Accueil » Actualités » Non, M. Tusk, le problème, ce n’est pas l’euro-enthousiasme, mais les mensonges nationalistes

Non, M. Tusk, le problème, ce n’est pas l’euro-enthousiasme, mais les mensonges nationalistes

Le 30 mai, à la veille du référendum britannique, M. Tusk, Président du Conseil européen, a publié un discours surprenant lors d’une célébration anniversaire du PPE. Il semblait juste découvrir l’euroscepticisme et, ce qui est plus fort, tenir « l’euro-enthousiasme» pour cause en quelque sorte liée au vote britannique (alors imminent) en faveur de la sortie de l’UE. Les visions d’une Europe fédérale constituant une fausse approche au risque de dislocation et devant être étouffées.

Nous sommes aujourd’hui responsables d’opposer à la réalité toutes sortes d’utopies. Une utopie d’Europe sans les Etats-nations, une utopie d’Europe sans intérêts et ambitions contradictoires, une utopie d’Europe imposant ses propres valeurs au monde extérieur. […] Obsédés par la notion d’intégration instantanée et complète, nous n’avons pas remarqué que les gens ordinaires, les citoyens de l’Europe ne partagent pas notre Euro-enthousiasme.

M. Tusk défendait ainsi la cause de l’« euro-réalisme », comme on dit, sans s’apercevoir que cela pourrait avoir ouvert la voie à une Europe défensive qui prend les décisions à huis clos, multiplie les réunions en promettant chaque fois une percée décisive qui s’avère être trop peu trop tard. Une Europe sans vision qui, malheureusement, ne parvient pas vraiment à protéger ses États membres. La crise grecque a été un exercice douloureux de pédagogie négative sur l’Europe. Sans oublier les populations qui sont au régime depuis si longtemps qu’on oublie depuis quand cela dure exactement.

Une version de l’Europe qui se contente souvent de proposer toujours la même chose et qui se dérobe devant des solutions de bon sens comme une politique budgétaire européenne permettant à l’UE d’investir massivement, comme il se doit lorsque les économies sont déprimées; une politique migratoire européenne juste pour définir des solutions durables pour le partage du « fardeau »; une véritable coordination des marchés du travail ou des politiques fiscales, entre autres, pour mettre un terme à la concurrence dévastatrice entre les territoires qui revient à « une course vers l’abîme ». Cela est une Europe fondée sur des accords entre les gouvernements nationaux où l’unanimité bloque en fait tout progrès de politiques clés telles que la fiscalité et les affaires sociales.

Cette Europe intergouvernementale flatte en fait les critiques de l’Europe qui se sont exprimés au Royaume-Uni, confusément, avec d’autres qui ont tout simplement joué dans un combat de politique intérieure. Se servir de l’Europe comme d’un pion dans une lutte consanguine pour le pouvoir menée par des politiciens égoïstes s’est révélé être un jeu perdant, même si le vrai prix à payer ne sera connu que plus tard. Nous ne devons pas continuer la même erreur de faire de l’Europe l’otage des débats nationaux.

La montée actuelle du nationalisme est suicidaire: l’Europe est confrontée à des défis majeurs qu’aucun pays ne peut résoudre seul. L’UE par ailleurs peine à trouver des outils pour faire face efficacement à ces défis et est souvent bloquée par les gouvernements nationaux dans des domaines aussi importants que la politique budgétaire, la politique étrangère, la gestion des frontières extérieures. Les nonistes sont à l’avant-garde depuis un certain temps sans offrir grand-chose. Cela engendre de la frustration et du ressentiment parmi les populations à qui on dit, dans certains cas, que cela est la faute de  » Bruxelles « . Mais flatter ces frustrations est un jeu très dangereux, comme le référendum britannique vient de démontrer.

Nous voulons au contraire une Union européenne qui répond aux besoins des personnes en prenant des mesures décisives pour établir une Union bancaire (limitant les risques de contagion pour l’avenir, sinon pour le passé, hélas), en adoptant des solutions viables (même si elles sont impopulaires auprès de certains gouvernements) pour gérer réellement la migration, en proposant d’améliorer la gouvernance de la zone euro. Nous attendons avec impatience une révision du cadre financier pluriannuel, dans la crainte, parce que cela a toujours été l’occasion de psychodrames majeurs parmi les États membres. Nous détestons vraiment être les spectateurs de ces combats acharnées entre les gouvernements. Mais il y a des besoins criants …

Le temps est un facteur essentiel. Ce n’est pas vraiment le moment de célébrer « le soixantième anniversaire du Traité de Rome ». Les atermoiements ne sont plus une option. L’heure est à l’action. Il faut clairement une Union fédérale dotée de forces de sécurité extérieure et de défense propres, de protection sociale permettant d’égaliser les conditions dans l’UE, pour le bien de tous les pays, et d’une politique économique de bon sens soutenue par de véritables partis européens et par un Parlement européen vraiment et pleinement associé pour le bien de la démocratie.

