Accueil » Actualités » Un budget européen contre l’Europe

Un budget européen contre l’Europe

 

 

Pour la première fois dans l’histoire de l’Union européenne, les chefs d’Etat européens ont décidé de baisser le budget européen pour la période 2014-2020. Quel beau symbole politique, quelle belle récompense pour le prix Nobel !

Nous sommes perdus. Si la réponse à la crise que nous vivons (et qui s’éternise) passe par l’Europe, pourquoi la doter d’un budget si insignifiant ? Les beaux discours pro-européens de nos dirigeants ne semblent pas peser bien lourd face aux marchandages d’épiciers… Prenons-en acte, mais dans ce cas, par pitié, ne nous étonnons pas ensuite de renforcer les discours populistes et nationalistes qui se développent chaque jour en Europe. Faire des économie sur le budget européen, n’est-ce pas leur fournir la preuce que l’Europe de Bruxelles est inefficace voire inutile ?

Ainsi, jusqu’en 2020, ce budget européen sera limité à 260 euros par an et par habitant de l’Union, soit 22 fois moins que ce que consacre le budget de l’Etat français à ses habitants (5 690 euros). La politique agricole commune, premier poste budgétaire, représente toujours près de 40 % des crédits planifiés sur la période. Cependant, ce que nous remettons en cause, ce ne sont pas les montants consacrés à la PAC ou à la ceux de l’indispensable cohésion territoriale (35 % du budget), mais le montant famélique des sommes allouées aux défis du XXIème siècle. La jeunesse ? Sacrifiée ! La transition écologique ? Niée ! L’innovation ? Des miettes avec uniquement 15 % des crédits soit 39 euros par an et par habitant ! Mais du moment que le chèque britannique ou les intérêts des agriculteurs de la Beauce et de la Brie sont préservés…

Dès lors, comment s’étonner de l’absence de grandes politiques dont l’Europe à besoin ? Prenons un exemple : le budget pour l’insertion professionnelle des jeunes est de 6 milliards d’euros alors que le chômage des 18/35 ans coûte 150 milliards par an en Europe. A-t-on besoin de faire un long développement pour expliquer le caractère aberrant de la situation ? Existe-t-il un responsable politique dont la vision ne s’arrête pas à la date de fin de son mandat ? L’intérêt général européen a été sacrifié sur l’autel des revendications nationales à court terme. L’Europe n’a clairement pas aujourd’hui les moyens de ses ambitions, pour peu qu’il reste des ambitions.

Un espoir cependant, ceux qui représentent les intérêts du peuple européen dans le triptyque institutionnel, le Parlement européen. En effet, les traités européens – bien que courageusement combattus par les défenseurs autoproclamés des faibles et des opprimés – prévoient que le budget ne peut désormais être adopté sans l’accord du Parlement.

Le premier signal positif n’a guère tardé, les chefs des quatre principaux groupes politiques du Parlement européen (conservateurs, socialistes, libéraux et Verts) ayant annoncé qu’ils refuseraient d’accepter « en l’état » le budget pluriannuel européen qui, selon eux, « ne renforcera pas la compétitivité de l’économie européenne ». Mercredi 13 mars, le Parlement européen a adopté une résolution rejetant le compromis trouvé le 8 février par les chefs d’Etat. Cette résolution, adoptée par 506 voix contre 161, indique que le Parlement « rejette sous sa forme actuelle » le projet de budget préparé par le Conseil européen. Il déplore le « fossé entre les engagements politiques de l’Union européenne et ses moyens budgétaires ».

En effet, au-delà de simples, ou plutôt de complexes questions budgétaires, c’est le sens du projet européen qui est aujourd’hui en question. Soyons honnêtes, si une stabilisation ou une légère progression du budget européen aurait eu valeur d’un autre symbole, cela n’aurait fait guère de différences dans la vie quotidienne des 500 millions de citoyens européens. On se demande même si cette baisse du budget n’est pas un mal pour un bien et pourrait servir d’électrochoc.

