Accueil » Actualités » La France a peur de l’Europe

La France a peur de l’Europe


Mercredi 13 Décembre , un débat préalable au Conseil européen s’est déroulé à l’Assemblée nationale .

Le Ministre délégué aux affaires européennes a présenté les objectifs du gouvernement : Réorientation de la politique européenne dans le sens de la croissance , nécessité de réduire la dette publique , solidarité avec l’union bancaire et la supervision bancaire , union économique et financière …

Certes , un pacte de croissance , sous la forme d’un texte solennel a été annexé au traité . Certes , l’union bancaire est nécessaire . Désormais , une banque ne sera plus seulement grecque , espagnole ou italienne , mais européenne . Cette décision , qui apparaît comme une avancée vers davantage d’Europe , s’accompagne d’une supervision bancaire accrue de la part de la BCE . Mais , il m’apparaît que le moteur de cette avancée est davantage la peur que l’audace . La peur de voir les Grecs , les Espagnols , les Français se précipiter dans leur banque pour retirer leurs économies . Par ailleurs , la solidarité avec l’union bancaire profite aux banques et non aux peuples accablés par une rigueur qu’ils n’ont pas choisie .

Pourquoi , ceux qui n’ont pas vu venir la crise , enfermés qu’ils étaient dans leur bulle , auraient-ils des droits sur les victimes de la crise ? le droit d’imposer une rigueur qui précipite des états au bord de la faillite et humilie des populations .

Au delà de ces réflexions toutes personnelles , il est un constat malheureusement permanent de la politique européenne de la France . Le constat d’une forme de frilosité , presque de peur à l’égard de l’Europe . La vision européenne de la France s’arrête à l’horizon du court terme , des grands équilibres financiers .Vision sans doute nécessaire mais insuffisante . Il manque l’essentiel , la vision politique de moyen , long terme : Quelle Europe voulons nous ?

L’Europe n’est pas qu’une simple zone économique . C’est un espace privilégié de liberté , de démocratie . Elle s’impose naturellement par sa conception de l’Homme , son humanisme .

Cette Europe là a des devoirs , un destin , des messages à délivrer au monde .S’agissant de cette dimension essentielle de l’Europe , la frilosité de la France est malheureusement récurrente .

Ainsi , les transferts de souveraineté économique , budgétaire concédés dans l’urgence sont insuffisants .

Enfermée dans son jacobinisme , traumatisée par le non de 2005 , la France a peur du saut fédéral .En France , malheureusement , beaucoup pensent que le fédéralisme relève de l’utopie . Ils sont dans l’erreur , je les invite à relire nos philosophes :

L’utopie n’est nullement le refus du réel . Bien au contraire , elle est analyse de la réalité , projet d’avenir et volonté de progrès .

Des pays , comme l’Italie sont prêts à s’engager dans cette voie . L’union politique proposée par la chancelière a été ignorée par la France . La France doit abandonner aux seuls souverainistes le monopole de la frilosité , de la peur de l’Europe .

L’Europe a besoin de croissance , mais elle a surtout besoin d ‘audace . Elle doit retrouver l’audace des fondateurs , des visionnaires , des architectes capables de dessiner les promesses peut-être incertaines , mais exaltantes de l’avenir .

Jacques VUILLEMIN

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

Union européenne des territoires : les élus locaux se mobilisent pour redonner son sens au projet européen

Face au développement des mouvements populistes et europhobes au sein de l’Union ...