Accueil » Actualités » Les migrants ? J’ai mon quota, merci !

Les migrants ? J’ai mon quota, merci !

Ironie du sort quand tu nous tiens ! Après avoir tenu des propos plus que douteux sur les réfugiés depuis plusieurs mois, Robert Fico, Premier ministre socialiste (de nom sans le renom) slovaque, ne manquait pas une occasion de fustiger les solutions proposées – parfois du bout des lèvres – par l’Union européenne sur ce thème délicat. Or, la Slovaquie vient de mettre à exécution sa menace de porter plainte devant la Cour de justice de l’Union européenne ce mercredi 2 décembre. Elle dénonce ainsi les quotas de migrants adoptés en septembre par les ministres de l’Intérieur de l’Union européenne, estimant que la décision aurait dû être prise à l’unanimité et non à la majorité qualifiée. Il est vrai qu’il est plus confortable d’utiliser les avantages du système européen que d’en accepter les contreparties, d’autant plus quand elles impliquent une relative solidarité. Pour le souligner concrètement, la Slovaquie, en 2013, a contribué pour 0,7 milliards d’euros au budget de l’UE et a bénéficié de 2 milliards de transferts en provenance de ce budget.

Le Conseil de l’Union Européenne avait ainsi prévu que la Slovaquie, membre de l’Union depuis 2004, accueille près de 2 300 migrants. Or, dans sa grande mansuétude, Robert Fico a annoncé que son pays refusait ce quota et comptait le ramener à 149 réfugiés, soit 25 familles chrétiennes venant d’Irak : la charité chrétienne a tout de même ses limites, tout comme l’universalité des valeurs du christianisme, dans cette belle contrée. Outre la Slovaquie, trois autres Etats membres (Pologne, Roumanie et Hongrie) réfutent la décision des quotas, qui prévoyait la répartition de 120 000 demandeurs d’asile arrivés en Italie et en Grèce en 2015.

Rappelons un léger détail : la Slovaquie occupera la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne de juillet à décembre 2016… Charité bien ordonnée commençant par soi-même, à quand un rappel à l’ordre ferme, voire une éviction du Parti Socialiste Européen, de sieur Fico ?

 

Solen

  Solen Menguy

. .

Gerard Vernier

Gérard Vernier

 

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • jlcatalan

    « Charité bien ordonnée commençant par soi-même, à quand un rappel à l’ordre ferme, voire une éviction du Parti Socialiste Européen, de sieur Fico ? »

    Voilà une conclusion bien réduite!
    Je me fous que Fico soit socialiste, plus encore qu’il en soit exclu.
    Ca va sûrement faire de l’effet! quelle sanction!

    le vrai sujet est bien l’accueil des migrants; conditions et durées.
    L’Europe est incapable d’une action coordonnée; l’Europe manque de règles; les seules règles sont judiciaires, et la Slovaquie les uitilise.

    Arrêtez les incantations idéologiques!

  • Paul Durand dit « Caussic »

    Mânes de Shumann et De Gaspéri, d’Adénauer et Monet réveillez vous!
    En Juillet 1969 j’ai accompagné vingt Ministres ou assimilés des Républiques africaines en mal d’indépendance dans les moins six cents du Puit de La Petite Rosselle…. Nous pension les former à la responsabilité sociale et économique. Dix ans auparavant nous avions accueillis les réfugiés de Mussolini, puis ceux de Franco;, les Lorrains fuyant Hitler dans des campagnes où on restaurait les vieux pigeonnier pour les loger, on leur donnait des bois à couper pour les gazogènes…Qui nous débarrassera des pleutres qui ne savent que fermer nos frontières, nos coeurs et notre avenir????

  • La charte Européenne stipule :
    Article 18
    Droit d’asile
    Le droit d’asile est garanti dans le respect des règles de la convention de Genève du 28 juillet 1951 et du protocole du 31 janvier 1967 relatifs au statut des réfugiés et conformément au traité instituant la Communauté européenne.
    Article 19
    Protection en cas d’éloignement, d’expulsion et d’extradition
    1. Les expulsions collectives sont interdites.
    2. Nul ne peut être éloigné, expulsé ou extradé vers un État où il existe un risque sérieux qu’il soit soumis à la peine de mort, à la torture ou à d’autres peines ou traitements inhumains ou dégradants.
    Question : Cette Charte est-elle « bidon » où est-elle contraignante et applicable à tous pays membre?
    Quelle sanctions sont prévues en cas de manquement?
    Pour moi, le qualificatif de fondamentaux implique une obligation pressante et incontournable.
    Une Europe des « Nations » serait-elle devenue une union de défense d’intérêts privés, où chaque « nation » prendrait ce qui sert son intérêt gouvernemental, et refuserait de perticiper à tout effort de solidarité?
    Il est urgent de réformer cette UE pour en faire une Europe des peuples dans laquelle tous les citoyens seront égaux en droits tant à l’intérieur de l’espace Européen que vis à vis des citoyens vivant hors de l’Europe ou à venir.

