Accueil » Actualités » Elections européennes : le pouvoir aux peuples d’Europe

Elections européennes : le pouvoir aux peuples d’Europe

Entre le 22 et le 25 mai prochain, pour respecter les pratiques électorales nationales se dérouleront dans les 28 Etats membres de l’Union européenne les élections au Parlement européen, à UN SEUL TOUR !! En France, le 25 mai.

C’est l’occasion de participer activement à l’élection des futurs Parlementaires européens élus démocratiquement pour un mandat de 5 ans. C’est l’occasion de faire entendre sa voix sur le type d’Europe que nous voulons C’est l’occasion, pour la première fois, de peser indirectement sur la future présidence de la Commission européenne, puisque cette personnalité devra être, élue, issue de la majorité politique sortante des urnes du ¨Parlement européen.

S’abstenir, c’est fuir ses responsabilités, c’est se priver de participer activement à cette échéance électorale. C’est se priver de la crédibilité de faire entendre ses points de vues durant les 5 ans à venir car n’ayant pas participé aux enjeux électoraux au moment opportun.

N’oublions pas aussi que les votes blancs seront décomptés.

Le Parlement européen est la seule institution de l’Union européenne dont les membres sont élus au suffrage universel direct et ce depuis 1979.

Une forte participation aux élections européennes ne peut que renforcer, crédibiliser et consolider l’Europe dans cette période troublée et incertaine. Nous avons besoin d’une Europe forte avec des citoyennes et citoyens mobilisés.

Nos amis d’Ukraine et plus largement des Balkans, entre autre, compte sur nous pour être présents à leurs côtés pour le beau mais dramatique combat qu’ils mènent : Celui des libertés, de la fraternité et des solidarités : Bref la mise en œuvre des valeurs profondes de l’Union européenne.

La décision de l’Union européenne d’apporter 11 milliards d’euro en soutien à l’Ukraine est positive. Il faut aller plus loin et plus vite. La décision du Parlement européen d’envoyer une délégation d’observateurs pour être témoins, le 25 mai prochain, du déroulement, en Ukraine, des élections présidentielles, libres, est une autre marque de soutien concret à la population ukrainienne.

Mais auront-elles bien lieu ? C’est la question que l’on est en droit de se poser face aux nouveaux graves évènements à l’Est de l’Ukraine. Tout est fait en tous cas par la Russie pour qu’il n’en soit pas ainsi. C’est une nouvelle atteinte grave inadmissible à la vie démocratique d’un Etat indépendant.

Les institutions européennes apparaissent loin de nos préoccupations. C’est vrai…

…Mais leurs propositions, actions et décisions concernent chacune et chacun d’entre nous dans notre vie quotidienne, que ce soit en matière des droits et libertés, en matière agricole, énergétique, monétaire, environnemental, financier, économique, social, politique, etc..

Voter et faire voter activement pour l’élection du futur parlement européen, c’est prendre l’avenir de l’Union européenne en main.

Bobichon

 

 

Jean-Pierre Bobichon, Ancien fonctionnaire européen

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • RAFFI

    J’espère que vous pourrez « bouger » un peu la presse, écrite, radio ou TV, afin qu’elle fasse non pas « un peu » mais beaucoup d’information sur les enjeux de cette élection. Que celle-ci n’est pas une élection française mais une élection européenne. Et en particulier celle du président de la future Commission; que les gens votent au moins pour des « partis de gouvernement » pour que ce soit des voix efficaces… même si j’espère sans trop d’illusions, que ce soit surtout pour les socialistes européens.

  • Parmi ces petits partis il en est un qui se distingue en pensant clairement européen : Europe Démocratie Espéranto.
    Il propose de commencer par le commencement de la démocratie : la discussion entre citoyens, et pour cela d’utiliser l’espéranto, si facile à apprendre, et indépendant des états et des puissances économiques….

  • Christian Rubat du Mérac

    C’est bien de vouloir motiver les gens à voter, mais il vaut mieux pour cela parler des sujet qui les préoccupent plutôt que de parler de dépenses supplémentaires vers l’étranger.

    En premier lieu, la défense, par une UE forte, de leur emploi, de leur protection sociale et de leur retraite.

    Ces pa

  • Christian Rubat du Mérac

    Suite de mon commentaire:

    C’est bien de vouloir motiver les gens à voter, mais il vaut mieux pour cela parler des sujet qui les préoccupent plutôt que de parler de dépenses supplémentaires vers l’étranger, et d’exportation de valeurs que nous ne sommes pas à même aujourd’hui de défendre (UE trop faible).

    En premier lieu, la défense, par une UE forte, de leur emploi, de leur protection sociale et de leur retraite.

    Ces paramètres étant tous menacés, non par « trop d’Europe », mais par « pas assez d’Europe », face à la Chine et autres géants qui exploitent leurs peuples.

  • vernier gerard

    Cette sensibilisation émanant d’un ancien fonctionnaire européen – ce qui tendrait à prouver, une fois de plus, que cette catégorie professionnelle ne réunit pas que des bureaucrates enfermés dans une tour d’ivoire – est salutaire lorsque l’on songe à la désaffection graduelle des citoyens vis-à-vis des élections européennes au fil des scrutins.

