Accueil » Actualités » Paul Collowald : le 9 mai est un acte révolutionnaire !

Paul Collowald : le 9 mai est un acte révolutionnaire !

En quoi le 9 mai 1950 est il un fait historique ?

Parce qu’indiscutablement, il y a un avant et après le 9 mai 1950 pour la France, pour l’Allemagne et, in fine, pour l’organisation politique du continent européen.

Les 7 feuillets de la proposition Monnet que reçoit Schuman fin avril 1950, c’est « un avenir possible pour l’Europe ». En décidant que ce texte devient la position de la France, Schuman fait date.

Assumer politiquement les 7 feuillets de Monnet, qui auraient pu très bien finir aux archives du Quai d’Orsay, c’est poser un acte historique en rupture avec la tradition du quai d’Orsay dont il est le patron.

Avant d’être l’acte fondateur de l’Europe, le 9 mai 1950 est un acte par lequel la France ouvre une nouvelle ère dans sa relation à l’Allemagne. Un acte certes déjà imaginé par quelques pionniers ou visionnaires, mais jamais incarné avant cette date.

D’ailleurs, Adenauer dans sa réponse à Schuman rajoutera un postscriptum à la main avouant avoir espéré cette nouvelle ère depuis 1925… De son côté, Robert Schuman lui-même parlera du 9 mai comme d’un acte quasi révolutionnaire !

Quelle est l’actualité du 9 mai 1950 dans la relance actuelle de l’Europe ?

Pour vous répondre, j’aimerais bien savoir combien de nos concitoyens ont lu la déclaration Schuman.

Les qualités illustrées par cette décision du gouvernement français portent l’ADN des réponses qu’aujourd’hui encore nous pourrions apporter au cours de ces années charnières de 2018 et 2019.

Le 9 mai 1950, Robert Schumann répondait dans le contexte de son temps à cette question fondamentale qui continue à courir : « quel est encore le poids des nations européennes ? »

Ce dont je me souviens et ce que je ressens aujourd’hui, c’est qu’en politique, il faut à la fois de l’imagination, de l’audace et du pragmatisme. Cela donne au final les petits pas très concrets de la CECA et en même temps la vision à terme d’une « fédération européenne ».

On oublie aussi souvent que dans le texte du 9 mai se trouve une innovation institutionnelle avec la composante supra nationale, symbolisée par la Haute Autorité, qui est bien plus qu’une Commission européenne de 2018…

C’est dans cette composante supra nationale que se niche toute « Souveraineté européenne », mais aussi le principe de l’égalité de droits entre partenaires, quelle que soit leur puissance et performance du moment. Cette égalité fonde la paix.

 

Entretien avec Paul Collowald, propos recueillis par Henri Lastenouse

À propos Sauvons lEurope

Sauvons l’Europe, association pro-européenne et progressiste qui s’engage pour une Europe démocratique et solidaire
x

A lire aussi

Brexit : enfin ça commence

Depuis le vote du Brexit il y’a deux ans, la Grande-Bretagne était ...