Accueil » Actualités » L’Europe : un point noir du bilan de Hollande

L’Europe : un point noir du bilan de Hollande

François Hollande a peu fait pour infléchir la politique de l’Union européenne

L’Europe fait partie des points faibles du bilan de François Hollande. En 2012, celui-ci avait commencé par la ratification du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), un texte voulu par Angela Merkel pour renforcer et pérenniser l’austérité budgétaire en Europe. Durant sa campagne électorale, le futur président avait pourtant promis de renégocier ce traité. Finalement, il n’en fut rien.

En échange de ce renoncement, l’Union était censée investir 120 milliards d’euros supplémentaires pour relancer l’activité, mais cet argent est resté largement fictif. Au contraire, le nouveau président fit le choix, dès 2013, de chercher à revenir sous la barre des 3 % du PIB de déficit public. Un choix funeste car il freina l’activité, empêchant au final à la fois de réduire les déficits et d’inverser la courbe du chômage, tout en entraînant l’explosion du débat sur le « matraquage fiscal ».

François Hollande a certes joué un rôle important par la suite pour empêcher que la Grèce soit éjectée de la zone euro lors de la crise de l’été 2015, mais il n’avait pas réellement tenté auparavant d’engager une médiation entre le gouvernement Tsipras et les instances européennes pour éviter d’en arriver à cette crise ouverte.

La France a aussi laissé l’Allemagne en première ligne sur la question des réfugiés syriens, sans prendre sa part du fardeau, en refusant d’en recevoir un nombre significatif sur son territoire. Elle n’a pas mis non plus réellement son poids dans la balance pour aboutir à une solution européenne coordonnée. Manuel Valls s’est au contraire désolidarisé bruyamment de nos partenaires allemands à Munich en février 2016. Quant au projet de taxe européenne sur les transactions financières (TTF), théoriquement porté en particulier par la France, le gouvernement a en réalité cherché constamment à le vider de sa substance sur l’insistance du lobby bancaire hexagonal.

Pas de propositions pour l’avenir

Mais ce qui a surtout péché dans le quinquennat en la matière, c’est ce qui n’a pas été fait : Paris s’est fait remarquer par sa discrétion remarquable sur les grands dossiers européens de l’avenir. La France n’a fait aucune proposition significative à ses partenaires pour régler la question des dettes, relancer l’activité économique en Europe, accélérer la transition énergétique, lutter davantage contre le dumping fiscal ou encore réorienter la construction européenne dans un sens plus social, comme on aurait pu (ou plutôt dû) s’y attendre de la part d’un disciple de Jacques Delors.

Guillaume Duval
Alternatives Economiques n°364 – 01/2017

À propos Sauvons lEurope

Sauvons l’Europe, association pro-européenne et progressiste qui s’engage pour une Europe démocratique et solidaire
  • Jean-Pierre Pagé

    Malheureusement (car j’ai beaucoup d’estime pour lui), je suis entièrement d’accord avec ce texte. Je regrette beaucoup que François Hollande n’ait pas agi beaucoup plus vigoureusement en faveur l’Europe.
    Jean-Pierre Pagé

  • Nano Sirius

    Une bonne raison de ne pas envoyer Hollande à la présidence du Conseil européen !

  • Munatius

    N’est ce pas « Sauvons l’Europe » qui appelait en 2012 à voter Hollande parce que socialiste et.. »progressiste »..?

x

A lire aussi

Macron peut-il faire bouger l’Europe ?

Emmanuel Macron peut-il réussir à réformer l’Union européenne et la zone euro ? ...