UNSA tient à réaffirmer qu’une plus grande intégration européenne est indispensable pour surmonter la crise, s’imposer dans la mondialisation, et pour développer la solidarité entre les Etats membres. Elle souligne fortement que la dimension sociale de l’Europe doit être renforcée et non attaquée.

 

Michel Guerlavais

 

UNSA Infos du 2 juillet 2012

 

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

Une tarentelle démocratique

La tarentelle est une danse traditionnelle d’Italie qui permet d’expulser le poison ...