Soyons clairs: l’Union européenne n’a pas vocation à être sans États-nations ni sans intérêts et ambitions contradictoires, ni même « une utopie imposant ses propres valeurs au monde extérieur ». L’UE ne vise pas à supprimer les intérêts nationaux mais à organiser leur confrontation pour le bien commun et pour cela, il lui faut un honnête courtier. Tel est le rôle de la Commission européenne, comme l’ont souhaité les « anciens » qui, à la lumière de l’expérience historique, ont tourné le dos aux visions internationales dépassées. Nous ne pouvons pas revenir à la Société des Nations qui a fait faillite si tristement entre les deux guerres mondiales. Si nous voulons relever les défis d’un monde globalisé, un meilleur partage de la souveraineté est nécessaire, pas un retour aux souverainetés nationales.

Une utopie de l’Europe, c’est une vision de bon sens où les décisions sont prises sous contrôle démocratique ordinaire, où les règles économiques sont destinées à assurer le bien-être des peuples, et sont décidées selon un double principe de souveraineté partagée, par une assemblée des États membres et une assemblée représentant les citoyens. Ceci est vraiment la démocratie traditionnelle et le meilleur système à ce jour pour assurer que les politiques sont justes et efficaces. Il faudra peut-être du temps pour construire une « Union toujours plus étroite », mais personne ne doit renoncer à cette vision. Les débats sémantiques, fédération ou non, n’y ont pas leur place.

Julie Chicotte

 

À propos Sauvons lEurope

Sauvons l’Europe, association pro-européenne et progressiste qui s’engage pour une Europe démocratique et solidaire
  • jlcatalan

    En Europe beaucoup des pays sont récents (Allemagne, Italie, Belgique….) d’autres très anciens (France, Angleterre, Espagne….) et nos amis de l’est Pologne, Tchequie, Slovaquie, 3 Baltes, Hongrie, ne sont des nations indépendantes que depuis 1989 à 1991.
    Donald Tusk est polonais, et le sentiment national polonais qui fit la libération de la Pologne n’est pas prêt à se dissoudre dans l’Europe .

    Le fédéralisme? mais lequel?
    Si le fédéralisme est la création d’un pouvoir jacobin centralisé de l’Europe, la césure avec les peuples va s’agrandir.
    Si le fédéralisme est une alliance sur des sujets précis, €uro, Défense, Diplomatie et une propédeutique à la convergence fiscale et sociale, alors cessez de l’appeler fédéralisme qui fait peur aux nationaux, et qualifiez-le ad-hoc.

    Les mots (dont vous vous bercez à Sauvons l’Europe) ont un sens, réel et reçu, et ce serait bien de cesser les incantations.

    • André Landesman

      Il y a environ 20 ans j’ai assisté à une réunion à l’IFRI sur la construction européenne. L’assistance était plutôt de droite. Quelqu’un, soit Alain Lamassoure soit Jean-Louis Bourlanges (j’ai oublié) a parlé de fédéralisme. Rapidement Lellouche est intervenu, très violemment, du style « quand on parle de fédéralisme je sors mon revolver ». A ma surprise Devedjian est alors intervenu avec grande modération: « Moi je suis juriste, et je ne me fais pas une opinion juste sur un mot, mais sur un texte. Alors je n’ai pas d’opinion sur le mot fédéralisme, je ne pourrais m’en faire une seulement sur un texte » Cette remarque m’a paru à moi très sensée, même venant de quelqu’un qui n’est certes pas de mon bord.

    • André Landesman

      Historiquement les jacobins étaient à l’opposé d’une fédéralisme quelqu’il soit!

    • Danielle Dinis Foucaut

      Et si l’on faisait une Europe « libérale » comme celle qu’ils font vivre en ce moment et qui donne de « si beaux résultats!!! », mais que personne (aucun gouvernement) ne respecte réellement et encore moins les entités européennes déjá installées á Bruxelles et à Strasbourg. Il suffirait d’appliquer vraiment les règles existentes et mettre quelques points en commun, comme une uniformisation des régles fiscales, et un combat réel des paradis fiscaux, et lutter contre le dumping social. rien que ça, ça changerait bien des choses pour une société plus juste…
      Mais tel que l’on est parti, je demande à ce que l’Union Européenne explose et que les instances existantes dans ces deux villes aillent au diable.
      Dissolvons le « machin » de de Gaulle ! On fera des économies parce que ça coûte un max ces machins…

