Accueil » Actualités » Européennes : un immense gâchis

Européennes : un immense gâchis

Voilà, les élections européennes ont eu lieu. Et les résultats, prévisibles, n’en restent pas moins très alarmants. Retour sur une campagne européenne courte et tout sauf intense.

Lors des élections européennes, les citoyens de l’Union devaient choisir entre les programmes et projets de société proposés‎ par les différentes listes. Et la non-adhésion à ces programmes, exprimée par l’abstention, est sortie grande gagnante, à un niveau de 57% en France.

Par ailleurs, ce que tous les observateurs prédisaient s’est produit. Le vote anti-européen progresse en Europe. En France, les partis républicains sont devancés par le Front national qui obtient des scores très élevés chez les jeunes. Mais ce qui inquiète le plus c’est la résignation des partis pro-européens et l’indifférence des citoyens derrière l’indignation passagère.

Une non campagne
A vrai dire on s’y attendait un peu. Tous les ingrédients étaient réunis pour que la campagne des européennes soit un fiasco en France.

Le calendrier tout d’abord. Les élections municipales se sont déroulées il y a un mois à peine. Les commentaires, le remaniement et les votes importants qui ont suivi n’ont pas laissé beaucoup de temps et d’espace médiatique à une campagne qui peinait déjà à démarrer.

Les médias ensuite. Selon une étude du CSA, les grands JT ont consacré 10% de leur durée aux élections européennes, contre 25% pour les présidentielles. Et pourtant, une majorité de Français avoue ne pas connaître le fonctionnement de l’Union européenne. Le débat entre les candidats à la présidence de la Commission a été peu suivi. Il faut dire qu’aucune grande chaîne, pas même celles du service public, n’avait accepté de le diffuser. Parmi les abstentionnistes, nombreux sont ceux qui nous disent qu’il ne votent pas parce qu’ils n’y connaissent rien. A qui la faute ?

Et puis le personnel politique n’est pas non plus pour rien dans cette désaffection. L’Europe actuelle a de nombreux défauts mais elle n’est certainement pas responsable de tous nos maux. Critiquer Bruxelles comme entité, c’est oublier que ce sont avant tout les chefs d’Etat et de gouvernement qui dirigent l’Europe. Et quand ceux-ci la critiquent, cela révèle une profonde hypocrisie, voire une légère schizophrénie.

Un déficit démocratique
D’autres facteurs ont joué. On peut citer la division du territoire en euro-circonscriptions (une aberration qui restreint encore la visibilité et l’intelligibilité du scrutin) ou encore le nombre de listes très élevé. Sur ce second point, l’analyse peut être plus subtile. Les grands Partis ont beau jeu d’identifier le nombre de listes élevé comme une cause de l’abstention, alors que certains l’interprètent comme un signe de vitalité démocratique au niveau européen. En effet, cette profusion de propositions est probablement ce que de nombreux électeurs cherchent aujourd’hui au sein de l’offre politique. Mettre en avant ce dynamisme pourrait donner un intérêt à l’Europe pour nombre de citoyens qui se laissent tenter par l’abstention ou les populismes. Ces listes modestes peuvent servir de réceptacle et ramener les abstentionnistes vers les urnes.

Mais, on le sait, l’inégalité de temps de parole et de traitement médiatique ne permet pas aux plus petites listes, parfois qualifiées de farfelues, d’être aussi connues que les listes dites « mainstream », UMP, PS, UDI, etc… et à présent FN…

De plus, un autre obstacle, touchant au système même de l’élection, subsiste pour celles et ceux qui auraient eu envie de voter pour une « petite liste ». En Ile-de-France dans certains bureaux de vote, au lieu de trouver les 31 bulletins correspondant aux 31 listes, il n’était possible de n’en trouver qu’une petite dizaine. L’absence de ces bulletins fausse la sincérité du vote. Les listes absentes n’ayant pas les moyens de fournir des bulletins partout, il fallait, avant de venir voter, imprimer son bulletin selon des critères de dimensionnement et de grammage de papier tout à fait stricts, au risque de se voir invalider son vote. Sans relancer le débat sur le vote électronique qui n’a pas forcément sa place ici, on peut s’interroger sur l’image qu’aura l’Europe auprès d’un citoyen après que celui-ci soit venu dans un bureau sans pouvoir voter pour la liste de son choix.