  • gerard vernier

    (à JL Catalan) Qu’entendez-vous par « L’Europe est incapable d’une action coordonnée; l’Europe manque de règles; les seules règles sont judiciaires » ?
    Il semblerait que, depuis un certain nombre de mois, ce soit au contraire une approche globale, fondée sur des programmes et des appuis financiers – tant aux Etats membres de l’UE directement affectés qu’en direction des pays d’émigration – qui a été mise en oeuvre. La Commission fait régulièrement le point de l’état d’avancement des mesures préconisées à cet effet. Pour un dernier point à ce sujet, vous pouvez vous reporter à une information publiée hier:
    IP-15-6134_FR(3).pdf

  • Christian BOIRON

    Il me semble que l’Union Européenne se soit agrandie beaucoup trop vite, nous avons accueilli des pays qui ne voyaient en fait que ce qu’ils allaient pouvoir recevoir et non les contraintes imposées.
    Les pays de l’est qui sont entrés dans l’Union Européenne de par leurs attitudes, leurs votes, sont un frein à l’évolution.
    Quand j’entends que le processus d’intégration de la Turquie est remis en marche là je suis désespéré, ce pays qui ne respecte absolument pas les droits de l’homme n’a vraiment rien à faire dans l’Europe. Il a été accusé par certains hommes politiques et des journalistes d’être complice des fous furieux de l’Etat Islamique, je crois qu’il faudrait qu’une véritable enquête soit faite à ce sujet car tous les européens qui sont partis rejoindre ce groupe terroriste sont passés par la Turquie qui les a aidé à franchir la frontière avec la Syrie et dans le même temps les Kurdes ( et ce sont eux qui ont réalisés les plus belles victoires) qui combattent contre ces terroristes sont aussi la cible de la Turquie,
    Arrêtons l’hypocrisie et soyons réalistes.
    Tout comme les accusations contre la Grèce de ne pas en faire assez pour empêcher les migrants de rentrer en Europe, que doit-elle faire??? Si ce n’était pas Alexis TSIPRAS le premier ministre grec je pense que la commission européenne n’aurait pas le même langage.

  • D.E. Pattee

    Vraiment d’accord avec C. Boiron ! La situation confirme que l’extension trop rapide de l’Europe vers l’est (pour je ne sais quelle raisons commerciale ou de compassion naïve ?) a bien été une erreur… J’ai entendu une proposition de cesser les subventions aux pays de l’UE qui n’en acceptent que les avantages sans les obligations… Serait-elle applicable ? Pour la Turquie, le problème me semble être celui de la dérive autoritaire actuelle de leur gouvernement, mais que peut-on encore faire pour soutenir la vocation laïque vraiment remarquable du seul pays musulman qui en ait une et de tous les citoyens turcs (y compris leur composante kurde) qui y croient encore ? D’ailleurs, les kurdes turcs réclament davantage une autonomie qu’une indépendance. Ce gouvernement stupide a raté une bonne occasion d’aider les kurdes contre Daech, tous deux ont le même ennemi en Bachar El Assad. Un sentiment de reconnaissance de la part des Kurdes n’aurait-il pas été plus favorable que leur hostilité ? Ne peuvent-ils pas s’inspirer de notre UE que certains veulent détruire !

    • dave timo

      Essayes de faire des phrases plus courtes. Ton message gagnera en clarté.

  • jlcatalan

    @gérard vernier
    la réponse est malheureusement dans votre question!
    vous la posez, vous êtes de bonne foi, vous êtes donc parfaitement inconscient!

    Voyez les réactions hostiles aux quotas de notre premier ministre, socialiste donc …?
    Voyez ensuite la France, la grande France, la généreuse France, accepter 24000 réfugiés sur 2 ans.

    Voyez l’Union Européenne, uniquement motivée par la Charte que rappelle justement Jouany, ouvrir des « hotspots » en Italie et Grèce, donc favoriser les passeurs la noyade et la honte, puis offrir 3 mds € à Erdogan pour garder les réfugiés!

    Mais certainement la Slovaquie est coupable et son Fico doit être exclu du monde socialiste.

    L’Europe va mal, et vous lui mettez la tête sous l’eau.

  • gerard vernier

    (à JL Catalan)
    Je crains que vous n’ayez pas répondu à ma question… et sans doute n’avez-vous pas lu l’information dont j’indiquais la référence à la fin de mon commentaire.

    J’en profite pour marquer un accord sans réserve avec les remarques de Boiron et Pattee au sujet de l’élargissement inconsidéré de l’UE. J’y ajouterai toutefois une considération supplémentaire nourrie par l’expérience que j’ai vécue au sein des institutions européennes durant une quarantaine d’années; n’oublions pas, en effet, que c’est déjà le premier élargissement en 1972 qui a été source de dérive par rapport à l’idyllique Europe des Six.

  • Laurent Zibell

    Je ne crois pas que l’appel à exclure M. Fico du Parti socialiste soit d’un grand effet, ni d’une grande signification.

    En revanche, il me semble que ce même M. Fico se prendra une claque sévère à la Cour de Justice, car rien ne justifie la revendication d’unanimité qu’il exprime.

    Nous aurons donc eu un bien pour un mal: le principe d’unanimité de fait au Conseil aura été enfin surmonté – et cela devrait enfin nous donner une capacité d’action que ce veto permanent a handicapé pendant des années.

x

A lire aussi

CCRen12

De la présidence Maltaise à la présidence Estonienne

Depuis le 1er juillet la présidence semestrielle de l’Union européenne est assurée ...