  • seveg

    Excellent article, bravo. Il a fini de me convaincre que notre prochaine étape est celle dont vous parlez : « des solutions de bon sens comme une politique budgétaire européenne
    permettant à l’UE d’investir massivement, comme il se doit lorsque les
    économies sont déprimées; une politique migratoire européenne juste pour
    définir des solutions durables pour le partage du « fardeau »; une
    véritable coordination des marchés du travail ou des politiques
    fiscales, entre autres, pour mettre un terme à la concurrence
    dévastatrice entre les territoires qui revient à « une course vers
    l’abîme ». »
    Je crois qu’il est temps d’être fier de ses idées, sinon elles deviennent inaudibles en face de celle des partisans de l’illusoire repli identitaire. A ce titre, c’est toujours très étonnant de voir l’europhilie britannique exploser
    aujourd’hui sur les réseaux sociaux, alors qu’on la voyait si peu avant,
    comme si nos amis britanniques avaient peur d’avoir l’air ouverts aux
    autres. Une bonne leçon pour nous toutes et tous : si nous n’affirmons
    pas nos idées, celles qui leur sont contraires l’emporteront. Certes
    nous n’avons sûrement pas le monopole de l’intelligence et de la
    pertinence, mais personne ne l’a, donc que ça ne nous empêche pas
    d’avoir le droit de croire en nos idéaux !!!! Je commence tout de suite
    d’ailleurs : oui l’immigration est ce qui arrive de mieux à la France et
    à l’Europe, parce que ça l’oblige à évoluer dans un monde qui n’arrête
    pas de changer !!!!! Vive l’ouverture aux autres, vive le mélange des
    cultures, vive la rencontre des opinions différentes !!! Et vivement la naissance de l’Europe fédérale !!!!!

  • Michel PIGNON

    Le terme fédéralisme peut faire peur, pour moi, je n’ai pas d’état d’âme mais s’il faut avancer et rallier plus de personnes à la cause européenne…Pourquoi pas utiliser le terme subsidiarité, une plus grande subsidiarité et surtout d’expliquer avec des mots simples. Sauvons l’Europe, quelle « bonne » opportunité ! Mais je souhaite que les associations européennes, europhiles prennent des initiatives communes tel que, pour commencer un manifeste commun suivi de débats décentralisés dans chaque pays, région etc…

  • Alain Bloch

    Il ne peut y avoir de Coopération entre les Etats, et de Projet Commun qui lui donne son sens, que si chaque citoyen de chacun d’eux est ancré dans ses racines nationales: en d’autres termes, pas de véritable Europe sans fondations nationales solides. Sans racines, pas d’universel.
    Un Projet Commun Européen doit avoir les caractéristiques suivantes:
    – développer une Vision à Long Terme, et sa traduction en actions concrètes court terme, centrée sur la recherche du Bonheur pour tous, qui donne du sens aux actions de chaque individu, de chaque entité, de chaque Etat qui compose cette Europe
    – viser à satisfaire de manière durable toutes les attentes de toutes les parties prenantes, à condition qu’elles contribuent à l’instauration du Bonheur en Europe
    – être complet: adresser les 4 dimensions fondamentales de la vie que sont la dimension physique (vivre) la dimension intellectuelle (apprendre), la dimension affective (aimer), la dimension spirituelle (contribuer au grand tout)
    – être clair et cohérent
    – reposer sur des valeurs partagées humanistes: altruisme, respect de soi et des autres, entraide et solidarité, contribution…

    l’Europe est dirigée par des personnes et des collectifs qui fonctionnent sur des bases et des valeurs opposées:
    – compétition
    – libéralisme économique
    – impérialisme politique
    – rapports de force
    – consommation de biens matériels
    – soumission aux pressions des grands acteurs économiques mondiaux cherchant à conserver leur pouvoir et protéger leurs intérêts
    – alignement sur les crédos mortifères de l’équilibre budgétaire, de l’indépendance des organismes financiers, de la prééminence de la technostructure sur le politique.
    De mon point de vue, il est illusoire de croire que les processus de prise de décision au niveau européen ( Commission, Parlement …) vont se réformer d’eux mêmes, car il s’agirait d’une révolution de leurs croyances fondamentales.

    La seule voie:
    – une montée en puissance de tous les peuples de tous les pays d’Europe pour prendre le contrôle des décisions (démocratie partiipative prenant le pas sur la démocratie délégative), ce qui suppose une masse critique d’au moins 30 %
    – le remplacement des hommes et des femmes « politiques », soucieux d’abord de leur ré-election, par celle d’hommes et de femmes d’Etat, visionnaires, exemplaires et engagés, soucieux d’abord des citoyens et des citoyennes d’Europe

x

A lire aussi

CCRen12

De la présidence Maltaise à la présidence Estonienne

Depuis le 1er juillet la présidence semestrielle de l’Union européenne est assurée ...