Tout ceci n’est peut-être que du détail, mais il est symptomatique d’une situation plus globale : le réenchantement de la politique dont beaucoup parlent ne passe pas uniquement par le fait de crier « réenchantement, réenchantement, réenchantement » sur sa chaise. Il passe par une nouvelle implication des citoyens, une nouvelle communication sur les possibilités démocratiques immenses qu’offre l’Europe. L’originalité est à la source de la démocratie, toutes les sensibilités doivent être représentées. Notre Union a besoin de laisser la place à tous les points de vue pour garder sa vitalité. Et sa vitalité qui est représentée par la participation aux élections, semble aujourd’hui menacée.

Quelques bonnes nouvelles
Malgré cette non campagne, quelques satisfactions sont venues surprendre les observateurs.
Aux Pays-Bas, le net repli du parti anti islam de l’eurosceptique Geert Wilders a surpris tout le monde. Donné favori, il se classe finalement à la quatrième place. Le parti perd ainsi deux sièges. Le scrutin peut ainsi réserver quelques surprises. Même chose en Finlande. Mais ces situations restent des exceptions.
La seconde bonne nouvelle, c’est la timide émergence d’une compétition entre les prétendants à la présidence de la Commission européenne. Polyglottes, ils ont mené campagne dans toute l’Europe, ont débattu à la télévision sur des sujets européens. Loin des caricatures, ils ont permis aux citoyens de comprendre les enjeux du scrutin. Ils ont incarné des visions différentes de l’Europe, mas un engagement et un engouement communs pour la construction européenne. C’est une évolution notable si l’on se souvient de la campagne de 2009. Avec un président de la Commission issu du résultat des élections, on va désormais savoir qui dirige l’Europe, enfin. Et peut-être que dans quelques années, nous voterons d’abord pour le président de la Commission.

Un combat qui s’annonce.
Mais pour cela, il faut rester vigilant. Le choix du futur président de la Commission européenne doit dépendre du résultat des élections. C’est primordial mais ce n’est pas acquis. Nous en saurons plus dans les jours qui viennent mais il y a fort à craindre que les chefs d’Etat et de gouvernement tentent de garder la main sur cette nomination d’autant plus qu’aucune majorité claire ne se dégage au Parlement. Il ne faut donc pas sous-estimer l’importance de la question. C’est la crédibilité de l’Europe qui est en jeu. Comme le souligne Jean Quatremer dans Libération, « selon l’issue de cette bataille, le déficit démocratique dont souffre l’Union sera soit en partie comblé, soit renforcé ».

Gregory Bernard

Gregoire_Potton

 

 

 

Grégoire Potton et Grégory Bernard, adhérents de Sauvons l’Europe.

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • Ludovic SURIN

    Le manque d’engouement des électeurs pour l’élection à l’échelle européenne relève, selon moi, des facteurs suivants :

    1) le manque de lisibilité des acteurs et enjeux européens : le citoyen lambda a du mal à s’y retrouver entre partis politiques et groupes politiques ; il cerne très difficilement la répartition des rôles entre les institutions et les organes européens ; il ne perçoit pas toujours les raisons d’être de la construction européenne, etc.