A quoi sert l’Europe ? Elle n’avance pas alors que la peur du lendemain se dresse comme un horizon commun. On la regarde désormais comme un agent de précarisation des conditions de vie et de travail, cheval de Troie de l’austérité aveugle et du libéralisme sauvage. Pour répondre à ces inquiétudes, les initiatives européennes sont bien trop timides et relèvent le plus souvent de la basse négociation intergouvernementale ou de la confection techniciste. Il manque une vision, une politique d’ensemble et d’avenir. C’est pour servir celle-ci que l’Union européenne a besoin d’un autre budget. Un budget, rappelons-le, c’est un moyen, pas une fin !

Le budget de l’Union européenne correspond à environ 1 % de la richesse produite en Europe. Pour mener des politiques réellement ambitieuses, il faut faire comprendre aux européens et à leurs responsables politiques qu’il serait nécessaire de multiplier ces montants par 6 ou 7, ce qui est parfaitement possible comme l’a démontré Roosevelt avec le budget fédéral américain lors du « new deal ».

Débattons donc, partout en Europe, des manières d’obtenir l’accroissement nécessaire du budget européen. Cela permettra de consolider l’Europe de la politique qui s’échafaude et de renforcer le sentiment d’appartenance des citoyens à l’Union européenne. Inventons des mécanismes inédits et nous verrons sans nul doute, à l’occasion de cette dispute démocratique, s’opposer deux visions de l’Europe. Celle d’une Europe du marchandage entre États, limitée à une zone de libre-échange, et celle d’une Europe des citoyens, capable de mettre en place des régulations politiques, économiques et sociales.

Cette Europe des solidarités et des protections que nous souhaitons, nous sommes assez réalistes pour bien savoir que sans augmentation de ses ressources propres, ses projets resteront au stade d’un prêchi-prêcha militant. En ce sens, le budget européen qu’on nous propose est bien un budget contre l’Europe et ses idéaux.
Fabien Chevalier

Ce texte est paru initialement dans le numéro de septembre de la Revue de l’Union européenne

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
  • Bellenger Pierre

    Chers amis européens,

    Un peu de pragmatisme, s’il vous plait! L’Europe ne peut se faire avec une telle doctrine économique si archaïque. Revenez au Keynésisme, et l’Europe se fera.
    La modernité exige que la Finance soit un outil de fonctionnement, et les financiers ne sont que des amasseurs de fric pour leur seul intérêt personnel. Sans doute, êtes-vous financé pour les défendre ? On le croirait bien volontiers, car il n’est pas possible que vous soyez aveugles à ce point.
    Très cordialement

  • Rubat du Mérac Christian

    Tout à fait d’accord avec Fabien Chevalier. A cette demande d’augmentation du budget Européen, il faut bien sûr associer une demande de plus d’intégration démocratique des institutions. Un budget doit être contrôlé par un parlement ayant un réel pouvoir.

    Question à Pierre Bellenger: Après cette réponse négationniste d’un autre âge, il serait souhaitable de faire connaitre vos propositions constructives, dans le langage courant. Vous serez sûrement d’accord avec moi pour dire qu’il ne faut pas abandonner le débat sur l’Europe à des « spécialistes » au langage ésotérique.
    Merci donc de fournir votre vision de l’avenir de l’Europe.
    Cordialement, Christian

  • Landesman

    Je suis fondamentalement d’accord avec Fabien.
    Je pense aussi que le budget européen doit non seulement être augmenté (Fabien dit 6 ou 7 fois, c’est encore modeste), mais aussi basé sur des ressources propres. Je crois que c’était dans les idées de Jean Monnet. Surtout il est important d’avoir un budget européen qui ne passe plus totalement par les ministères des finances des états membres. Il faut un impôt européen direct, collecté par la commission. Pour ne pas faire frémir les contribuables, chaque euro de cet impôt européen doit être déduit de notre IRPP.
    De plus ce budget, basé sur des ressources propres, doit être voté et contrôlé par le parlement européen.
    Enfin je pense qu’un euro dépensé par l’UE peut être dépensé plus efficacement qu’à l’échelle d’un état membre. J’ai un bon exemple: le Conseil Européen de la Recherche (ou European Research Council), autrement plus efficace que l’Agence Nationale de la Recherche.

