Accueil » Actualités » Europe solidaire ou nation populiste ?

Europe solidaire ou nation populiste ?

Nous nous réjouissons naturellement de l’arrivée en tête d’Emmanuel Macron dans cette élection singulière où le premier tour comptait pour tant. Le parcours fulgurant du candidat ayant le plus mis en avant sa volonté européenne apporte un démenti à tous ceux qui s’interdisent d’aborder le sujet européen qui serait par nature impopulaire. Il est clivant cependant, et il suffit de constater que Jean-Luc Mélenchon, seul autre candidat avec Marine Le Pen à avoir défendu une sortie de l’Europe, refuse de se prononcer clairement sur un vote de second tour. Au-delà des prétextes, ceci montre qu’il n’y a plus d’évidence de son côté, sinon quel besoin de consulter ses militants? Le Parti Communiste n’a pas eu de ces fausses pudeurs et nous l’en félicitons. Il a par ailleurs de positions européennes très différentes de celles de M. Mélenchon, et ceci montre une autre orientation d’esprit.

Il ne faut pas détourner les yeux du second tour, au cours duquel la candidate de l’extrême-droite, du recul de la démocratie et des libertés publiques, va tenter de rejouer sur son nom le référendum de 2005. Cette logique politique est suffisamment forte, et la blessure suffisamment douloureuse chez de nombreux citoyens, pour que le leader des insoumis hésite à refuser d’y prêter la main. Le combat doit être mené à fond, et il se jouera notamment sur l’Europe.

Mais, une fois passé cet obstacle, la course va continuer. Alors qu’un bouleversement politique d’ampleur est partout annoncé, de quel ampleur sera-t-il? Quelles recompositions auront lieu, autour d’un futur Président qui n’appartient à aucun des partis de gouvernements, grands ou petits, qui ont mené la France ces dernières décennies? Il ne nous appartient pas de jouer les pythies, mais simplement d’avoir ce message: il nous semble illusoire que la stabilité d’un futur gouvernement puisse reposer uniquement sur le mouvement qu’est En Marche. La France qui s’est exprimée hier est trop violemment divisée en trop de morceaux de parts égales pour que cela soit possible.

Nous souhaitons la constitution d’une majorité europrogressiste, qui ait clairement pour projet l’évolution de notre projet européen. C’est évidemment le combat du socle social européen, déjà en cours dans les institutions européennes  et que nous devons rejoindre avec force! C’est la lutte contre l’évasion fiscale, dont nous devons dire que de nombreux observateurs ont estimé qu’elle avait eu lieu ces dernières années sans le gouvernement français, et peut être même contre lui! C’est encore le progrès de l’Union européenne vers un fonctionnement démocratique, qui est désormais une réalité et qu’il faut faire vivre! Ajoutons à cela que nous avons un fort attachement à la démocratie sociale, qui ne semble pas être un des axes forts du candidat jusqu’alors.

Nous ignorons quelle forme, quelles limites et quelles modalités cette majorité peut rencontrer dans un monde politique qui se cherche. Mais au centre-droit, jusqu’au sein de certains membres des Républicains, et à gauche, jusqu’à une large partie du Parti Communiste, l’espace naturel pour un tel contrat politique est à explorer.

 

À propos Sauvons lEurope

Sauvons l’Europe, association pro-européenne et progressiste qui s’engage pour une Europe démocratique et solidaire
x

Check Also

La coupe d’Europe du Président

A peine la fierté et l’émotion de la victoire passée se dessine ...