Accueil » Actualités » Débat européen à la télévision : la question devient publique

Débat européen à la télévision : la question devient publique

La pression de la société civile sur la place du débat européen à la télévision, qui s’est traduite par le dépassement des 10.000 signataires de la pétition plus d’Europe à la télé et par l’interpellation commune des responsables d’associations européennes et de plus d’une trentaine d’élus et de candidats européens, fait enfin bouger les lignes. 

Interrogé mercredi 30 avril par Pure media, Rémi Pfimlin, Président de France Télévisions, nous a en outre adressé un courrier électronique  pour répondre à notre interpellation.

 

Madame, Monsieur,

A la suite de la tribune que vous avez signée, parue sur le site du Huffington Post, concernant la couverture des élections européennes par France Télévisions, je souhaite vous apporter les précisions qui suivent sur le dispositif programmé sur nos antennes afin d’informer le mieux possible nos concitoyens.

Je veux d’abord réaffirmer avec force mon engagement personnel et celui de tous mes collaborateurs dans l’accomplissement de la mission essentielle de la télévision de service public au service du débat citoyen et de la démocratie dans notre pays. Après la forte mobilisation de nos équipes en 2012, nous l’avons encore démontré cette année, lors de la campagne en vue des élections municipales. Il en sera de même en ce mois de mai dans la perspective des élections européennes. J’ai même décidé que nos antennes se mobiliseraient plus encore que par le passé à l’occasion de cette importante échéance, et plus également d’ailleurs que la plupart de nos confrères européens.

La décision, prise en accord avec les responsables de LCP-AN et de Public Sénat, de diffuser le débat prévu le 15 mai entre les 5 candidats à la présidence de la commission européenne en direct à la fois sur les chaînes parlementaires – dont je souligne qu’elles sont, depuis fin 2011, reçues en clair par tous les foyers français – et sur notre plateforme numérique France TV Info, est cohérente aussi bien avec l’organisation du pôle audiovisuel public français qu’avec les dispositifs adoptés par l’ensemble des membres de l’UER. C’est en effet à leur chaîne parlementaire ou à leur chaîne d’information continue (BBC Parliament au Royaume-Uni, Phoenix en Allemagne, Rai News 24 en Italie, Canal 24Horas en Espagne, etc.) que nos partenaires ont décidé de confier la diffusion de ce débat.

En France, ce débat sera ainsi diffusé en direct par deux vecteurs, au profit de l’ensemble des téléspectateurs, puis sera analysé au cours d’une édition spéciale du Grand Soir 3 sur France 3.

France 2 consacrera en outre deux soirées aux questions européennes en première partie de soirée : le 15 mai, en diffusant un film document inédit sur le roman de l’Euro, suivi d’un débat qui réunira des responsables politiques européens ; puis le 22 mai, toujours en première partie de soirée, à l’occasion d’une émission spéciale de « Des paroles et des actes » avec un débat entre les dirigeants des différents partis politiques français. Enfin, le 19 mai, un numéro spécial de « Mots croisés » sera consacré à un débat entre leaders politiques européens.

France 3 organisera quant à elle, le 20 mai, 7 débats diffusés dans chacune des 7 circonscriptions de métropole. Il s’agit là d’une première dans l’histoire des élections européennes. Nous diffuserons parallèlement sur cette période, dans l’ensemble de nos journaux d’information, des sujets liés aux différents thèmes abordés au cours de cette campagne.

J’espère que ces différents éléments vous permettront d’apprécier la mobilisation de nos antennes dans cette période importante.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de ma considération distinguée.

Rémy Pflimlin

Président directeur général

France Télévisions

 ————————————————————

 

Jean-Vincent Placé et André Gattolin, sénateurs EELV, saisissent le CSA. Ils sont rejoints par Aurélie Filippetti, Ministre de la culture et de la communication,qui  annonce via son compte twitter  qu’elle a saisi le Conseil supérieur de l’audiovisuel sur cette question:

 

 

  ————————————————————

 

Le Président du Conseil supérieur de l’Audiovisuel, Olivier Schrameck, adresse le jour même la lettre suivante à Rémi Pfimlin:

 

Monsieur le Président,

Saisi hier par des parlementaires à propos du renouvellement prochain des institutions européennes, le Conseil supérieur de l’audiovisuel, réuni ce matin, a relevé que pour la première fois s’appliquait la disposition de l’article 17 du traité sur l’Union européenne qui donne au Parlement européen compétence pour élire, sur la proposition du Conseil européen, le président de la Commission européenne.

