Accueil » Actualités » Débat européen à la télévision : la question devient publique

Débat européen à la télévision : la question devient publique

La pression de la société civile sur la place du débat européen à la télévision, qui s’est traduite par le dépassement des 10.000 signataires de la pétition plus d’Europe à la télé et par l’interpellation commune des responsables d’associations européennes et de plus d’une trentaine d’élus et de candidats européens, fait enfin bouger les lignes. 

Interrogé mercredi 30 avril par Pure media, Rémi Pfimlin, Président de France Télévisions, nous a en outre adressé un courrier électronique  pour répondre à notre interpellation.

 

Madame, Monsieur,

A la suite de la tribune que vous avez signée, parue sur le site du Huffington Post, concernant la couverture des élections européennes par France Télévisions, je souhaite vous apporter les précisions qui suivent sur le dispositif programmé sur nos antennes afin d’informer le mieux possible nos concitoyens.

Je veux d’abord réaffirmer avec force mon engagement personnel et celui de tous mes collaborateurs dans l’accomplissement de la mission essentielle de la télévision de service public au service du débat citoyen et de la démocratie dans notre pays. Après la forte mobilisation de nos équipes en 2012, nous l’avons encore démontré cette année, lors de la campagne en vue des élections municipales. Il en sera de même en ce mois de mai dans la perspective des élections européennes. J’ai même décidé que nos antennes se mobiliseraient plus encore que par le passé à l’occasion de cette importante échéance, et plus également d’ailleurs que la plupart de nos confrères européens.

La décision, prise en accord avec les responsables de LCP-AN et de Public Sénat, de diffuser le débat prévu le 15 mai entre les 5 candidats à la présidence de la commission européenne en direct à la fois sur les chaînes parlementaires – dont je souligne qu’elles sont, depuis fin 2011, reçues en clair par tous les foyers français – et sur notre plateforme numérique France TV Info, est cohérente aussi bien avec l’organisation du pôle audiovisuel public français qu’avec les dispositifs adoptés par l’ensemble des membres de l’UER. C’est en effet à leur chaîne parlementaire ou à leur chaîne d’information continue (BBC Parliament au Royaume-Uni, Phoenix en Allemagne, Rai News 24 en Italie, Canal 24Horas en Espagne, etc.) que nos partenaires ont décidé de confier la diffusion de ce débat.

En France, ce débat sera ainsi diffusé en direct par deux vecteurs, au profit de l’ensemble des téléspectateurs, puis sera analysé au cours d’une édition spéciale du Grand Soir 3 sur France 3.

France 2 consacrera en outre deux soirées aux questions européennes en première partie de soirée : le 15 mai, en diffusant un film document inédit sur le roman de l’Euro, suivi d’un débat qui réunira des responsables politiques européens ; puis le 22 mai, toujours en première partie de soirée, à l’occasion d’une émission spéciale de « Des paroles et des actes » avec un débat entre les dirigeants des différents partis politiques français. Enfin, le 19 mai, un numéro spécial de « Mots croisés » sera consacré à un débat entre leaders politiques européens.

France 3 organisera quant à elle, le 20 mai, 7 débats diffusés dans chacune des 7 circonscriptions de métropole. Il s’agit là d’une première dans l’histoire des élections européennes. Nous diffuserons parallèlement sur cette période, dans l’ensemble de nos journaux d’information, des sujets liés aux différents thèmes abordés au cours de cette campagne.

J’espère que ces différents éléments vous permettront d’apprécier la mobilisation de nos antennes dans cette période importante.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de ma considération distinguée.

Rémy Pflimlin

Président directeur général

France Télévisions

 ————————————————————

 

Jean-Vincent Placé et André Gattolin, sénateurs EELV, saisissent le CSA. Ils sont rejoints par Aurélie Filippetti, Ministre de la culture et de la communication,qui  annonce via son compte twitter  qu’elle a saisi le Conseil supérieur de l’audiovisuel sur cette question:

 

 

  ————————————————————

 

Le Président du Conseil supérieur de l’Audiovisuel, Olivier Schrameck, adresse le jour même la lettre suivante à Rémi Pfimlin:

 

Monsieur le Président,

Saisi hier par des parlementaires à propos du renouvellement prochain des institutions européennes, le Conseil supérieur de l’audiovisuel, réuni ce matin, a relevé que pour la première fois s’appliquait la disposition de l’article 17 du traité sur l’Union européenne qui donne au Parlement européen compétence pour élire, sur la proposition du Conseil européen, le président de la Commission européenne.

Cet enjeu démocratique, consécutif au processus des élections au Parlement européen, lui paraît participer des missions que les articles 14 et 16 de son cahier des charges confient à France Télévisions.

Dans le respect des choix éditoriaux qui sont placés sous votre responsabilité, le Conseil a souhaité appeler votre attention sur l’importance de cet enjeu pour le service public de la télévision.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma vive considération.

Olivier Schrameck

 

————————————————————

Ensemble, continuons à faire avancer le débat européen!

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

Union européenne des territoires : les élus locaux signataires

NOM  PRENOM PARTI COLLECTIVITE ADOMO Caroline PS Champigny-sur-Marne ANTOINE-FABRY Margaud GEN Metz ...