Accueil » Actualités » L’ambassade de la discorde
©Madhangc1
©Madhangc1

L’ambassade de la discorde

On nous annonce depuis quelques semaines que le futur ambassadeur des USA auprès des institutions européennes serait un M. Ted Malloch. Ce dernier a annoncé récemment qu’il pensait que d’autres pays suivraient le Royaume-Uni hors de l’Union, et surtout hors de l’Euro dont il pense qu’il va s’effondrer dans l’année. Il a déclaré « J’ai déjà eu des postes diplomatiques dans le passé qui m’ont permis d’aider à abattre l’URSS. Alors, peut-être qu’une autre Union a aussi besoin d’être domptée », mettant en doute le caractère démocratique de l’UE. A cela s’ajoutent d’autres amabilités comme de traiter Jean-Claude Juncker de maire de province. Tout ceci, insistons, non pas dans un lointain passé mais depuis que sa nomination probable est annoncée à Washington.

Il s’y ajoute des fantaisies personnelles. Ce monsieur s’est attribué, à tort selon le Financial Times, le fait qu’il ait été anobli par la Reine, que Margaret Thatcher l’ait publiquement qualifié de génie, qu’il ait été en poste dans diverses universités anglaises et qu’il soit un auteur régulier pour des journaux internationaux prestigieux.

Assez logiquement, la perspective de sa nomination provoque des remous, et une pétition circule pour appeler les responsables européens à refuser son accréditation, ce qui est leur droit le plus strict.

Mais est-ce réellement la conduite à tenir? Devons nous réclamer un ambassadeur décent, qui rapportera les propos de Donald Trump en les enrobant de sucre et qui pourra dire le soir devant un verre qu’il partage votre opinion?

Nous ne le pensons pas. Il ne faut pas tourner le dos à la réalité, et Ted Malloch est la réalité des USA aujourd’hui. Trump nomme à la tête de l’éducation une adversaire de l’école publique, il nomme à la tête de l’agence de l’environnement un partisan de sa suppression, il nomme en ambassade à l’UE quelqu’un qui pense son devoir de la détruire. Cet ambassadeur, pour exotique qu’il soit par ailleurs, reflète exactement la politique souhaitée par le Gouvernement américain actuel, et qui se traduit également par le retrait américain de ses obligations d’aide militaire dans le cadre de l’OTAN.

Ce n’est pas une simple lubie inspirée par les voyages aux USA du leader de l’UKIP, mais un choix stratégique de sortie du cadre international régulé par des organisations globales, pour revenir à des rapports de force directs entre nation. Les USA sont la puissance la plus importante, donc America First! et ne nous laissons plus emmailloter par tous ces machins et ces traités.

A ce jeu, les USA ne sont plus seuls sur la scène mondiale, comme en 1945. Il existe deux autres puissances mondiales qui peuvent le concurrencer. La Chine, par la simple force du nombre, et l’Europe qui est la première économie mondiale.  Les USA ont donc un but stratégique extrêmement simple, qui est de fragiliser et si possible détruire l’Europe pour ne plus avoir à gérer qu’une tension avec la Chine. La Russie est naturellement un pion précieux dans cette aventure.

Il est inutile de se voiler la face, il faut faire avec le défi que nous lance Donald Trump, et avec son ambassadeur.

 

 

 

 

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

La coupe d’Europe du Président

A peine la fierté et l’émotion de la victoire passée se dessine ...