Accueil » Actualités » La Lettonie préside l’Union européenne

La Lettonie préside l’Union européenne

Depuis le 1er janvier 2015, dans le cadre des présidences semestrielles tournantes, l’Union européenne est présidée par la Lettonie. C’est une première depuis son adhésion le 1er mai 2004 à l’Union européenne. A partir du 1er juillet prochain c’est le Luxembourg qui prendra le relais.

Connaissez-vous la Lettonie ?

La République de Lettonie, indépendante depuis 1991, est un beau pays, peu connu qui compte un peu plus de 2 millions d’habitants. 95% de Lettons parlent au moins une langue étrangère, 13% trois langues. 94% de personnes appartenant à des minorités communiquent en letton. La capitale est Riga. La monnaie est l’euro depuis le 1er janvier 2014. La fête nationale, le 18 novembre. Le salaire mensuel brut, 800 euros, le salaire minimum, 280 euros. Le déficit public d’environ 1,3%, la dette publique d’environ 39%, le taux de croissance d’environ 4%, le taux de chômage d’environ 10% et celui de l’inflation de 2%. La Lettonie a la plus forte proportion de femmes (40%) aux postes de directions des entreprises de l’Union européenne.

La Lettonie et l’Union européenne

La Lettonie est représentée dans les organisations européennes : à la Confédération Européenne des Syndicats – CES : LBAS – Confédération des Syndicats Indépendants de Lettonie, sept Lettons siègent au Comité Economique et Social Européen – CESE – Idem au Comité des Régions et huit parlementaires européens ont été élus lors des élections européennes de mai dernier. Le Commissaire européen Letton est le vice-Président Vladis Dombrovskis – Conservateur – Chargé du dialogue social.

Les priorités de la Présidence

Les priorités de la Présidence lettone au Conseil de l’Union européenne s’articulent autour de trois axes thématiques:

– l’Europe Compétitive avec un accent particulier sur la relance de la croissance et des emplois en Europe, la mise en œuvre du plan d’investissement pour l’Europe (« le plan Junker »), ainsi que le renforcement du marché unique et de la compétitivité de l’industrie européenne. Nous avancerons également sur les questions du climat et la création d’une union énergétique ;

– l’Europe Numérique pour stimuler une croissance intelligente, durable et inclusive, en faisant progresser les travaux sur la protection des données, la législation sur le marché des télécommunications et lançant les débats sur la stratégie du marché unique numérique ;

– l’Europe Engagée pour un rôle actif et global de l’UE dans le monde, avec une attention accrue à la politique européenne de voisinage, y compris au Partenariat oriental, le renforcement du partenariat transatlantique, les objectifs de développement après 2015.

La coopération sur la lutte antiterroriste et la sécurité intérieure constituent une priorité urgente, unanimement partagée par les Etats de l’UE.

La Lettonie et l’Ukraine

La Lettonie souligne l’importance de l’unité et la solidarité des Etats-membres de l’UE face à la crise ukrainienne et soutient l’effort de stabilisation et des réformes du gouvernement de l’Ukraine. Le choix de son avenir appartient au peuple ukrainien. La Lettonie évalue positivement les décisions les plus récentes et les accords obtenus à Minsk pour un cessez-le feu, le retrait des armes lourdes et d’autres termes et conditions importants qui devraient conduire à la désescalade de la crise et servir de base à une solution politique durable respectant l’indépendance, la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Des actions concrètes pour la mise en œuvre de ces engagements, comme le respect du droit international, sont des conditions absolue pour la normalisation des relations entre l’UE et la Russie.

Profitons de ces mois de présidence lettone pour porter plus d’attention aux pays des Baltiques (Lettonie, Lituanie et Estonie) qui sont dans des zones géopolitiques et géostratégiques importantes et souhaitons plein succès à cette première Présidence lettone !!!

 

Bobichon

Jean-Pierre Bobichon – Membre fondateur de Sauvons l’Europe

 

 

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • François Mennerat

    Merci Jean-Pierre de mettre ainsi en vedette cet État membre appliqué et sympathique, même s’il n’appartient pas aux Balkans 🙂

    Mais il n’y a pas plus de commissaire letton qu’il n’y a de commissaire français ou allemand. Il n’y a que des commissaires européens. Les traités sont clairs à ce sujet. Étrange cette re-nationalisation actuelle des commissaires qui, depuis la CECA, ont pourtant toujours été supra-nationaux.
    Sortons une bonne fois pour toutes du « concert des nations » qui ne nous a jamais amené, dans la cacophonie, qu’un surcroît de nationalisme et des conflits européens de plus en plus effroyables.

  • Zane

    Bonjour,

    merci de corriger dans le dernière paragraphe « Balkans » contre « Baltique ».

  • Greco Antonio

    L’Europe est difficile à bâtir, on est d’accord ?