    2) le mode de fonctionnement de institutions européennes : comment adhérer avec force à la construction européenne prônée par les Etats-membres qui, en parallèle, freinent cette même construction au travers de la présence d’acteurs intergouvernementaux tels le Conseil européen ? Pour convaincre l’électeur de la voie européenne, il serait judicieux d’impulser une réelle dynamique européenne en supprimant la voie intergouvernementale et en renforçant les institutions européennes (Parlement et Commission)

    3) la distance entre l’électeur d’un Etat et l’échelon européen : cette distance peut créer un sentiment de désintéressement. Introduire des éléments de citoyenneté européenne dans les cursus scolaire (dès le primaire) pourrait participer à encourager les jeunes générations à s’intéresser à la chose européenne.

    4) les « scandales » au niveau européen : les projets discutés en catimini pour faire passer les intérêts de grands lobbys (Monsanto : ogm, pesticides, etc.) ou les intérêts de grandes puissances (Traité transatlantique négocié avec les USA, les négociations avec la Russie pour les livraisons de gaz naturel) participent à véhiculer une image de l’Europe axée sur la défense d’intérêts financiers et sratégiques, loin des valeurs philosophiques et autres images d’Epinal.

    • PORTERET

      militante européenne dès l’âge de 17 ans je me suis aperçue que les partis politiques et les gouvernements successifs n’ont jamais essayé d’expliquer l’EUROPE aux peuples ! et dès lors à chaque vote fiasco –
      Cette fois le PS a reclassé ses recalés politiques (ex V.PEILLON ) et les alliés ont demandés une sanction au gouvernement ? on est où ! encore une fois je suis heureuse d’avoir atteint les 72 ans !
      Mes amies étaient l’une de MUNICH l’autre de ROTTERDAM –
      J’ai travaillé dans le groupe RHONE POULENC et lorsque j’entends que celui qui nous a démantelé et cédé à la concurence allemande (y compris le sol lyonnais) recommence avec le choix de Numericable ! A la retraite 6 LE LIBERALISME est TOTALITAIRE ! je connais bien les magouilles de MOSANTO – INDIGNONS NOUS ou PLUTÖT REVEILLONS NOUS !!!

  • Jean Marie Lacambre

    Indifférence des citoyens ?
    Indignation passagère ?
    Je pense que c’est tout l’inverse

  • La Liberté

    Oui: immense gâchis car les résultats obtenus par les partis progressistes sont médiocres. La droite traditionnelle sort sans doute très légèrement affaiblie mais au prix d’une entrée marquée des partis eurosceptiques majoritairement d’extrême-droite.

    Comment l’Europe qui n’a pas réussi à se faire entendre (et encore moins comprendre) par ses citoyens va-t-elle subitement y parvenir dans une configuration plus défavorable que jamais ?

    Avant les élections cela pouvait être considéré comme un grand défi … maintenant cela ressemble plus à la quadrature du cercle !

    Une meilleure communication est certes indispensable mais les citoyens attendent aussi des actes forts. Il est a redouter qu’ils ne viendront pas de cette législature qui va s’ouvrir.

    A dans 5 ans donc … si la marmite n’a pas explosé avant !!!

  • Fiasco, c’était prévisible: 5 millions de chômeurs en France, plus de 10 millions de français sous le seuil de pauvreté ! A-t-on mis en avant dans cette européenne, les Français moyens, les travailleurs précaires, les émigrés, les retraités? Réponse: NON. Nb: on a construit l’ Europe des riches, tout faux! Une retraite de 800 euros /mois, après 40 ans de travail, c’est ça la réalité….

  • Nicolas V

    Un manque de connaissance ?
    Ah que non.
    Les peuples ont subi de plein fouet l’Europe de la Finance, l’impuissance de leurs gouvernants et même leur allégeance.
    Leurs discours hypocrites, leur fausse confusion, leur « compréhension « , leur morgue « on va aller encore plus vite « ..,
    La désapprobation des ploutocrates « ils (les électeurs « ne savent pas ce qu’ils font.., mouvements nationalistes, (grosse insulte mais nous, nous sommes fiers d’être nationalistes) extrême -droite (? en France ?) populistes etc..,
    Que va t’on penser de la France ? »
    Et j’en passe…
    Non, nous voulons recouvrer notre souveraineté volée.
    Nous parlons de forfaiture
    Yves Jego hier, était tellement dans son « trip » qu’il nous exposait sa conception de l’Europe des régions (plus d’Etat-nation).
    Il se rend compte que c’est le plan Goldman Sachs ? Ou il est inconscient ?
    Hier, par notre Abstention et par certains votes , nous vous avons dit « non ».