    Elle s’inscrit dans le droit fil de la campagne de « Sauvons l’Europe » en faveur d’une présence plus importante de l’Europe dans les médias. Songeons à ce que disait Victor Hugo, déplorant, dans un discours du 11 octobre 1848 à l’Assemblée nationale, le peu d’intérêt de la presse pour les élections: « Le silence autour des assemblées, c’est bientôt le silence dans les assemblées ».

    Il serait en effet regrettable que l’abstention soit non seulement le « maillon faible » de la démocratie européenne… mais aussi son « bâillon fort ».

  • Nicolas V

    Je vous renvoie tous à Daily Télégraph du 19/09/2000.
    Constitution de l’Ue par plan US av publication de documents déclassifiés Défense US et sortis ds le domaine public.
    Il n’y a pas de quoi pavoiser, l’UE est une construction spécifiquement USA, plan lancé ds les années 1950.
    On cite Shuman, Monnet et Marjolin (entre autres ), instructif.
    L’UE a vocation a être ds l’Otan et présenter un gd marché unique « gage de paix entre ses membres tant il y aura d’interactions économiques  » cf article récent de Colombani.
    En fait, lorsque je soulignais que Fabius, à propos du voyage d’Hollande en Géorgie parlait de la vocation de ce pays à intégrer l’Otan et l’UE (cf le Point ) et qu’il parlait de l’Otan en 1er lieu, avt l’UE et qu’Otan et UE étaient indissociables ds son esprit, je savais ce que j’écrivais.
    En gros, ns avons en France 2 VRP de choc de l’Otan.
    Et qui ne mettent même plus les formes.
    Ns sommes du bétail à voter
    Méprisables
    Je reviens sur l’Ukraine.
    Je n’ai pas et la majorité des europeistes convaincus non plus, des « amis » nazis.
    Je vous les laisse
    A certains : vs ne pouvez pas deviner de quel bois un être humain est fait.
    De la mise sous pression peut entraîner des réactions plus vives.
    C’est une question de caractère.
    Ce qui s’applique à l’un ne convient pas à l’autre .

  • CASSINAT

    Parlons simplement. Pour que l’Europe fonctionne,il faut une Europe fédérale. Tous les autres discours ne servent à rien.

  • Nicolas V

    En réponse : vs rejetez les états-nations. Vous êtes en accord avec la disparition de la France en termes de valeur et de culture.
    Vous êtes atlantiste, en fait, vous avez intégré que lnUE n’est que le faux nez des USA.
    Je ne cherche pas à vous convaincre, j’ai trop de respect pour les opinions des autres, fussent-elles antagonistes. Je vous prie juste de consulter le Daily Télégraph du 19/09/2000.
    Et vous déciderez
    Bien cordialement

  • gugu

    « C’est l’occasion de participer activement à l’élection des futurs Parlementaires européens élus démocratiquement pour un mandat de 5 ans. C’est l’occasion de faire entendre sa voix sur le type d’Europe que nous voulons  »
    Les parlementaires n’ayant pas l’initiative de la loi, notre vote ne changera rien dans la direction que suivra l’UE dans les années à venir, d’autant que la Commission peut s’assoir tranquillement sur les votes des députés, l’exemple récent du maïs TC 1507 de pioneer en est l’illustration parfaite :
    * La Commission a demandé l’avis du Conseil européen, des chefs d’ Etats qui se réunissent 4 fois par an avec le Président de la Commission.
    Vote : 19 voix contre, 4 abstentions et 5 pays pour.
    Si le Conseil avait un pouvoir de décision, le maïs TC 1507 aurait été refusé.

    * Le projet est passé au Parlement.
    Vote : 385 contre ; 35 abstentions ; 201 pour.
    Si le Parlement avait un pouvoir de décision, le maïs TC 1507 aurait été rejeté.

    * La Commission, forte de ces bons conseils, a décidé de valider le Maïs TC 1507.
    Pioneer la remercie bien. Voilà comment cela se passe à Bruxelles, quelle que soit la couleur de la majorité des députés.

    Évidemment, ce déni de démocratie, parfaitement légal au regard des institutions de l’UE n’a pas été trop relayé par nos médias, et encore moins par nos hommes politiques qui prônent tous LEUR Europe.

    « Voter et faire voter activement pour l’élection du futur parlement européen, c’est prendre l’avenir de l’Union européenne en main. »
    Ce qui m’étonne dans cette phrase, et dans l’article en général, c’est qu’un ancien fonctionnaire européen puisse à ce point ignorer le fonctionnement des institutions pour pouvoir écrire cela. On est soit face à un cas d’incompétence rare, soit face à un mensonge éhonté.
    Je voudrais rappeler ici que pour changer la moindre virgule dans un traité européen, il faut l’unanimité du conseil, les récentes discussions initiées par Hollande sur la directive des travailleurs détachés l’ont bien montré, vu que rien n’a changé dans la directive, on s’est contenté de dire que l’on allait renforcer la lutte contre les « dérives », soit faire appliquer la loi.

    Amicalement,
    Gugu

x

A lire aussi

Pologne, un pas a été franchi

Hier, pour la première fois, la situation de la Pologne en termes ...