Accueil » Actualités » Opinions » Le traité simplifié, le PS et le héron

Le traité simplifié, le PS et le héron

Je suis désolée de ne pouvoir assister à la réunion du 30 Juin au cours de laquelle, j’imagine, il sera beaucoup question des résultats du dernier sommet européen.

Socialiste et européenne depuis plus de 30 ans, responsable et animatrice de la campagne du oui dans la Loire en 2005, je constate, comme tout un chacun, que l’ébauche de traité simplifié sorti du sommet est bien moins séduisant que le projet de traité constitutionnel… mais qui pouvait sérieusement imaginer l’inverse? Bien sûr, il a gommé (sans les rejeter vraiment) tous les symboles susceptibles de participer à une conscience européenne, bien sûr il a écorné le poids symbolique de la Charte des droits et son domaine de compétence, bien sûr il rebaptise hypocritement le ministre des affaires étrangères pour satisfaire tel ou tel, bien sûr il renonce à beaucoup des grandes ambitions de la Constitution, notamment à la volonté de réunir tous les traités européens en un seul pour une plus grande lisibilité, et bien sûr il marque le retour aux bonnes vieilles pratiques de maquignonnage propres aux CIG, contrairement aux efforts de transparence et de démocratie qui avaient fait l’originalité de la convention… tout cela est source d’amertume pour tous ceux qui avaient nourri en 2005 un espoir de voir enfin un nouveau souffle redonner à l’Europe une ambition et un projet. Mais pouvait-il en être autrement après le sabotage en règle organisé par la France et, hélas, à mon grand désespoir, par une partie du PS?

Ce traité simplifié a le mérite d’exister (ou du moins d’être sur les rails), ce qui n’était pas gagné d’avance et il préserve des avancées essentielles prévues par le projet de Traité Constitutionnel.

Ma grande crainte maintenant, après avoir entendu François Hollande et Henri Emmanuelli ce matin même, c’est que des voix socialistes manquent lors de la ratification sur le texte qui sortira de la CIG et la fassent échouer.

C’est pourquoi je crois qu’une association comme la nôtre n’a pas une minute à perdre pour organiser une campagne d’information et, surtout, de lobbying à l’adresse des parlementaires socialistes pour qu’il ne nous rejouent pas, une fois de plus, la fable de La Fontaine racontant comment un héron sûr de lui, jamais content de ce qui s’offrait à lui, en fut réduit, à force de rejets dédaigneux, à se contenter de miettes.

« Ne soyons pas si difficiles :
Les plus accommodants, ce sont les plus habiles;
On hasarde de perdre en voulant trop gagner.
Gardez-vous de rien dédaigner,
Surtout quand vous avez à peu près votre compte. »
Jean de La Fontaine, Le héron

Bon courage; je suis disponible, bien entendu pour participer à ce travail de persuasion qui nous attend.

Michèle LINDEPERG
ancienne députée européenne

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

Simone Veil, humaniste européenne

Elle avait vécu le pire et décidé de se battre pour le ...