  • CAVALAN

    Et encore parmi les raisons de ce vote extrême droite du « bon peuple français » personne dans les commentaires ci-dessus n’a encore évoqué le refus de la « prédominance allemande ultra-libérale » et l’absence d’une politique européenne de l’immigration.

  • Quel coup de massue !
    Bien sûr on savait qu’il fallait s’y attendre, mais tout de même, on est assommé !

    C’est la victoire de la France étriquée, du repli sur soi, de la xénophobie… en un mot de la France de Vichy (sans l’excuse de l’occupation allemande).

    Alors pourquoi ?
    Je ne crois pas qu’autant de citoyens français adhèrent aux thèses du FN.
    Ont-ils voté contre l’Europe ou contre Hollande ? J’ai envie de dire « les 2 mon capitaine ».

    – Parce que l’Europe ne fait plus rêver; parce qu’elle n’a pas tenu les promesses qu’on nous a faites au moment du Traité de Maastricht et de l’Euro, à savoir « prospérité et plein emploi ».
    – Parce que Hollande n’a pas tenu les promesses de la campagne présidentielle: « Mon ennemi, c’est la finance… Je vais renégocier le Traité signé par Sarkozy et Merkel…, etc. »

    Comment sauver l’Europe ? Comment à nouveau faire aimer l’Europe aux Français ?

    Il faut en finir une fois pour toutes avec les politiques d’austérité d’inspiration néo-libérale qui plongent l’Europe dans la récession. Il faut renouer avec des politiques Keynésiennes qui ne nous ont pas si mal réussi par le passé, pour relancer la demande et la croissance. Il nous faut une véritable politique industrielle européenne en vue d’assurer la transition énergétique. Il faut que la BCE puisse assurer le rôle de « prêteur en dernier ressort » aussi bien auprès des banques que des états. Il ne faut plus être obsédé par les dettes publiques: les Etats-Unis, modèle pour les ultra-libéraux, ont une dette abyssale, mais qui est « garantie » par la Fed. Il nous faut une harmonisation fiscale. Il faut que l’Euro devienne une monnaie complète pouvant jouer un rôle international au lieu de rester une monnaie « zonale » … etc., etc.

    Je reste persuadé qu’une autre Europe est possible, une Europe sociale et solidaire, et pour cela, il nous faut un New Deal européen. Malheureusement, ce n’est pas une majorité PPE renouvelée qui peut porter un tel projet; tout va continuer comme avant… avec quelles conséquences pour l’avenir ?

  • Nicolas V

    @ Joël landais.
    Je pense que vous n’avez pas compris l’histoire.
    Mon parti « l’Abstention « est le 1er de France.
    Le second est le Mouvement Bleu Marine.
    En quoi est-il fasciste et prônerait le repli sur soi ?
    Ce n’est pas Aube Dorée ni Jobik ou les mouvements ukrainiens si aimés par les States et l’Ue : pas Pravy Sector, ni Svoboda.
    La fausse indignation démontre un mépris que nous leur rendons à tous.
    S’il devient à certains, insupportable d’être français , qu’ils émigrent, c’est permis.
    Allez tous demander une tente à Goldman Sachs, aux patrons du CAC auxquels ns gouvernants ont fait allégeance , au Qatar, à l’Arabie Saoudite (cf Canard de mercredi dernier) et lâchez-nous.

  • André Landesman

    Je pense à Bertolt Brecht et à « La résistible ascension d’Arturo Ui »:

    Le ventre est encore fécond d’où est sortie la bête immonde.

