Accueil » Actualités » Lettre ouverte de l’UEF aux membres du Parlement européen

Lettre ouverte de l’UEF aux membres du Parlement européen

 

L’Union des Fédéralistes Européens, dans le cadre de sa campagne pour les Etats-Unis d’Europe, adresse aux membres du Parlement européen une lettre ouverte sur la symbolique européenne. Nous avons le plaisir de la répercuter ici!

 

Pour une reconnaissance des symboles européens par la France

 

Madame la Députée, Monsieur le Député,

 

l’UEF FRANCE demande aux membres français du Parlement européen d’inviter le Gouvernement français à souscrire à la déclaration de reconnaissance des symboles européens (annexée au traité de Lisbonne) à l’occasion de la révision des traités nécessitée par la prochaine adhésion de la Croatie à l’UE.

 

1. C’est sur une proposition de membres français de la Convention (MM. Olivier Duhamel et Alain Lamassoure notamment) que les 5 symboles de l’Union ont été inscrits à l’article I -8 du projet de Constitution européenne de 2003 : le drapeau, l’hymne, la devise, la monnaie, la journée de l’Europe. Cette proposition s’inspirait directement de l’article 2 de la Constitution française qui reprend les 5 symboles de la République .

 

2. Suite à l’échec du referendum français du 29 mai 2005, le texte du projet constitutionnel européen a été remanié . Parmi les modifications qui y ont été apportées figure notamment la suppression de l’article sur les symboles . Cette suppression a été effectuée à la demande de plusieurs États membres dont la France.

 

3. Toutefois, 16 États membres (dont l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne) ont réagi en adoptant une déclaration commune, annexée au Traité de Lisbonne, par laquelle ils affirment leur propre reconnaissance des symboles européens. Le texte de cette déclaration est le suivant :

 

 » La Belgique, la Bulgarie, l’Allemagne (etc …) déclarent que le drapeau, l’hymne (etc …) continueront d’être, pour eux, les symboles de l’appartenance commune des citoyens à l’Union européenne et de leur lien avec celle-ci. « 

 

4. A l’occasion de la ré-ouverture du texte du Traité de Lisbonne nécessitée par l’adhésion de la Croatie, il devient juridiquement possible pour un État membre d’ajouter sa signature au texte de cette déclaration, sans pour autant entrainer une quelconque négociation.

 

5. L’UEF FRANCE a – à plusieurs reprises et avec d’autres associations pro-européennes comme le MEF – demandé au Gouvernement français d’envisager une telle démarche. Elle insiste aujourd’hui pour que la France saisisse cette (rare) occasion pour confirmer officiellement son attachement aux valeurs et symboles européens. La France s’honorerait d’ailleurs en prenant même l’initiative de proposer publiquement au reste des États membres non signataires de se joindre à cette démarche.

 

6. A l’heure où l’unité et la solidarité européennes sont mises à rude épreuve par la crise financière, un tel geste serait interprété comme une précieuse manifestation de confiance et d’adhésion de la France et de ses citoyens à l’Union européenne.

 

L’UEF FRANCE espère donc que les membres français du Parlement européen voudront bien saisir le Gouvernement français de cette question dans les plus brefs délais, la signature de l’accord d’adhésion avec la Croatie étant prévue pour le 5 Décembre 2011.

 

Je vous prie d’agréer, Mesdames et Messieurs les Députés, l’expression de mes sentiments européens .

Jean-Guy GIRAUD

Président UEF FRANCE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • Bellenger Pierre

    Le système économique « Pensée-Unique » est en faillite. L’adoption des symboles est un combat d’arrière-garde. Ah que c’est dur de constater qu’on s’est trompé; j’en sais quelque chose pour avoir été un disciple de Jacques Delors. Mais je ne ferme pas les yeux sur l’évidence. Jacques Delors a cru que les financiers étaient des saints, comme lui.

  • Martina Latina

    Nous le savons : par définition, le symbole est l’union de deux contraires et la symbolique est l’essor d’une dynamique tendant sans cesse à l’harmonie toujours nouvelle. A l’hymne, au drapeau, aux deux devises également fédératrices et à la journée de l’Europe adoptés comme signes de l’appartenance européenne s’ajoute d’ailleurs naturellement, ou plutôt culturellement, une image à la fois enracinée et porteuse, celle d’un enlèvement inaugural qui reste inscrit comme un mouvement libérateur dans l’histoire chaotique de la construction européenne :

    notre nom d’Eur-Ope (en grec, Vaste-Vue !) lui-même n’est-il pas celui de cette princesse trois fois millénaire, à la fois proche-orientale et crétoise, tirée comme un trait d’union définitif entre rivages et peuples par les Phéniciens dont elle fit partie et qui transmirent, en quelque sorte dans son sillage méditerranéen, avec autant de discrétion que d’efficacité, nos moyens de contact toujours en vigueur(libératrice) et en action(démocratique), la navigation lointaine et l’art alphabétique ? Merci donc à l’UEF de rappeler aux Euro-Députés, particulièrement français, l’importance concrète, profonde et créatrice des symboles européens.

    • Bellenger Pierre

      Je vous félicite pour votre culture. Vous nous avez appris bien des choses. Mais le problème, c’est le choix qui a été fait de marier le système politique  » Démocratie » avec le système économique « la Pensée-Unique » n’est pas viable. Il y a une telle incompatibilité entre les deux. La Démocratie en mourra. Pauvre Eur-Ope ! Requiem aeternam ! C’est dommage ! Qu’avons-nous fait de paquet d’intelligence que la mutation Sapiens nous a donné ? Nous avons marché sur la Lune, puis l’Europe est morte !

  • Pierre LAFFITTE

    Quatre ans déjà!??
    Plus sérieusement, Qu’est devenu le rêve des pères fondateurs? Le désir de paix et de fraternité concrétisé par exemple par Erasmus n’était-il qu’un paravent pour camoufler la véritable motivation purement économique? Pour exister vraiment, l’Europe doit affirmer sa véritable nature.

x

A lire aussi

Vers un revenu agricole garanti ?

Sauvons l’Europe travaille depuis longtemps sur le revenu universel, devenu au cours ...