Accueil » Actualités » Le Prix Sakharov, ou la reconnaissance de la liberté de pensée

Le Prix Sakharov, ou la reconnaissance de la liberté de pensée

© Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons

« Le Prix Sakharov que nous recevons du Parlement européen est le vôtre [au peuple congolais], et il est le symbole de la liberté de pensée […] Un droit auquel, suite à la terreur et l’oppression, nous semblons parfois avoir renoncé […] Aujourd’hui, tout haut, et devant le monde entier, l’Europe nous exprime sa solidarité ».

Ce sont par ces mots que Denis Mukwege a conclu son discours au Parlement européen le 26 novembre à l’occasion de la remise du Prix Sakharov. Sauvons l’Europe tenait à saluer l’action de ce chirurgien gynécologue congolais, surnommé le « Juste qui répare les femmes » dans son pays. Denis Mukwege a ouvert un centre de soins dans le sud-Kivu, région de République démocratique du Congo en proie à de violents combats depuis plusieurs années, où il a soigné plus de 40 000 femmes et petites filles victimes de violences sexuelles depuis 1996.

La remise de ce prix « pour la liberté de pensée », qui récompense une action remarquable dans le domaine de la défense des droits de l’homme et des libertés fondamentales, porte certes un nom russe. Ce qui semble doucement ironique à l’heure actuelle, mais moins quand on sait que ce scientifique était considéré comme un dissident en Union soviétique durant la Guerre froide.

Le lauréat a saisi l’occasion pour rappeler que le viol constitue une véritable arme de guerre (destruction du tissu social, réduction de populations en esclavage, décès des femmes victimes de ces violences…), arme exercée sur des femmes, des enfants, voire des nourrissons, et devenue alarmant un enjeu pour « gagner la bataille ».

Faisant appel aux valeurs fondatrices de l’Union européenne, il nous rappelle ainsi que la liberté de conscience s’acquiert, qu’elle semble relever de l’évidence mais qu’elle n’en demeure pas moins fragile. Et qu’il faut parfois se battre pour la préserver. Les députés européens l’ont parfaitement compris, et certains d’entre eux ont déjà exprimé leur volonté d’engager l’Union européenne dans ce combat, notamment en investissant dans la clinique Denis Mukwege via le fonds européen de développement (formation de personnel, livraisons de médicaments…).

 

Sulena

 

À propos Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site
x

A lire aussi

La coupe d’Europe du Président

A peine la fierté et l’émotion de la victoire passée se dessine ...