  • Vous n’ avez pas le monopole du cœur! ‘la gauche n’a pas le monopole du cœur’. C’est cette phrase qui avait fait perdre Mitterrand face à VGE, à la présidentielle de 1974, souvenez-vous! Et bien 40 ans après, la gauche est une nouvelle fois, écrasée, et non pas à la présidentielle , elle l’a emporté, mais en plein mandat, c’est pire que tout, puisqu’elle est aux manettes, non? Enfin je l’espère, elle va Réagir…..c’est tout ce qu’on peut espérer maintenant…?

  • Nicolas V

    Qu’est-ce que la Gauche ?
    Le PS ? N’insultez pas la Gauche.
    Nicole Bricq à question journaleux « ms vs êtes socialistes  » réponse : on est pas socialistes, on est sociaux-démocrates « .
    La définition du capitalisme rampant.
    Le pire.
    Réagir, dites -vous , mais à quoi ?
    Moins de postes, moins de rentrées apparentes, c’est le seul enjeu.
    Des gouvernants qui émargent au Capital sont les ennemis des peuples.
    Ils vont réagir à quoi et comment ?
    Retrouver un peu de conscience ? Du sens de leur devoir ?
    Impossible.
    Mais j’aime bien que vous le pensiez.
    Tout le monde n’est pas cynique

  • Je subodore, vu le KO du Ps , hier, (je persiste), je soupçonne beaucoup de baronnies socialistes, d’ avoir voté, contre leur camp, ( ça se serait déjà vu)! En effet, avec la réforme territoriale annoncée, suppression des conseils généraux et de leurs présidents, ils se sont sabordés dimanche! Claudy Lebreton, le président des cg, n’ était-il pas en colère après son rdv avec Hollande, qui lui a confirmé sa requête: on supprimera les présidents des cg, ( pas content du tout)! On ne peut pas expliquer sinon, ( moi je ne me l’explique pas), un si minable score PS, sans que des socialistes aient voté eux-mêmes contre leur camp, les FN ne sont pas à25%.. Beaucoup de députés PS, se sont déjà révoltés contre cette fameuse, (pas tant que ça) , ( plutôt fumeuse ), écotaxe, un autre fiasco! Oui le PS doit réactivité la machine socialiste,..il est jamais trop tard… on a jamais vu un si faible score PS , en pleine mandature! Sinon, un jour prochain on se dira peut-être, ( trop tardivement), qu’il était pas si mal Hollande ? Je vous invite à visionner le film ‘la vague’ , sur le totalitarisme, passionnante et terrifiante réflexion sur le totalitarisme, implacable.

  • Nicolas V

    Le vote d’hier, a des explications multiples :
    1- rejet de l’UE
    2- rejet de dirigeants corrompus
    3- Hollande :
    – liens avec l’étranger (cf Canard)
    – trahison des idéaux de la Gauche
    – le sentiment qu’il sait parfaitement ce qu’il fait depuis son avènement et le pressentiment qu’il a été mis en place pour faire ce qu’il fait
    4- trahison de la Gauche au profit des entreprises
    5- trahison par Tafta
    6- immigration incontrôlée
    7- problèmes dans le fonctionnement de la Justice
    8 les lois Taubira
    9- la destruction de la laïcité
    10- la déstructuration de notre pays
    11- le chômage
    12 la baisse des prestations sociales pour engraisser le patronat
    13 la morgue, la suffisance de cette caste
    Ce n’est pas hiérarchisé
    Qui vote ?
    – la Gauche ouvrière
    Délaissée depuis que Terra Nova ne compte plus que sur les remplacements de population
    – des socialistes entrés au PS par idéal
    Peut-être avez-vous raison sur le vote PS mais ça ne ferait pas un tel écart
    – des UMP qui ont constaté qu’UMPS c’était plutôt vrai
    Évident hier soir
    Je pense que la prochaine fois, bq d’abstentionnistes franchiront le pas.