    2 raisons possibles :

    a) la U.E. n’a pas d’âme. L’âme d’une entité peut se construire sur la base d’évolutions des membres, vécues ensemble e de sentiments partagés. L’âme n’est pas l’oeuvre de spécialiste technocrates, mais peut être construite par des gens qui savent voler haut et qui préparent un programme sérieux de rassemblement……. des âmes des membres, pour créer la motivation dans l’âme des citoyens …

    b) le vécu de l’histoire européenne devrait aider pour baser sur l’histoire la création d’un sentiment commun;

    c) il faut réfléchir au problème des intérêts nationaux qui prennent le dessus sur les intérêts de l’Europe dans les discussions dans les institutions eur.

    Antonio Greco

    angrema@wanadoo.fr

  • Quel parcours! Quand on sait que la Lettonie fut un allié de l’ Allemagne nazie, (Shoah par balles)! +15 000 juifs ont été tués par la police lettones, les unités paramilitaires au service d’ Hitler! Pas trop confiance dans la Lettonie? On peut pas tout oublier…on peut essayer de pardonner?

  • Le 14 mars 2015, Lia Van Leer, trépassait. Dans un entretien sur France culture, hors-champs de Laure Adler! Elle n’a pas réussi à faire parler cette Grande dame, sur la mort de ses parents dans les camps nazies! Même à 90 ans passés, la blessure était toujours là!…

  • jules verne http://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Verne

    nee à NANTES

    deecee-d é à A- miens

    écrivit http://fr.wikipedia.org/wiki/Un_drame_en_Livonie

    un drame en LIVONIE qui se passait dans les pays baltes

    moi entre bleu de prusse bleu de cobalt et .etc

    j’hésite bien sur!

    néanmoins

    DSK a fait la jonction entre marchés d’esclaves et marchés monétaires en GUINEE et personne n’a rien remarqué

    Salut.

    QR.
    oui au fait le letton faisait lien entre cuivre et
    quand la monnaie était métallique
    PS mais maintenant que le monnaie est de papier … on se contentera qu’elle ne soit pas de singe etc!.. etc

  • Lebreton andré

    Ce sont les fourvoiements du passé qui justifient le mieux la volonté de changements positifs de la part de ceux qui savent tirer les leçons de l’histoire. Souhaitons aux Lettons de s’intégrer pleinement à des initiatives qui permettront de développer une Europe dans l’intérêt bien compris des travailleurs, même, et surtout, si nous sommes encore très loin du compte !…

  • Bonjour – Labdien,

    C’est une chance que l’ âme balte de la Lettonie puisse enchanter l’Europe.

    Regardez comment un petit pays de deux millions d’habitants s’y prend pour organiser la plus grande Olympiade Mondiale Chorale de l’histoire :

    http://www.avantchoeur.com/mundo-chori/choeurs-sans-frontieres/64-world-choir-games-en-lettonie-la-plus-grande-olympiade-chorale

    Un peuple qui apprend à « chanter ensemble » de tous âges et toutes origines sociales, développe naturellement de grandes qualités humaines très utiles et bénéfiques à la société :

    ► Quand petit enfant, on apprend le plaisir de chanter à plusieurs sur des ritournelles simples, même sans savoir « parler » :

    – on apprend à écouter, à s’écouter à s’harmoniser (dans tous les sens ♫ du mot)
    – on apprend à accepter que d’autres chantent avec une tonalité différente et s’expriment d’une autre voix !
    – et l’on découvre le besoin de respecter un rythme commun en se synchronisant.

    ►Adolescent, dans une chorale, toujours avec plaisir, on peut ensuite s’exercer dans des exercices vocaux plus complexes

    On découvre que les voix peuvent être différentes, changer et muer ..
    On découvre d’autres instruments sonores
    On s’exerce à des compositions musicales nouvelles,
    On développe d’autres compétences musicales
    On crée, on adhère, on participe, …

    ► Avec les habitudes prises dans une chorale à s’harmoniser, à écouter les autres, à se synchroniser avec d’autres voix, tout cela produit adulte, des comportements bénéfiques à toute la société. Quand on chante ensemble dans une chorale, petite ou géante, on n’a pas envie de se taper dessus, ni d’être agressif et guerrier !

    La gestion des groupes, des entreprises, des municipalités, des partis politiques, des projets , … prend une toute autre dimension, car on a appris depuis l’enfance à pratiquer l’harmonisation, l’écoute des autres voix. On se synchronise en chœur de bon cœur, et c’est même très bénéfique pour la tension du muscle cardiaque.

    En Lettonie, où les Fêtes Nationales de la Chanson existent depuis 1873,
    c’est un peu tout cela qui participe des fonctionnements collectifs de leur société.

    Quand il faut prendre une décision collective, voter, s’associer, créer, réaliser ensemble, c’est plus simple … Ils arrivent à s’enchanter et dépasser les méfiances déposées par les régimes totalitaires.

    En Lettonie, par moments ce sont public, choristes, musiciens et chefs de chœurs qui sont tous artistes ensemble ♫ Et cela fait du bien !

    En Lettonie un site public de démocratie participative :
    ► Mana Bals – mon vote http://www.lettonie-francija.fr/Lettonie-democratie-participative-mana-balss-parlement-saiema-460

    Uz redzēšanos – Au revoir

x

A lire aussi

La République en marche doit enfin parler de politique

Où va La République en marche (LRM), le mouvement d’Emmanuel Macron ? ...