Cet enjeu démocratique, consécutif au processus des élections au Parlement européen, lui paraît participer des missions que les articles 14 et 16 de son cahier des charges confient à France Télévisions.

Dans le respect des choix éditoriaux qui sont placés sous votre responsabilité, le Conseil a souhaité appeler votre attention sur l’importance de cet enjeu pour le service public de la télévision.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma vive considération.

Olivier Schrameck

 

————————————————————

Ensemble, continuons à faire avancer le débat européen!

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • Nicolas V

    La 1ère question soulevée par Mr Pfimlin : le 15, déjà diffusion par chaînes parlementaires + chaîne allemande + autre .
    Si France 2 diffuse en même temps, ça va ruiner les efforts de ces chaînes qui se st bq investies.
    Quel sera le profit ?
    J’ajouterai, ces chaînes auront le sentiment d’être traitées comme des rebuts. Pas très fair- play.
    La seconde : le taux d’audience
    Si vous êtes President d’une chaîne et que je vs passe un rebut en vs disant « c’est gratuit « , peut-être penserez- vs que mon « gratuit  » vs revient très cher.
    Enfin, le pauvre émet des vœux, pieux , je pense, wait and see.

  • @nicolas v: votre raisonnement est peu compréhensible. Il n’est pas question de Fair-play mais de la mission de service public que France TV refuse de remplir. Et pour l’audiance, je ne vois pas comment un documentaire sur l’euro pourrait faire mieux qu’un débat qui pourrait être l’événement de ces Européennes si France 2 et les autres chaînes de service public dans les autres pays se décidaient à traiter comme tel.

  • philippe Waldteufel

    La réponse de R. Pfimlin est argumentée et constitue peut-être une défense acceptable par les autorités dont relève France Télévision.
    Mais en réalité la position est intenable parce que, dans le même temps que les chaînes parlementaires diffusent le débat, France 2 va diffuser AUTRE CHOSE; elle se met donc en concurrence avec les dites chaînes parlementaires et structurellement ne peut pas avoir d’autre attitude que d’oeuvrer pour avoir le maximum de téléspectateurs, fut-ce au détriment des chaînes qui diffusent le débat.
    Que le programme diffusé à l’heure du débat concerne également un sujet européen ne fait que rendre plus aigu cet enjeu de concurrence.
    La façon de s’en sortir élégamment, me semble-t-il, aurait été que France 2 diffuse le débat tel qu’enregistré par les chaînes parlementaires avec un différé par exemple d’une demie heure…

  • DAMM Evelyne

    Il faut saluer ce sursaut de bonne volonté citoyenne de la part d’un Président de chaine publique, mais est-ce que cette soudaine omniprésence de l’approche politique de l’Union Européenne (répercussion des débats politiques dans le cadre des échéances électorales ou du fonctionnement des institutions) est de nature a réconcilier les citoyens avec l’Union Européenne ou inversement ne va-t-elle pas susciter un sentiment de saturation et d’exaspération? La mission de la télévision publique n’est-elle pas plutôt de rendre perceptible au plus grand nombre les bienfaits de la construction européenne, et de communiquer sur ce qui est notre patrimoine naturel, historique,culturel, intellectuel, et scientifique commun? Qu’en pensent donc nos grands intellectuels de gauche (ou de droite)?

  • Nicolas V

    Les « bienfaits », je ne vois pas trop.
    Pouvez-vous m’éclairer ?
    Golpes, guerres, milices de mercenaires américains , paupérisation des peuples, Traité transatlantique, abdication de souveraineté et j’en passe…
    Tentatives de lancements de guerres contre la volonté des citoyens français…
    Ds des interets personnels et de suivi de feuille de route qui ne nous concernent pas, Nous, Français .
    Je le répète , les Russes ont de la chance, ils ont à leur tête un Président patriote.