  • On sait depuis pas mal de temps déjà, que les américains travaillent comme des cochons, ( gaz de schiste), catastrophe écologique en Pennsylvanie, voir le film de Gus Van San, ‘promesed land’, par exemple! Vous evoquez le traité tafta, j’avais oublié, les ‘poulets chlorés’, qui risquent d’ arriver par la même occasion sur nos tables? Pas demain la veille à mon avis, les français n’en achèteront pas,( pas moi..) sauf s’ ils sont obligés, mais là on change totalement de régime alimentaire, et politique! Vu le nombre de touristes qui visitent chaque année la France, plus de 80 millions en 2008, c’est qu’ il y a bien une raison…elle est autant culinaire, que culturelle! Mais l’ abstention a pesé lourd dimanche, ( vous l’ avez dit), sur les résultats! Bref, quelle journée!, je reste estomaqué par les votes FN, malgré vos explications expertes sur l’ échec des grands partis politiques.. Une véritable correction hier, et je pense que la France mérite mieux que le totalitarisme, quand même!! Eu égard à son passé, à ses plaies, nos plaies…nb: je reste donc sur ma version du sabordage politique, plus plausible, à mon sens qu’ une vague extrémiste…?

  • André Landesman

    Il faut évidemment distinguer les analyses et conséquences du vote du 26/5 au plan européen et au plan français.

    Au plan européen le premier combat est l’élection du Président de la Commission. Le Parlement européen exercera son « droit de veto » en refusant d’élire un candidat avancé par le Conseil Européen « outsider », type Christine Lagarde? Les cinq candidats annoncés aux élections tiendront-ils bon? Il faut que les députés européens résistent aux pressions que leurs gouvernements respectifs ne manqueront pas d’exercer sur eux. Si le Président de la Commission qui sort de ce processus est finalement l’un des cinq, on aura quand même fait un grand pas vers un « plus de démocratie ». Je le dirais même si c’est finalement Juncker, ce qui est loin d’être exclus.Par principe ce sera mieux qu’un Président sorti de conciliabules louches au sein du Conseil

    Au plan nationale, mon premier réflexe serait de crier ¡No pasarán!, comme au temps de la guerre d’Espagne. Dans mon esprit cela signifie qu’il ne faut pas se limiter aux seules masturbations intellectuelles sur ce que doit faire ou ne pas faire le PS. La situation est très grave: la France est l’homme malade, ou le mouton noir de l’Europe. C’est un désastre comparable à celui de 1940. Que se passera-t-il en 2017? Que le candidat PS soit au deuxième tour des présidentielles ne sera possible que si les réformes proposées par Hollande et Ma

  • André Landesman

    nuel Valls rentrent en application très vite. Et pas seulement le pacte de responsabilité! Si ce n’est pas le cas on devra choisir entre un candidat de droite républicaine et FN. Je suis désolé , mais si c’est le cas je voterai pour la droite républicaine, comme en 2002, je ne m’abstiendrai pas! Tout sauf le FN.

  • Nicolas V

    Le problème n’est pas 2017, sauf pour la ploutocratie.
    Le problème, c’est la France qui crève maintenant, le problème, ce sont les Français qui crèvent maintenant ou qui vont crever demain matin.
    Et vous nous parlez de partis politiques ???!!!
    Le problème c’est la mort de la Démocratie.
    Vous comprenez cela, Monsieur ?
    Les vieux schémas sont morts
    Vous l’avez compris ?
    Nous sommes dans l’amour de notre pays ou pas
    Vendus, stipendies ou pas.
    Nous sommes dans l’amour et la fraternité en face d’êtres humains ou pas.
    Je crois que cette histoire finira très mal.
    Je ne puis que dire « a bas les vendus « …
    En attendant …
    Il y a toujours un espoir …
    Pas dans des dirigeants
    L’espoir et la fraternité, c’est nous tous entre nous.

x

A lire aussi

Pologne, un pas a été franchi

Hier, pour la première fois, la situation de la Pologne en termes ...