Accueil » Actualités » Edito » Dépression européenne

Dépression européenne

C’est bien connu, la vieille Europe aura toujours un temps de retard sur la moderne Amérique. La vieille Europe prononce très bas, sur le bout des lèvres, le mot « récession », s’arrange pour afficher la vertu d’une progression de 0,1 % du Produit Intérieur Brut, depuis un mois, depuis deux semaines, la semaine dernière, depuis hier.

 

Encore un peu et bientôt la progression se chiffrera à 42 euros, calcul que les services de Bercy récoleront afin de le porter à 102 euros. L’Amérique, elle, voit plus grand et plus fort. Point de récession de l’autre côté de l’Atlantique, l’oncle Sam ne se satisfait que d’une dépression de l’économie et on attend avec appétit les explications de M. Fillon, posant de manière définitive la subtile nuance entre les deux.

 

Là bas, la dépression c’est une récession qui pourrit durablement l’économie et la société, ici ce sera à coup sûr une progression légèrement inférieure à la récession, à ne pas confondre évidemment avec la croissance négative qui, même négative, demeure une croissance, ce qui revient à ce que faisait autrefois dire Thierry le Luron à François Mitterrand : « Même en direct, on peut couper au montage. »

 

Les amateurs de l’Union européenne cherchaient, souvent en vain, des réformes de grande ampleur. Aperçurent-ils celle du sémantiquement correct ? Une modification essentielle de notre parler ensemble selon laquelle il faut désormais appeler « plan européen de relance » ce qu’autrefois on savait n’être qu’une coordination intergouvernementale des plans de soutien aux économies nationales. Encore un peu et bientôt les efforts d’information des 27, la transparence sur les mesures protectionnistes, on appellera cela « Europe ». Moi, c’est cette Europe-là qui me plonge dans la dépression.

Yohann ABIVEN

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

Maybe Not, Theresa

Rappel: Nous vous accueillons vendredi à 18h pour parler du Brexit, au ...