Accueil » Actualités » Europe : démocratie respectée, institutions organisées… européens à mobiliser

Europe : démocratie respectée, institutions organisées… européens à mobiliser

Après les élections, les institutions européennes se sont mises en place. Malgré la progression des partis anti-européens, les équilibres politiques restent inchangés. Le centre droit et le centre gauche ont confirmé leur coalition. Le taux d’abstention reste important mais il a cessé d’augmenter.

Le Parti Populaire Européen – PPE – de centre droit a obtenu 221 sièges, la seconde place revient à l’Alliance Progressiste des Socialistes et des démocrates (S&D) avec 191 sièges = 412 sièges sur un total de 751 : Majorité absolue !!

Le groupe ECR des Conservateurs et réformistes européens recueille 70 sièges. L’Alliance des démocrates et libéraux pour l’Europe (ADLE) obtient 67 sièges, les Verts/Alliance libre européenne 50 sièges, la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL) : 52 sièges.

Le 16 octobre dernier le groupe eurosceptique – Europe de la liberté et de la démocratie directe – EFDD – (48 sièges) mené par le Britannique Nigel Farage – a été dissout, n’étant plus conforme au règlement du Parlement européen qui prévoit, pour constituer un groupe politique qu’il faut réunir au moins 25 parlementaires de 7 Etats membres différents. En effet, une parlementaire lettone a officiellement quitté le groupe, et donc seulement 6 Etats restent représentés…il manque le 7e…

De ce fait, le groupe des non inscrits qui était composé de 52 parlementaires aux lendemains des élections européennes est constitué maintenant de 100 parlementaires. Un record depuis 1979, première année de l’élection du Parlement européen au suffrage universel.

Un vote plus démocratique :

Pour la première fois, chaque citoyen européen a pu identifier des responsables politiques à la tête des listes présentées au suffrage universel. C’est un progrès démocratique important. Les résultats des urnes ont été respectés : C’est bien Jean-Claude Juncker qui va assumer la présidence de la Commission européenne, parce que c’est son groupe politique – le PPE – qui a rassemblé le plus de suffrages à l’issu des élections. C’est une bonne leçon à se rappeler pour les prochaines élections européennes en 2019. Le vote de chaque citoyenne et citoyen compte et est respecté !

Comme le dit souvent Pascal Lamy – Président d’honneur de Notre Europe-Institut Jacques Delors « C’est Jacques Delors qui a mis sur la table cette idée de juxtaposer une vraie dimension politique européenne, il y a une quinzaine d’année. Si on veut faire progresser le sentiment, chez les Européens, que nous vivons dans un espace démocratique supranational, alors il suffit, que les groupes politiques européens prennent la décision de désigner leur « champion ». Et c’est le « champion » qui gagnera finalement ce combat électoral qui sera Président de la Commission européenne ».

Europe : Démocratie vivante :

Dans quel Etat membre de l’Union européenne l’assemblée nationale élue, auditionne-t-elle les ministres avant de les déclarer aptes à assumer la fonction ministérielle ?

Sans comparaison exagérée, il n’empêche qu’une fois que le nouveau Président de la Commission européenne – l’ancien Premier Ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker – a été validé par l’assemblée plénière du Parlement européen en juillet dernier, il a composé le futur Collège de la Commission européenne en concertation avec chacun des Etats membres. Il a regretté vivement le peu de femmes proposées à la responsabilité de Commissaire européen. Il a réparti les responsabilités. Les auditions publiques individuelles des futurs Commissaires se sont déroulées du 29 septembre au 6 octobre, durant trois heures. Chaque futur Commissaire s’est retrouvé en situation de grand oral devant les Commissions parlementaires correspondantes à leur futur champ de responsabilité.

Et ce n’est pas une simple formalité. C’est du sérieux !!

Le parlement nouvellement élu par les peuples d’Europe, en mai dernier, a joué son rôle. Des Commissaires ont dû compléter leur audition orale par une épreuve écrite (le Français Pierre Moscovici, mais aussi le Slovaque Maros Sefcovic) Une candidate Commissaire n’a pas été validée : La Slovène Alenka Bratusek. Sa remplaçante est la Slovène Violeta Bulc Des responsabilités ont été adaptées, réattribuées pour tenir compte de l’avis du parlement, par exemple le candidat Commissaire slovaque Maros Sefcovic, initialement en charge des transports, se retrouve à une vice-Présidence en charge de l’Union énergétique. La citoyenneté était attribuée au hongrois Tibor Navrascis, un ancien ministre de Victor Orban (Premier Ministre hongrois) portant atteinte aux libertés, fortement critiqué : Changement d’attribution.

Nouvelle Commission européenne :

Le 22 octobre, après trois heures de discussion en séance plénière, le Parlement européen a voté l’investiture, pour une durée de cinq ans, de la nouvelle Commission européenne par 423 pour, 209 contre et 67 abstentions. Celle-ci peut être soumise à tout moment au vote de censure du Parlement européen.

Lors de son intervention, le président de la Commission européenne – Jean-Claude Juncker – a précisé que « cette Commission sera celle de la dernière chance…soit nous réussissons à rapprocher les citoyens de l’Europe, à réduire de façon draconienne le niveau de chômage et à redonner une perspective aux jeunes, soit nous échouons ». A propos de la dimension sociale le nouveau Président de la Commission  européenne a tracé une ligne ambitieuse « Je veux que l’Europe sociale soit dotée d’un AAA social, aussi important qu’un AAA économique et financier…en affirmant que sa priorité est « la lutte contre le chômage… » A propos du plan d’investissement de 300 milliards d’euro annoncé en juillet dernier devant le Parlement européen dans son discours d’investiture, Jean-Claude Juncker s’est engagé à en présenter le détail, en collaboration avec le Finlandais Jyrki Katainen, vice-Président de la Commission européenne pour l’emploi, la croissance, l’investissement et la compétitivité, « avant Noël ».

Chacune et chacun d’entre nous doivent rester actif car les élections européennes passées, tout commence et pour cinq ans !!

Bobichon

 
Jean-Pierre Bobichon, Membre fondateur de Sauvons l’Europe

 

 

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

Check Also

La coupe d’Europe du Président

A peine la fierté et l’émotion de la victoire passée se dessine ...