  • alain sakx

    TROIS choses. L’Europe est sous une gouverne principalement nationaliste. Elle ne l’admettra pas, mais ses choix economiques et monetaires des dernieres 5 annees le prouvent amplement. Ensuite elle ne doit pas hesiter a veiller scrupuleusement sur ses depenses, tout en focalisant ses investissements intensifies la ou ils sont le plus utiles economiquement et non pas politiquement.
    Et en dernier lieu il y a l’imperatif democratique, la construction d’une Europe ‘bottom up’ pour reconfigurer l’Europe ‘top down’ existant.

    Alain

  • Jean-ollivier

    Se contenter de dire qu’il faut augmenter le budget, c’est à mon sens mettre la charrue (ou la PAC) avant les bœufs. Il faut d’abord savoir puis dire pourquoi il faut augmenter le budget. L’exemple de l’insertion professionnelle face au coût du chômage (6 G€ contre 150) doit être d’abord fondé, explicité, puis étendu à d’autres secteurs. Les coûts ne sont hélas pas toujours apparents : quel est le coût stratégique des retards de Galileo face au GPS américain, etc.

  • SCHMITT Alain

    L’EUROPE, grâce à laquelle la Paix a régné et règne depuis bientôt 70 ans, doit
    se doter d’institutions d’une nouvelle ère.
    Une seule représentation ( élire un Président de l’UE ) et proposer de créer des
    Ministères « européens » comme celui « des Affaires étrangères » ( avec la Syrie on voit où cela nous mène ), « de la défense », « de la protection sociale », « de la Jeunesse », « de l’emploi » ……

    De plus il faut créer l’EUROPE des régions avec de véritables structures politiques permettant de décentraliser le pouvoir central, ce dernier ne devant rester compétent que dans les domaines dits « régaliens ».

    En conclusion faut donc une EUROPE forte avec ses champs de compétence et des régions fortes avec les leurs.

    Cette construction administrative devrait permettre d’aller vers davantage d’harmonisation par un nivellement non pas par le bas mais par le haut.

  • villemur

    Et si les « fonctionnaires » européens commençaient à montrer l’exemple cad à payer l’impôt comme tout européen normalement constitué ?
    Comment croire à l’Europe avec des privilèges injustifiés de ce genre ?
    Et au lieu de s’occuper des fromages, l’Europe devrait veiller à ce que l’industrie nucléaire ne balance pas dans la mer et les fleuves une radioactivité qui est autrement plus dangereuse que les fromages au lait cru …

    Qu’en pensez-vous ?

    BV

  • Richard

    Bonjour
    Vous souhaitez bénéficier d’un crédit pour la mise en œuvre de vos
    projets, Vous souhaitez bénéficier d’un fond de commerce, vous
    souhaitez bénéficier d’un crédit pour le progrès de vos Études , Vous
    souhaitez changer de voiture, vous équiper en électroménager, vous
    offrir une nouvelle maison. Malheureusement il se trouve que vous êtes
    au chômage, élève ou étudiant, personne pour vous servir d’aval, Vous
    êtes sans emploi ou fiché en Banque ou vous faîtes objet d’interdit
    bancaire pour incident non indépendant de votre volonté, de ce fait
    aucune institution financière n’accepte de vous faire de prêt. Vous
    avez cependant Besoin de financer le projet dont vous rêvez et qui
    vous tient a cœur ou vous voulez bien fêtez plus de soucis ; cela ne
    devrait plus vous poser de problème
    Pour plus d’informations recontactez moi pour que je vous faire part
    de mes conditions de prêt je reste a votre disposition….elitefinance02@gmail.com
    Cdlt

  • Rubat du Mérac Christian

    Que viennent faire les banquiers dans le débat européen?

  • Pingback: Le plan Juncker : la dette sans le dire | Sauvons l'Europe()

x

A lire aussi

Pologne, un pas a été franchi

Hier, pour la première fois, la situation de la Pologne en termes ...