  • cade

    France 2 n’aime pas parler d’Europe. Ce n’est pas naturel c’est même la corvée. « Narguer « Bruxelles » ça leur plait sinon dans tous les débats il lui faut des eurosceptiques voulant tout détruire sans jamais proposer d’alternative cohérente. Or c’est tellement plus facile d’attaquer que de défendre!!!
    A croire que ses présentateurs croient encore que la France peut s’en sortir seule . Cette illusion est dramatique et nous empêche d’avancer

  • Marc Leygonie

    La priorité doit être donnée à l’information citoyenne indispensable élément de la démocratie ,nécessité de fait par trop négligée par le fonctionnement de l’UE qui remet l’essentiel du pouvoir -le pouvoir législatif- entre les mains d’une commission composée de fonctionnaires -je n’ai rien contre les fonctionnaires en tant que tels,il en faut-qui ne sont pas élus ce qui représente une exception en démocratie.L’élection de son président au suffrage universel est un progrès-insuffisant sans doute mais considérable pour le bien de la démocratie-sur lequel ‘il faut absolument attirer l’attention des-nombreux- déçus de l’Europe telle qu’elle fonctionne actuellement. Il est tout à fait respectable de se soucier de ne pas sembler accorder aux chaines parlementaires l’importance que leurs efforts mériteraient-mais elles savent,même si on peut le regretter, que leur audience est plutôt confidentielle et correspond à un public d' »initiés » de la politique- et il est plus important encore de faire prendre conscience des enjeux que sous-tend ce scrutin à un maximum de citoyens. Et par là même de répondre au souci d’Evelyne Damm en rappelant à cette occasion l’importance de ce -malgré les imperfections du système actuel-que l’Europe nous a déjà apporté :la paix en particulier depuis bientôt 70 ans,les aides…De plus pour des raisons géopolitiques qui semblent échapper aux dirigeants européens-mais pas aux américains et à leurs grands groupes industriels et financiers- une EUROPE politique et économique est indispensable à l’équilibre mondial face aux USA et aux nouveaux pôles de développement d’Asie(Chine et Inde) et d’Amérique du Sud (Brésil, Argentine…). Et enfin ce que la possibilité d’assister au débat entre les candidats à la présidence apportera à la population une meilleure perception de l’Europe que chacun d’entre eux se fait , ce qui participe fondamentalement du processus démocratique indispensable.

  • Nicolas V

    Parce que vs pensez sérieusement ou faites semblant de croire que ce vote a quoi que ce soit à voir avec la démocratie . ?
    Lisez Daily Telegraph du 19/08/2000
    Et vs revenez après
    On saura au moins ds laquelle des 2 options vous êtes.

  • Poty François

    Dans la campagne électorale actuelle le comportement de l’exécutif vis à vis de la presse n’est pas digne d’un pays qui se prétend démocratique
    Le contrôle de la liberté de la presse n’est justifié que pour respecter les lois et s’opposer aux adversaires de cette liberté. Pourquoi ce qui est en général bien fait sur le plan national ne le serait plus sur le plan européen?On ne peut pas affirmer,à des degrés divers, que le destin de la France passe par l’Europe et en même temps considérer que les électeurs français , déjà mal informés sur ce point , sont inaptes à recevoir en direct , sur une grande chaine et à une heure de grande écoute , le débat contradictoire des candidats à la présidence de la future commission européenne . Le service minimum proposé par le président de France Télévision n’est pas digne du pays des droits de l’homme .Quelle baisse de crédibilité pour nos responsables nationaux dans les réunions internationales ! Le gouvernement actuel ne devrait pas ne pas comprendre la gravité de cette situation .

  • Nicolas V

    Ms l’exécutif impose puisqu’intervention ministre culture et Schrameck.
    Vs souhaitez qu’on impose la vision d’un débat sur la 2.
    Il y aura.
    C’est en opposition flagrante av la liberte de la presse ms c’est fait.
    Je ne comprends pas ce que vs dites en parlant de presse libre et de respect de la démocratie
    Notre presse n’est pas libre, l’état lui impose des sujets.
    Vous voulez qu’on ficelle les citoyens sur leur fauteuil devant le poste, aussi ? Et qu’on leur maintienne les yeux ouverts ? Lol !

x

A lire aussi

CCRen12

De la présidence Maltaise à la présidence Estonienne

Depuis le 1er juillet la présidence semestrielle de l’Union européenne est assurée ...